Afrique du Sud

En Afrique du Sud, MSF poursuit la mise au point de stratégies innovantes pour prévenir et traiter le VIH et la tuberculose (TB) et dispenser des soins intégrés aux victimes de violence sexuelle.

En 2019, le grand projet communautaire VIH/TB que nous gérons avec le ministère de la Santé dans le district de King Cetshwayo, au KwaZulu-Natal, est devenu le premier d'Afrique du Sud à atteindre l’objectif 90-90-90 d'ONUSIDA. Celui-ci, fixé au niveau mondial, prévoit que d’ici 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, que 90% des séropositifs dépistés reçoivent un traitement ARV pérenne, et que 90% des personnes sous ARV aient une charge virale durablement indétectable.

Une enquête soutenue par Epicentre, l’organisme de recherche épidémiologique de MSF, a révélé que 90% des personnes vivant avec VIH connaissaient leur statut sérologique, que 94% d'entre elles étaient sous antirétroviraux et que chez 95% des personnes sous traitement, la charge virale était supprimée. Face au désengagement croissant vis-à-vis du VIH, nous avons ouvert des services dans le bidonville de Khayelitsha pour encourager les patients à reprendre un traitement, même aux stades avancés du VIH. A Khayelitsha et dans la ville rurale d'Eshowe, où les jeunes, en particulier les femmes, restent très exposés au VIH, nous avons offert des traitements préventifs à 204 patients. Nous avons aussi continué d'élaborer différentes stratégies de dépistage du VIH, dont la distribution de plus de 30 000 kits d'auto-test salivaire.

MSF soutient deux essais cliniques multinationaux et multi-sites, TB PRACTECAL et endTB, qui visent à identifier des schémas thérapeutiques plus courts, moins toxiques et plus efficaces contre la TB résistante. En 2019, endTB a admis son 48e patient sur le site de Khayelitsha. Deux nouveaux sites, Durban et Johannesburg, ont été intégrés à TB PRACTECAL, qui comptait ainsi 70 patients en fin d'année. Nous avons salué l’homologation du délamanide, un nouvel antituberculeux, et continuons de plaider pour une amélioration de la prise en charge de la TB au niveau national.

Un médecin ausculte une patiente dans l’unité VIH/tuberculose du Centre de santé communautaire Michael Mapongwane de Khayelitsha, Cap-Occidental, où MSF collabore avec le ministère de la Santé pour fournir une gamme de services intégrés de lutte contre la tuberculose. © Oliver Petrie, juillet 2018
Un médecin ausculte une patiente dans l’unité VIH/tuberculose du Centre de santé communautaire Michael Mapongwane de Khayelitsha, Cap-Occidental, où MSF collabore avec le ministère de la Santé pour fournir une gamme de services intégrés de lutte contre la tuberculose. © Oliver Petrie, juillet 2018

Violence sexuelle

Dans la ceinture du platine en Afrique du Sud, nous dispensons aux victimes de violence sexuelle des soins médicaux et psychosociaux essentiels, via des cliniques communautaires appelées Centres de soins Kgomotso, et cela en collaboration avec le département provincial de la Santé, auquel MSF a transféré deux de ses quatre cliniques en 2019. Nous avons aussi lancé des initiatives pour identifier les victimes de violence sexuelle, notamment via notre programme d'éducation à la santé dans les écoles qui a touché 26 000 étudiants. Au moins 160 des 1294 nouveaux patients vus en 2019 ont été référés par des initiatives communautaires.

Pour répondre à la forte demande d’avortements, nous avons formé 23 prestataires de soins à la pratique des avortements médicalisés. En 2019, en moyenne 209 procédures ont ainsi été réalisées chaque mois dans les structures soutenues par MSF.

Migration

À Tshwane, nous avons ouvert un centre qui dispense des soins médicaux et psychosociaux aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile qui peinent à accéder à des services de santé publics en raison de politiques migratoires de plus en plus restrictives adoptées par l'Afrique du Sud. En 2019, 668 patients ont reçu une aide médicale et psychologique et 456 ont participé à des sessions de groupe en santé mentale. De plus, nos équipes d'urgence ont soigné des blessés lors d'épisodes de violences xénophobes contre des migrants survenus dans trois provinces.

Accès aux médicaments

Nous plaidons toujours pour la levée des obstacles financiers, réglementaires et liés au brevet qui entravent l'approvisionnement en médicaments vitaux. Nous avons ainsi lancé un programme national d'accès qui réunit des preuves pour soutenir l’homologation au titre de médicament essentiel de la flucytosine, un traitement efficace contre la méningite à cryptocoque qui n’est pas encore enregistré en Afrique du Sud. Nous avons également donné 610 traitements de flucytosine à 15 structures spécialisées dans le pays.

SUIVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ HUMANITAIRE, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MSF

MSF se soucie de la protection de vos données. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité