Soudan

Fin 2018, le pays comptait près de deux millions de déplacés internes et 851 000 réfugiés sud-soudanais enregistrés, ainsi que beaucoup d'autres migrants en transit vers l'Europe. 

En 2018, Médecins Sans Frontières a poursuivi son action pour améliorer et étendre les services de santé au Soudan, en particulier pour les déplacés par les violences dans le pays et au Soudan du Sud voisin, et intensifier la lutte contre le kala-azar (leishmaniose viscérale), une maladie tropicale négligée et potentiellement mortelle.

El-Gedaref

Le Soudan enregistre le taux de kala-azar le plus élevé d'Afrique de l'Est. Près de 70% des cas se concentrent à El-Gedaref. Nous organisons des actions d'éducation et de sensibilisation de la communauté, et soutenons le diagnostic et la prise en charge des cas dans deux hôpitaux de la région. En 2018, nous avons commencé à former le personnel médical de divers structures du pays, et nous nous sommes préparés à lancer un essai clinique de la Drugs for Neglected Diseases initiative pour trouver un traitement moins toxique, moins douloureux et plus efficace.

Nos équipes à El-Gedaref ont distribué des kits de secours après que des pluies torrentielles et des crues éclairs ont affecté plus de 220’000 personnes dans une grande partie du Soudan, et ont donné des médicaments à un hôpital local. Dans l'État voisin du Kassala, elles ont fourni des traitements et mis en œuvre des mesures de prophylaxie dans des centres de santé locaux, après une épidémie de chikungunya.

Kordofan du Sud

Le Kordofan du Sud est une région du sud du Soudan, en proie à un conflit. Quelque 180 000 déplacés internes y ont été enregistrés et peu d'organisations internationales sont présentes. En 2018, nous avons ouvert un projet initialement axé sur la santé sexuelle et génésique, et établi un niveau de préparation aux urgences dans cette zone. 

Nord-Darfour

Dans la zone minière d'El Sireaf, où de nombreuses personnes ont été tuées ou blessées dans des heurts entre tribus arabes nomades, nous gérons une maternité et un service d'hospitalisation pour les déplacés internes, et offrons des soins primaires au centre de santé de Garazawya, tout proche. 

Vaccination
Vaccination dans le camp de déplacés de Zamzam contre la rougeole © MSF. Août 2018.

En 2018, nous avons déployé deux cliniques mobiles pour répondre aux besoins des déplacés de retour à Tawila. Nos équipes ont assisté les naissances à l'hôpital local mais ont transféré les services d'hospitalisation au ministère de la Santé. 

Nous sommes intervenus en réponse à une épidémie de rougeole à El Fasher, la capitale du Nord-Darfour. Nous avons soigné plus de 1200 cas et vacciné plus de 312 000 enfants de moins de 15 ans. L'équipe d'El Fasher a aussi soigné 15 000 cas de paludisme

Darfour-Oriental et Darfour-Occidental

Au Darfour-Oriental, nous avons fourni des soins primaires en ambulatoire et en hospitalisation dans le camp de Kario qui abrite quelque 23 000 réfugiés sud-soudanais. Notre structure dessert les réfugiés et la communauté soudanaise locale. En 2018, nous avons ouvert un centre de nutrition thérapeutique en hospitalisation et avons agrandi la maternité. 

Début 2018, nous avons, comme prévu, transféré au ministère de la Santé notre clinique pédiatrique de Krinding, au Darfour-Occidental.

Nil Blanc

Dans le camp de Khor Wharal, nous avons transformé notre hôpital de campagne d'urgence en une structure de soins secondaires de 90 lits et avons commencé à construire un nouvel hôpital de 60 lits. Dans le camp de Kashafa, nous gérons un hôpital de 55 lits, qui est aussi une structure de référence pour la communauté hôte. Ensemble, ces projets desservent plus de 100 000 réfugiés sud-soudanais et Soudanais locaux.