Médias sociaux

Open the menu

À Khartoum, l’aide est menacée. Le personnel de MSF a été agressé, a subi des coups, reçu des menaces de mort et du matériel a été volé.

Dans l'après-midi du 20 juillet, quatre membres du personnel de MSF, quatre chauffeurs de camion et une équipe de 10 travailleurs journaliers ont été arrêtés par un groupe d'hommes armés alors qu'ils transportaient des fournitures médicales à l'hôpital turc, dans le sud de Khartoum, où MSF fournit des soins de santé. 

Après s'être disputés sur les raisons de la présence de MSF, les hommes armés ont agressé notre équipe, les battant physiquement et les fouettant. Le conducteur de l'un de nos véhicules a été détenu. Les hommes armés ont menacé la vie du chauffeur avant de le relâcher. Ils ont ensuite volé le véhicule. Suite à cet horrible incident, MSF fait part que les activités de l'organisation dans cet hôpital sont désormais sérieusement menacées et ne pourront pas se poursuivre si les garanties minimales de sécurité ne sont pas respectées.  

« Pour que notre personnel puisse sauver la vie des gens - qui est la raison d’être de leur travail et présence sur place - leur propre vie ne peut pas être mise en danger. Si un incident comme celui-ci se reproduit, et si notre capacité à acheminer des fournitures continue d'être entravée, notre présence à l'hôpital turc deviendra malheureusement intenable ", déclare Christophe Garnier, responsable des urgences de MSF pour le Soudan. 

Soutenez nos équipes 


L'hôpital turc est l'un des deux seuls hôpitaux encore ouverts dans le sud de Khartoum, tous deux soutenus par MSF. MSF est l'une des rares organisations médicales humanitaires internationales à être encore présente dans la ville, soutenant les hôpitaux de l'est de Khartoum et d'Omdurman en plus de ceux du sud de Khartoum. MSF aide le ministère de la Santé Soudanais à maintenir à flot un système de santé extrêmement fragile, mais à la suite de l'incident d'hier - et de la série d'incidents qui l'ont précédé - l'organisation commence à penser que son soutien continu pourrait bientôt ne plus être possible.

Cet incident s'est produit à seulement 700 mètres de l'hôpital turc, où des centaines de patients - y compris des enfants - sont actuellement soignés. Hier encore, nous avons reçu 44 patients blessés lors d'une frappe aérienne. Il y a trois semaines et demie, nous avons reçu un autre afflux massif de blessés de guerre - principalement des femmes et des enfants - qui ont été blessés à la suite de l'escalade des combats autour du quartier général de la Central Reserve Police. Chaque jour, cet hôpital accueille une quinzaine de blessés de guerre, pratique des interventions chirurgicales vitales et maintient en vie des patients atteints de maladies chroniques. Nos équipes travaillent 24 heures sur 24 dans des conditions intenses pour traiter tous ceux qui ont besoin de soins. Mais lorsqu'ils quittent l'hôpital, ils sont physiquement agressés et maltraités. 

MSF a soigné plus de 1 600 blessés de guerre à Khartoum depuis le début du conflit et nous avons l'intention de continuer à le faire. Cependant, la situation sécuritaire s'est tellement détériorée au cours des dernières semaines que notre présence à l'hôpital turc est maintenant remise en question.

Depuis l'escalade de la crise actuelle au Soudan, MSF travaille activement dans 12 États : Khartoum, Kassala, Al-Jazeera, Darfour Ouest, Darfour Nord, Darfour Central, Darfour Sud, Mer Rouge, El-Gedaref, Nil Bleu, Nil Rivière et Nil Blanc.