Nouvelle épidémie de choléra en Syrie après 15 ans d'absence

Une épidémie de choléra se propage en Syrie, pour la première fois depuis 15 ans. Le 11 septembre le ministère syrien de la Santé a confirmé l’épidémie, à Alep, dans le nord-ouest de la Syrie. Depuis, la maladie s'est répandue dans tout le pays. Jusqu'à présent, plus de 13 000 patients pourraient avoir été infectés par le choléra et 60 personnes sont mortes. Selon l'hôpital national de Raqqa, c'est la première fois depuis 2007 que le choléra est détecté en Syrie.

Image d'archive d'un camp de déplacés près de Raqqa. L'été dernier, les camps du nord-est et du nord-ouest de la Syrie et leurs environs ont souffert d'un manque d'eau considérable. Un approvisionnement en eau et un assainissement adéquats sont tout simplement très importants pour éviter une épidémie de choléra ou limiter sa propagation. © Florent Vergnes, juin 2021
Image d'archive d'un camp de déplacés près de Raqqa. L'été dernier, les camps du nord-est et du nord-ouest de la Syrie et leurs environs ont souffert d'un manque d'eau considérable. Un approvisionnement en eau et un assainissement adéquats sont tout simplement très importants pour éviter une épidémie de choléra ou limiter sa propagation. © Florent Vergnes, juin 2021

MSF soutient un centre de traitement du choléra de 65 lits

Nos équipes présentes dans le pays travaillent avec les autorités sanitaires syriennes afin de contenir l'épidémie. À Raqqa, nous soutenons un centre de traitement du choléra qui dispose d'un espace permettant d'isoler et de traiter 65 patients. Près de 600 patients ont été admis au cours des deux premières semaines. Un tiers d'entre eux sont arrivés gravement malades.

Point crucial lors d’une épidémie de choléra : améliorer la qualité de l'eau et les installations sanitaires

Nous travaillons également à l'amélioration de la qualité l'eau et des installations sanitaires. Nous purifions l'eau des camions-citernes et aidons à purifier les stations d'eaux usées. À Hassaké et à Raqqa, nous évaluons actuellement la qualité de l'eau des puits. L'accès à l'eau potable reste très difficile dans de nombreux endroits du nord-est et du nord-ouest de la Syrie.

Miser sur la sensibilisation et de la prévention

Nos équipes travaillent également sur la sensibilisation et la prévention concernant le choléra. Des actions nécessaires, qui aident à contenir la maladie. Nous informons les communautés touchées sur les moyens d'éviter l'infection, sur la façon d’identifier les premiers symptômes et sur les mesures à prendre en cas d'infection.

Des camps de personnes déplacées surpeuplés, une eau et des installations sanitaires de mauvaise qualité : des conditions idéales pour le choléra

Après 11 ans de guerre, pas moins de 14,6 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire en Syrie. Avec 6,9 millions de personnes déplacées, la Syrie est le pays qui en compte le plus grand nombre dans le monde. Le plupart de ces personnes sont hébergées dans des campements ou dans des communautés. Ils vivent à proximité les uns des autres, dans des conditions déplorables, ce qui permet aux maladies infectieuses telles que le choléra de se propager rapidement. La piètre qualité de l’eau et des installations sanitaires représente un gros problème dans le nord de la Syrie. Cette situation est causée par les réductions considérables des budgets humanitaires internationaux débloqués à cette fin ces dernières années.