Malawi

Informations sur les inondations en mars 2019 au Malawi

Le VIH reste la principale cause de mortalité au Malawi. Les équipes de MSF s'emploient à améliorer le dépistage et le traitement, notamment chez les femmes, les adolescents et d'autres groupes vulnérables.

Sur les 300 000 habitants du district rural de Nsanje, au sud du pays, environ 25 000 vivent avec le VIH. De nombreux patients hospitalisés à l'hôpital soutenu par MSF arrivent à un stade avancé de la maladie, bien qu'ayant bénéficié d'antirétroviraux (ARV). MSF s’est donc concentré sur le dépistage précoce des malades, la mise à disposition des traitements au niveau communautaire, une meilleure prise en charge à l'hôpital de district, un suivi à la sortie de l'hôpital et un solide système d'orientation des patients. Depuis l’introduction de ce modèle, le nombre de décès aux stades avancés du VIH a diminué de moitié, à moins de 15%.

À Nsanje et dans les districts de Mwanza, Dedza et Neno, nous avons mis en place des actions de proximité dirigées par des pairs, et un guichet unique assurant la prise en charge intégrée du VIH, de la tuberculose (TB) et de la santé sexuelle et génésique pour près de 6000 travailleuses du sexe. Environ la moitié des patientes enregistrées sont séropositives. Parmi elles, 82% ont une charge virale indétectable grâce au traitement. En 2019, nous avons ciblé les filles de moins de 18 ans, qui, par crainte des conséquences juridiques et de la stigmatisation, hésitent encore plus à se faire soigner.

Simbazako, 19 ans, passe une radiographie de dépistage de la tuberculose à l’hôpital de district de Nsanje. MSF contribue à y améliorer le diagnostic et la prise en charge clinique du VIH et de la TB. © Luca Sola, juin 2017
Simbazako, 19 ans, passe une radiographie de dépistage de la tuberculose à l’hôpital de district de Nsanje. MSF contribue à y améliorer le diagnostic et la prise en charge clinique du VIH et de la TB. © Luca Sola, juin 2017

Cibler la prise en charge du VIH chez les adolescents et les malades du sida

À Chiradzulu, nous poursuivons la mise en œuvre de deux modèles différents de prise en charge du VIH : des « clubs d'adolescents » intégrés et des « journées intensives de soins ». Dans les clubs, les adolescents vivant avec le VIH bénéficient de consultations cliniques, conseil individuel, éducation à la santé, services en santé sexuelle et génésique et sessions de soutien de groupe dans un environnement convivial où la présence de pairs et des activités récréatives encouragent la participation et l’observance du traitement. Les « journées intensives de soins » sont organisées dans 11 structures de santé soutenues par MSF. Elles ciblent les patients en échec thérapeutique ou à un stade avancé du VIH (sida). Nous leur offrons consultations, conseil, tests de laboratoire et transferts vers l'hôpital.

Prévention et traitement précoce du cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l’utérus est le plus fréquent chez les femmes au Malawi. Il compte pour 45,4% de tous les cas de cancers et tue plus de 2300 femmes chaque année, en raison de la forte prévalence du papillomavirus humain, responsable de ce cancer, et du manque de services de dépistage et de traitement. Récemment, MSF a conçu un programme complet de lutte contre ce cancer par la prévention primaire, secondaire et tertiaire. En 2019, nous avons intensifié les activités de dépistage, et ouvert un bloc opératoire et une unité d'hospitalisation spécialisés au Queen Elizabeth Central Hospital de Blantyre. Nous assurons vaccination, dépistage, diagnostic, traitement des divers stades de la maladie, soins palliatifs pour les patientes incurables, ainsi que la formation du personnel et du mentorat.

Projet dans les prisons

Les taux de TB et de VIH sont plus élevés dans la population carcérale que dans la population générale, à cause de la promiscuité et des diagnostics tardifs. En partenariat avec les autorités carcérales, nous avons procédé au dépistage systématique du VIH et de la TB à l'entrée, pendant le séjour et à la sortie, et offert des traitements aux détenus de la prison de Chichiri à Lilongwe.

Traitements d'urgence

À la suite d'inondations dans le district de Nsanje en mars 2019, nous avons aidé les autorités sanitaires locales à dispenser des soins de santé généraux. Nous avons purifié les forages affectés, installé des latrines et des douches, et distribué des kits d'hygiène à environ 18 000 personnes.

SUIVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ HUMANITAIRE, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MSF

MSF se soucie de la protection de vos données. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité