Coronavirus: MSF soutient quatre hôpitaux dans le nord de l'Italie

Nos équipes présentes en Italie apportent leur soutien aux autorités sanitaires du pays, en réponse à la pandémie de COVID-19, et ce, au sein de quatre hôpitaux de la province de Lodi, dans le nord de l'Italie, dans la région de Lombardie, l'épicentre de l'épidémie dans le pays.

Ces équipes sont composées de spécialistes italiens des maladies infectieuses, d'anesthésiologistes, d'infirmières et de logisticiens, qui mettent à profit leur expérience mondiale de la gestion des épidémies. Le personnel travaille en collaboration avec les autorités sanitaires locales et le personnel des hôpitaux des villes de Lodi, Codogno, Casalpusterlengo et Sant'Angelo Lodigiano, en assurant, entre autres, la prévention des maladies et les soins aux patients.

« Les médecins et les infirmières de la province de Lodi travaillent sans relâche depuis des semaines dans une situation extraordinaire », déclare la médecin Claudia Lodesani, spécialiste des maladies infectieuses et présidente de MSF Italie. « Nous leur offrons un soutien pour les aider à faire face aux besoins énormes et à la charge de travail du personnel local ».

Des mesures de prévention et de contrôle ont déjà été mises en place dans les hôpitaux pour prévenir la transmission du virus et assurer la sécurité des travailleurs de santé.

« Lors d'une épidémie comme celle-ci, il est crucial d'arrêter la transmission du virus. Dans les hôpitaux, il est particulièrement important de réduire les risques pour le personnel de première ligne, ce qui est un facteur important dans la lutte contre l'épidémie », explique le Dr Lodesani. « En dehors des hôpitaux, chacun doit suivre les instructions du ministère de la santé, afin de contenir l'infection et de prévenir toute nouvelle charge pour les hôpitaux. Parce qu'ils doivent bien sûr pouvoir continuer à admettre d'autres patients ».

MSF a offert son soutien en Italie, l'un des pays les plus touchés par la pandémie COVID-19. Les équipes travaillent en solidarité avec la population italienne et les travailleurs de soins de santé primaires pour arrêter l'épidémie. Nous sommes est également en contact avec les autorités sanitaires des autres pays où nous travaillons.