République Démocratique du Congo

La République démocratique du Congo (RDC) est le deuxième plus grand pays d'Afrique en terme de superficie et abrite la quatrième plus large population d’Afrique. Ce pays immense, qui fait la taille de l’Europe occidentale, est au cœur de l’une des crises humanitaire les plus longues et complexes du monde. La partie Est du pays peine à se remettre des guerres dévastatrices qui ont coûté environ 6 millions de vies entre le milieu des années 1990 et le début des années 2000.

Projets de MSF en RDC
Projets de MSF en RDC

L’année 2018 a été marquée par de nouvelles flambées d’extrême violence et de vastes épidémies

En 2018, Médecins Sans Frontières a géré 54 projets médicaux dans 17 des 26 provinces du pays. Nous offrons une assistance médicale intégrée là où elle est le plus nécessaire, en offrant des services de soins primaires, nutrition, pédiatrie, prise en charge des victimes de violence sexuelle et des cas de VIH/sida. Nous sommes intervenus en réponse à neuf épidémies de rougeole et deux épidémies successives d'Ebola en 2018, dont une sans précédent qui n’était pas encore terminée en fin d'année. 

SECOURS AUX DÉPLACÉS ET COMMUNAUTÉS HÔTES

Depuis 2016, les violences dans la région du Grand Kasaï ont fait environ 1,4 million de déplacés. En 2018, nos équipes ont soutenu des hôpitaux de référence à Kakenge, Kananga, Tshikapa et Tshikula, ainsi que 35 centres de santé des environs. Elles ont assuré soins pédiatriques et nutritionnels, soins maternels, chirurgie pour traumatismes violents, traitements des victimes de violence sexuelle et système de référence. Dans la zone de santé de Kamonia, au sud de la province du Kasaï, elles ont aussi soigné les Congolais chassés de l'Angola voisin.

Mashanga et son petit-fils Mulumba en consultation avec l'infirmier Pascal et le médecin Mamadou. Mulumba souffre de malnutrition parce que sa mère a été tuée alors qu'il était encore bébé et qu'il n'y avait pas de lait pour le nourrir. © Marta Soszynska, octobre 2017
Mashanga et son petit-fils Mulumba en consultation avec l'infirmier Pascal et le médecin Mamadou. Mulumba souffre de malnutrition parce que sa mère a été tuée alors qu'il était encore bébé et qu'il n'y avait pas de lait pour le nourrir. © Marta Soszynska, octobre 2017

Nous avons assuré plus de 80 000 consultations médicales à Bunia et dans le territoire Djugu, dans la province de l'Ituri, où des heurts entre communautés et des combats entre groupes armés ont provoqué de nouveaux déplacements massifs. Nous avons construit des latrines et des douches, combattu des épidémies de rougeole et de choléra, et soigné des victimes de violence sexuelle

Nous avons continué de porter secours aux populations déplacées par les violences de 2017 à Kalemie, dans la province du Tanganyika, en leur fournissant eau, soins communautaires et soutien psychologique. Nous avons ouvert de nouveaux services de soins primaires et secondaires pour les victimes de violence et de déplacements à Salamabila, dans le Maniema, et à Kalongwe, au Sud-Kivu. 

En fin d'année, nous avons envoyé une équipe d'urgence aider les milliers de personnes qui fuyaient les violences extrêmes autour de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, à l'ouest du pays.

Pour aider les réfugiés de République centrafricaine arrivés au nord de la RDC, nous avons soutenu des hôpitaux et centres de santé à Gbadolite et Mobayi-Mbongo, dans la province du Nord-Ubangi, et avons déployé des cliniques mobiles, qui ont aussi soigné la communauté locale. À Bili, dans cette même province, nous avons soutenu les services des urgences, de pédiatrie et de néonatalogie de l'hôpital de référence et dans 50 centres de santé et dispensaires, en adoptant une approche communautaire intégrée.

Consultation médicale à Salambila
Consultation médicale à Salambila © Carl Theunis, décembre 2018.

À l'est, le long de la frontière du Soudan du Sud, nous avons soigné plus de 48 000 réfugiés dans les camps informels de Karagba et Ulendere.

Fournir des soins intégrés dans les provinces du Kivu

À l’est de la RDC, dans les provinces du Kivu ravagées depuis plus de 25 ans par des conflits, nous gérons plusieurs projets à long terme pour assurer la continuité des soins, tout en lançant des interventions d'urgence pour soigner les blessés et déplacés. 

Au Nord-Kivu, nos équipes aident les principaux hôpitaux de référence et les centres de santé périphériques à donner les soins primaires et secondaires à Lubero, Masisi, Mweso, Rutshuru et Walikale. Elles assurent soins d'urgence et intensifs, chirurgie, nutrition, soins maternels et pédiatriques, soins communautaires et actions de proximité, telles que les vaccinations de masse, dans les zones difficiles à atteindre. 

