Somalie : Vague de sécheresse dans la Corne de l´Afrique, un cycle infernal pour les Somaliens.

La Somalie et le Somaliland sont confrontés à l'une des pires sécheresses qu'ils aient connues depuis des décennies et une invasion de criquets pèlerins qui a balayé la Corne de l'Afrique. De graves pénuries d'eau et des pâturages secs ont décimé le bétail.  Ces mauvaises récoltes affectent la capacité de la population somaliennes.

La sécheresse s'ajoute aux décennies de conflit, aux chocs climatiques récurrents, aux fréquentes épidémies et à la pauvreté croissante qui touchent les Somaliens. 

Crise après crise, La Somalie se trouve dans une spirale descendante 

La sécheresse ainsi que les flambées récurrentes de violence et de combats, ont contraint des milliers de personnes à fuir leur foyer à la recherche de nourriture, d'eau potable et de pâturages et à s'installer dans les centres urbains. De nombreuses personnes ont également cherché refuge dans des camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays, où l'on manque de toilettes, de stations de lavage et d'eau potable dans l'espoir de trouver un abri et des soins de santé.

Le docteur Ahmed Ilyas, médecin MSF, examine le bébé Saidya au BRH soutenu par MSF à Baidoa, dans l'État du Sud-Ouest, en Somalie.
Le docteur Ahmed Ilyas, médecin MSF, examine le bébé Saidya à l´hôpital soutenu par MSF à Baidoa, dans l'État du Sud-Ouest, en Somalie. ©Dahir Abdullahi, 11 mai 2022

Les Somaliens paient un lourd tribut

"Les Somaliens sont confrontés à une série de crises, les unes après les autres", déclare Djoen Besselink, chef de mission MSF en Somalie. "Nous entendons déjà des histoires de désespoir, certaines personnes nous disent qu'elles ont été confrontées au choix impossible de laisser mourir un enfant, pour en sauver un autre".

Depuis le mois d´avril, la Somalie et le Somaliland sont confrontés à la plus grande épidémie de rougeole au monde

Des maladies courantes et évitables, comme la rougeole et la diarrhée, sont les principales causes de décès chez les enfants. La pénurie d'eau et de denrées alimentaires ont créé des conditions idéales pour les épidémies de maladies infectieuses et la malnutrition chez les enfants.

La Somalie et le Somaliland sont confrontés à la plus grande épidémie de rougeole au monde et plusieurs districts sont également aux prises avec une épidémie de choléra qui submerge complètement les services humanitaires et médicaux et touchent particulièrement les enfants.

Dr Bakri notre responsable MSF déclare

« En février, notre hôpital de Baidoa a traité à lui seul plus de 2 500 enfants atteints de rougeole » déclare Bakri Abubakr, notre responsable de programme MSF en Somalie.

Plus de 2 500 enfants traités contre la rougeole 

Les équipes MSF ont examiné près de 6 000 cas suspects de rougeole entre le début de l'année et la mi-mai dans plusieurs hôpitaux.

MSF lutte contre la malnutrition aiguë chez les enfants

« Nous traitons également de nombreux enfants souffrant de malnutrition aiguë. Nos 20 cliniques mobiles d'alimentation thérapeutique à Baidoa accueillent entre 700 et 1 000 enfants par semaine", explique Bakri. 30 % d'entre eux souffrent de malnutrition aiguë sévère : cela signifie que nous sommes bien dans une situation d'urgence aiguë ».

Défi pour atteindre les personnes déplacées

La réponse médicale et humanitaire aux différentes maladies contagieuses ainsi que la lutte contre la malnutrition chez les enfants en Somalie et au Somaliland représentent un énorme défi, où l'accès aux populations déplacées ou vivant dans des zones éloignées restent difficiles.

A Baidoa, Mudug, Jubaland, Hargeisa et Las Anod, les patients nous ont fait part de leur besoin d'assistance humanitaire pour survivre. De nombreuses personnes nous ont décrit leurs voyages très éprouvants à la recherche d'aide. Ces voyages peuvent inclure la marche pendant plus de 20 jours, ou jusqu'à 150 kilomètres, et la perte de membres de la famille pendant le voyage.

On estime à 1,4 million cette nouvelle vague de déplacés

Cette situation reflète une détérioration rapide de la situation humanitaire. On estime que 4,9 millions de personnes sont touchées par des conditions de sécheresse extrême. Près de 700 000 personnes ont été nouvellement déplacées depuis le début de 2021, dont 300 000 rien qu'en janvier et février de cette année. Selon les prévisions, 1,4 million de personnes seront déplacées dans les mois à venir, ce qui aura pour effet d'engorger des camps de déplacés et des villes déjà surpeuplées et de générer de nouveaux conflits pour les ressources.