Médias sociaux

Open the menu

Soudan

Crise au Soudan depuis 1 an : une catastrophe médicale et humanitaire

Il y a un an, le 15 avril 2023, de violents combats ont éclaté entre l'armée soudanaise et les Forces de soutien rapide (FSR) à Khartoum et dans la majeure partie du Soudan. On estime que plus de 6,4 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays et qu'environ 1,9 million ont fui vers les pays voisins. Il s'agit de la plus grande crise de personnes déplacées à l'intérieur du pays dans le monde.

De grandes parties du Soudan sont ravagées par une violence permanente, notamment des guerres urbaines intenses, des fusillades, des bombardements et des frappes aériennes. Nos équipes soignent les blessés de guerre qui ont été victimes d'explosions, de balles et de coups de couteau. Parfois, les équipes interviennent également en cas d'incidents impliquant un grand nombre de victimes. 

Video file

Pour Médecins Sans Frontières, le Soudan n'est pas une crise oubliée. Actuellement, 25 millions de personnes, dont 14 millions d'enfants, ont besoin d'une aide humanitaire et cette crise reste totalement ignorée des communautés internationales. Il n'y a pratiquement pas d'acteurs humanitaires dans les zones les plus touchées et les restrictions imposées par les autorités soudanaises aux quelques acteurs humanitaires isolent encore plus les personnes qui ont besoin de soins de santé. 

Quelle est la réponse de Médecins Sans Frontières au conflit ?

Nous travaillons actuellement dans 11 régions du Soudan, dont la ville de Khartoum, Khartoum Nord, l'État d'Al-Jazeera, l'État du Darfour Ouest, l'État du Darfour Nord, l'État du Darfour Centre, l'État du Darfour Sud, l'État d'Al-Gedaref, l'État du Nil Bleu, l'État du Nil Blanc et l'État du Nil Fluvial.

Sudan map

Nos équipes proposent :

  • Des traitements d'urgence 
  • Des opérations chirurgicales
  • Diriger des cliniques mobiles pour les personnes déplacées  
  • Traiter les maladies transmissibles et non transmissibles. 
  • Elles fournissent également des soins de santé maternelle et infantile, y compris des accouchements en toute sécurité.

Nos équipes fournissent également de l'eau et des installations sanitaires et font don de médicaments et de fournitures médicales aux établissements de santé. Nous offrons également des incitations, des formations et un soutien logistique au personnel du ministère de la santé. Nous poursuivons certaines de nos activités médicales qui existaient avant le début de la guerre.

Soins d'urgence de MSF au Soudan (avril 2023 à janvier 2024)

  • 94 330 consultations d'urgence
  • 3 806 interventions chirurgicales
  • Au moins 20 % des patients admis aux urgences en raison d'un traumatisme.

Le conflit en cours a augmenté le risque d'épidémie et a rendu le traitement de la malnutrition et des maladies chroniques encore plus difficile. Nous fournissons des soins de santé généraux, soutenons les campagnes de vaccination, les dépistages et les tests rapides pour les maladies transmissibles et aidons le ministère de la santé à répondre aux besoins émergents et croissants dus au manque d'accès aux soins de santé et aux conditions désastreuses.  
En plus de la crise sanitaire déjà précaire, le ministère soudanais de la santé a déclaré une épidémie de choléra à Gedaref, Khartoum, South Kordofan et Al Jazeerah le 29 octobre 2023. 

Nos équipes répondent à l'épidémie de choléra dans des endroits tels que l'hôpital Alban Jadeed, Umdawanban et Gedaref, Gezira et l'État du Nil blanc, l'État du Nil bleu et l'hôpital universitaire de Bashair, ainsi que l'hôpital turc à Khartoum.

Pays voisins

Tchad

On estime à 682 000 le nombre de réfugiés et de rapatriés qui ont franchi la frontière entre le Soudan et le Tchad. Ils vivent dans divers camps au Tchad et luttent pour satisfaire leurs besoins les plus élémentaires. Manquant d'eau, de nourriture, d'abris adéquats et de soins de santé, les gens souffrent de diarrhée, de malnutrition et d'autres maladies telles que le paludisme.  

Nous travaillons dans quatre endroits différents dans l'est du Tchad pour fournir des soins de santé maternels et chirurgicaux, de l'eau et des installations sanitaires, ainsi que des soins aux personnes souffrant de malnutrition, de paludisme ou d'autres maladies.

Nos équipes travaillent à Adré, une ville où environ 130 000 réfugiés vivent dans différents camps. Nous sommes présents dans deux hôpitaux et soutenons trois centres de santé. Nous apportons des soins chirurgicaux aux blessés de guerre, soutenons les services de pédiatrie et de nutrition et les centres de santé autour d'Adré, et fournissons une assistance aux réfugiés dans les camps au Tchad par le biais de cliniques mobiles.

Nous travaillons également dans le camp de réfugiés d'Ourang, où vivent quelque 50 000 personnes. Nous soutenons également un nouveau camp de réfugiés à Metche, où vivent environ 40 000 personnes. Nous y construisons un grand hôpital, qui a commencé à accueillir des patients début décembre. À Deguessa, nos équipes fournissent des soins de santé aux rapatriés et aux réfugiés.

République centrafricaine

Depuis la mi-avril, plus de 18 500 personnes sont arrivées en République centrafricaine (RCA), fuyant le conflit au Soudan, dont plusieurs milliers de Centrafricains qui avaient auparavant cherché refuge au Soudan, selon le HCR.