Au Sud-Kivu, nous offrons aux réfugiés, déplacés et communautés locales des traitements contre le paludisme, le VIH, la tuberculose, la malnutrition, les infections respiratoires aiguës et les maladies diarrhéiques. Nos équipes ont travaillé dans 15 structures de la province, dont un nouveau centre de santé à Kusisa. Construit en 2018, il comprend une maternité, des services de pédiatrie et d'urgence et un bloc opératoire.

Sijuka et son nouveau-né
Sijuka, jeune femme de Masisi, qui vient d’accoucher son 4ème enfant, un petit garçon pour lequel elle doit encore choisir le prénom. Elle a été assistée et suivie par les équipes médicales du service de maternité dans l’Hôpital Général Régional de Masisi, que MSF appuie. Les soins offerts sont totalement gratuites, et l’hôpital est la seule structure présente dans la zone pour plus d’un demi-million de personnes. © Giorgia Girometti. Mars 2018

soigner les survivants de violences sexuelles

À Kananga, dans le Kasaï-Central, nous avons soigné en 2018 entre 200 et 250 victimes de violence sexuelle par mois, principalement des femmes mais aussi des hommes et de jeunes enfants.

Nous avons mis en place des services d’assistance médicale et psychologique pour les victimes de violence sexuelle dans un hôpital et quatre centres de santé à Salamabila, dans le Maniema. Nous avons aussi renforcé les services dans six autres centres de santé à Mambasa et ses environs, dans l'Ituri, en lançant un essai pilote d’application mobile pour améliorer la fourniture de traitements pour 5500 patients souffrant de maladies sexuellement transmissibles et victimes de violence sexuelle. 

Un patient blessé à Kananga
Bruno, 35 ans, bléssé de guerre recueilli dans l'aile MSF de l'hopital de Kananga, agressé à la machette à Kakenge. Il a du fuir dans la brousse avant de trouver de l'aide et sombrer dans le coma durant 5 jours  © Quentin Bruno. RDC, mars 2018.

Nous gérons en outre une clinique pour victimes de violences sexuelles à Walikale, Nord-Kivu, où nous offrons des soins médicaux et en santé mentale, et des consultations de planning familial. 

Lutter contre les épidémies

La lutte contre des épidémies est au cœur des activités de MSF en RDC. En 2018, nos équipes d'urgence ont assuré la surveillance et le diagnostic initial dans 10 sites du pays, ce qui a conduit à de multiples interventions d'urgence.

Durant l'année, nous sommes intervenus en réponse à neuf épidémies de rougeole dans le Haut-Uélé, l'Ituri, l'ancien Katanga, le Kasaï, le Maniema et la Tshopo. Nous avons fourni des soins et aidé le ministère de la Santé à contrôler l'épidémie. 

Nous avons aussi aidé le ministère à lutter contre les grandes épidémies de choléra qui ont touché de nombreuses zones, dont des villes telles que Kinshasa, Lubumbashi, Ngandajika et Mbuji-Mayi. 

Vaccination d'un enfant
Vaccination d'un enfant à Makele, Kabondo et Kisangani  © Juliette Muller. Septembre 2018

À Maniema, nous soutenons toujours le ministère de la Santé pour la gestion et le traitement de la maladie du sommeil (tripanosomiasehumaine africaine) et la recherche active de cas.

Le VIH/sida reste une autre menace mortelle dans le pays : des nombres alarmants de personnes se présentent à des stades si avancés de la maladie qu’elles nécessitent une hospitalisation immédiate, ou qu’elles ne peuvent plus être sauvées. 

Nous gérons un grand programme VIH/sida au Centre hospitalier de Kabinda à Kinshasa, où nous avons soigné plus de 2000 personnes en 2018, dont certaines à un stade avancé du VIH. Nos équipes soutiennent les activités VIH/sida de deux autres hôpitaux à Kinshasa et assurent des programmes de mentorat sur le VIH dans trois des centres de santé de la ville. Nous fournissons un appui technique et financier à cinq structures de santé de Goma, notamment à l'hôpital général de Virunga, pour améliorer la prise en charge du VIH et l'accès aux traitements antirétroviraux.

Nos collègues portés disparus

Le 11 juillet 2013, quatre membres du personnel de MSF ont été enlevés à Kamango, à l'est de la RDC. Ils y conduisaient une évaluation sanitaire. L'une d'eux, Chantal, a réussi à s'échapper en août 2014, mais nous restons sans nouvelles de Philippe, Richard et Romy. Nous restons déterminés à obtenir leur libération.