Open the menu

Médias sociaux

Yémen

Dernières nouvelles de l'épidémie de choléra au Yémen

La guerre totale qui fait rage au Yémen depuis mars 2015 exige un lourd tribut de la population. 

Frappes aériennes, bombardements et manque de matériel, de financements ou de personnel ont mis des centaines de structures de santé du pays à l'arrêt. Avec l'augmentation du coût de la vie, les familles ont d’extrêmes difficultés à subvenir aux besoins essentiels. Durant toute l'année, les services médicaux ont été dans un état critique dans tout le pays. MSF a intensifié ses activités pour combler le manque de soins et secourir un nombre croissant de blessés de guerre. En fin d'année, les équipes soignaient directement les patients de 12 hôpitaux et soutenaient au moins 18 autres structures médicales.

Mohammed, huit ans, reçoit des soins d'un infirmier MSF
En 2016, plus de 32 900 victimes de violence physique intentionnelle, y compris des blessures de guerre, ont reçu des soins dans des structures gérées ou soutenues par MSF. © Trygve Thorson. Yémen, Taiz, octobre 2016.

En 2016, plus de 32 900 victimes de violence physique intentionnelle, y compris des blessures de guerre, ont reçu des soins dans des structures gérées ou soutenues par MSF. Parmi ces patients, 15 800 ont été traités par les équipes de MSF. Avec une équipe de près de 1600 personnes, dont 82 membres internationaux, le programme au Yémen est l’un des plus importants de MSF au monde en termes d'effectifs. 

Attaques contre les structures soutenues par MSF 

D'octobre 2015 à août 2016, MSF a perdu, dans des circonstances tragiques et inacceptables, 26 collègues et patients dans quatre bombardements distincts de structures de santé soutenues ou gérées par ses équipes. La frappe aérienne sur l'hôpital d'Abs, le 15 août 2016, a tué 19 personnes, dont un membre du personnel de MSF, et en a blessé 24. MSF a dès lors retiré son personnel de six hôpitaux du nord du Yémen tout en continuant de les soutenir. Les activités au nord du Yémen ont repris en novembre 2016. 

Sa'dah

Nos équipes ont travaillé à la maternité, dans les services de chirurgie et d'hospitalisation et ont fourni des soins en santé mentale et de la physiothérapie à l'hôpital Al Jomhouri. MSF a soutenu le service des urgences et la maternité de l'hôpital Shiara, frappé par un missile en janvier 2016. Le centre de santé Haydan a subi une frappe aérienne en octobre 2015 et MSF y a travaillé jusqu'en août 2016.

Hajjah

MSF a fourni des soins vitaux à l'hôpital Al-Jumhouri à Hajjah et géré les urgences, les services d'hospitalisation, pédiatrie et maternité à l'hôpital d'Abs, tout en pratiquant de la chirurgie dans ces deux structures, jusqu'à la frappe aérienne sur l'hôpital d'Abs, le 18 août. Après un retrait temporaire de ses équipes de ces deux hôpitaux, MSF a repris le travail dans le gouvernorat de Hajjah en novembre, et a ouvert un centre de nutrition thérapeutique en hospitalisation à l'hôpital d'Abs début décembre et référé les cas compliqués vers les hôpitaux de Hajjah, Sanaa et Hudaydah. MSF est aussi intervenu auprès des personnes dans et autour des camps de déplacés du district d'Abs, et a fourni des soins médicaux et en santé mentale. En fin d'année, MSF a étendu son aide à la maternité de l'hôpital de Hajjah.

Amran

De nombreuses personnes ont fui le conflit qui frappe d'autres zones du pays pour s'établir dans le gouvernorat relativement calme d'Amran. MSF soutient l'offre de soins, gère les transferts à l'hôpital Al Salam et dans quatre centres de santé, et donné aussi du matériel médical et logistique. En mai, MSF a mené une campagne de traitement contre la gale, dispensé des soins médicaux, fait bouillir les vêtements pour les débarrasser du parasite et distribué du savon et d'autres articles pour améliorer l'hygiène dans les camps de déplacés internes de Khamir et Huth. 