Nous avons lancé une opération d'aide d'urgence en mai, mais comme le nombre de réfugiés n'était pas très élevé, nos équipes ont confié la gestion d'un poste de santé à une organisation nationale début septembre, après avoir fait don de médicaments et de matériel. Aujourd'hui, nous continuons à soutenir l'hôpital de district et à envoyer les patients nécessitant des soins spécialisés à Bangui.

Éthiopie

Le 7 novembre, près de 90 500 personnes étaient arrivées en Éthiopie en provenance du Soudan.  

En septembre, nous avons administré des vaccins oraux contre le choléra à tous les réfugiés du camp de Kumar et le ministère de la santé aux communautés d'accueil de Kumar. Des latrines d'urgence ont été construites dans le camp pour améliorer l'accès à l'assainissement et des fournitures médicales ont été données au bureau de santé de zone.

Le succès de l'intervention n'aurait pas été possible sans le travail acharné de la communauté des réfugiés qui ont travaillé comme promoteurs de la santé et ont soutenu les activités liées à l'eau, à l'hygiène et à l'assainissement jour et nuit.

Sud-Soudan

Depuis l'éclatement du conflit au Soudan, plus de 540 000 personnes ont été enregistrées comme ayant traversé le Sud-Soudan pour chercher refuge au cours de la première semaine de novembre. Nos équipes mènent des activités d'aide d'urgence à Renk, Bulukat et Aweil afin de fournir des soins de santé aux réfugiés et aux rapatriés par le biais de cliniques mobiles et d'hôpitaux.  

Nous constatons un nombre alarmant de cas de malnutrition parmi les rapatriés et appelons à une augmentation de la réponse humanitaire pour répondre aux besoins des personnes arrivant du Soudan. 

 

Soins médicaux pour la malnutrition, la diarrhée et le paludisme

Outre notre réponse aux crises humanitaires, nous fournissons aussi des soins médicaux pour la malnutrition, la diarrhée et le paludisme.

Dans le cadre d'un projet à Sortoni, nous fournissons des traitements par le biais de consultations externes et d'hospitalisations. Le projet fournit également des services de nutrition et des vaccinations. À Dar Zaghawa, quatre de nos centres de santé dispensent des soins médicaux, en particulier aux mères et aux enfants.

Nous traitons également la leishmaniose viscérale (également connue sous le nom de kala azar) dans l'État d'Al-Gedaref, dans l'est du Soudan. Cette maladie parasitaire, transmise par les mouches des sables, a un taux de mortalité de 95 % si elle n'est pas traitée.

Nos activités au Soudan en 2022

Informations tirées du rapport annuel international (version anglaise)

Médecins Sans Frontières (MSF) a continué à répondre à divers problèmes de santé au cours d'une année mouvementée au Soudan. En outre, la violence et les conditions météorologiques extrêmes ont provoqué des déplacements massifs de population. Les besoins humanitaires n'ont jamais été aussi importants depuis dix ans : 2022 a été marquée par des conflits, des précipitations irrégulières, des inondations, l'insécurité alimentaire, l'austérité et une crise politique et économique persistante. 

Les combats entre des groupes armés fractionnés au Darfour, au Kordofan et au Nil Bleu se sont intensifiés, entraînant le déplacement d'un nombre encore plus important de personnes. Selon les estimations des Nations unies, plus de trois millions de personnes ont été déplacées à travers le pays, dont environ 2,5 millions au Darfour. Nous avons travaillé dans quatre États du Darfour, y compris dans la région du Jebel Marra, en fournissant des soins par l'intermédiaire de cliniques et d'hôpitaux mobiles et fixes. Les services fournis comprenaient des soins généraux, spécialisés, d'urgence et de santé reproductive, un soutien nutritionnel pour les enfants, la promotion de la santé et des campagnes de vaccination. Dans l'État du Nil Bleu, nous avons mis en œuvre un programme d'alimentation thérapeutique pour les enfants souffrant de malnutrition et soutenu des cliniques rurales fournissant des soins de santé de base. Nous avons mené des cliniques mobiles et des activités d'approvisionnement en eau et d'assainissement dans des endroits où des familles déplacées ont séjourné après trois vagues d'affrontements violents.

Nos équipes à Khartoum et Omdurman ont continué à fournir des soins de santé généraux et une aide d'urgence aux réfugiés, aux personnes déplacées et aux communautés d'accueil. Début 2022, pendant les manifestations, nous avons soutenu sept ambulances du ministère de la Santé, donné du matériel et formé huit hôpitaux à la prise en charge des blessés en masse. En janvier, neuf membres du personnel de MSF ont été brièvement détenus à Khartoum et les descentes dans les établissements de santé ont été monnaie courante. En décembre, nous avons mis fin à notre soutien à l'orphelinat de Mygoma à Khartoum et l'avons transféré au ministère du Développement social et au ministère de la Santé. 

Dans les États d'Al-Gedaref et de Kassala, nous avons aidé les réfugiés éthiopiens et les communautés locales en leur apportant des soins de santé de base et des soins reproductifs, un soutien nutritionnel aux enfants et un traitement des maladies tropicales négligées. De juin à septembre, de fortes pluies ont provoqué des inondations généralisées. En collaboration avec les communautés locales, Médecins Sans Frontières est intervenu dans quatre États en fournissant de l'eau potable et des produits de première nécessité, ainsi que des services d'assainissement et d'hygiène.

En 2022

  • 586 800 consultations externes
  • 4 260 enfants admis pour être nourris en milieu hospitalier
  • 1 950 naissances assistées
  • 230 nouveau-nés admis à l'hôpital


SUIVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ HUMANITAIRE, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MSF