Sanaa

MSF soutient les urgences et le bloc opératoire de l'hôpital Al-Kuwait de Sanaa et donne du matériel d'urgence aux hôpitaux Al Jomhouri, Al-Thawra et Al-Sabeen. La santé maternelle et infantile est au cœur du travail de MSF à l'hôpital Al-Sabeen.

Ali, 12 ans, a été blessé par un obus aux bras et aux jambes
Ali, 12 ans, a été blessé par un obus aux bras et aux jambes. Il a été soigné par MSF dans la zone de santé de Qataba. © Mohammed Sanabani. Yémen, août 2016.

VIH

MSF poursuit son soutien au programme VIH du ministère de la Santé. Malgré la violence, 97% des 2529 patients de ce programme ont reçu leur traitement antirétroviral vital. Les traitements ont été garantis pour les patients à Sanaa mais aussi ceux de Taizz, Mukalla, Aden et Hudaydah. 

Dialyse

La guerre a gravement affecté l’approvisionnement des centres de dialyse. Depuis octobre 2015, MSF aide les centres de Sanaa, Sa’dah et Hajjah. En août, cette aide a été étendue aux centres de Taizz et Mahweet.

Taizz

En 2016, la situation était critique à Taizz. La plupart des hôpitaux ont fermé alors que les combats qui y faisaient rage étaient parmi les plus intenses du pays. Les mouvements pour entrer ou sortir du centre-ville sont restés limitées et dangereux pour les civils et les équipes humanitaires. MSF a fourni des soins vitaux de part et d'autre de la ligne de front, et traité principalement des blessures causées par des frappes aériennes, explosions, bombardements, tirs et mines. De plus, les équipes ont continué de gérer un hôpital de soins maternels et infantiles et un centre de traumatologie pour blessés de guerre et victimes de traumatismes. Elles ont apporté un soutien régulier aux services de maternité, pédiatrie, chirurgie et urgence de quatre hôpitaux du centre-ville. 

Ibb

Le gouvernorat d'Ibb est le plus densément peuplé du Yémen. MSF aide le service des urgences de l'hôpital Al-Thawra, le plus grand hôpital central du gouvernorat d'Ibb, à améliorer les soins d'urgence et la gestion d’afflux massifs de blessés. Les équipes travaillent aussi à l'hôpital rural général du district de Thi As-Sufal, à la frontière sud du gouvernorat de Taizz, près d'une des lignes de front du pays. MSF a remis en état cet hôpital, qui couvre une population d’environ 500 000 personnes. MSF a aussi pratiqué de la chirurgie vitale sur les cas les plus graves. 

Une équipe MSF effectue une opération chirurgical dans l'hôpital soutenu dans le gouvernorat d'Ibb
Une équipe MSF effectue une opération chirurgical dans l'hôpital soutenu dans le gouvernorat d'Ibb © Malak Shaher. Yémen, décembre 2016.

Ad-Dhale 

Certaines zones d'Ad-Dhale ont connu en août d'intenses combats, des heurts armés, des tirs de tireurs embusqués, des bombardements et des tirs de missiles. MSF fournit une large gamme de services à l'hôpital Al-Nasr, et travaille aussi à l'hôpital Al Salam et au centre de santé Thee Ijlal à Qatabah. Fin 2016, MSF a commencé à aider le centre de santé Damt dans ce gouvernorat. 

Aden 

MSF gère toujours le service de chirurgie d'urgence et dispense des soins vitaux à des milliers de patients. En 2016, 5790 patients ont été admis aux urgences. L'hôpital reçoit des patients de nombreux gouvernorats du sud, notamment de Taizz, Lahj, Abyan, Ad-Dhale et Shabwa. À la prison centrale d'Aden, l’équipe médicale de MSF a fourni des soins primaires aux détenus, et assuré en moyenne 50 consultations par semaine. 

MSF a soutenu le service de chirurgie de l'hôpital Al-Razi d'Abyan par des dons réguliers de matériel médical.