Italie

En 2018, malgré une baisse significative par rapport aux années précédentes, les côtes italiennes ont encore vu débarquer plus de 20 000 personnes souvent traumatisées par la traversée et la détention en Libye. 

Malgré les manœuvres de plus en plus hostiles des autorités italiennes pour stopper les opérations de recherche et sauvetage , Médecins Sans Frontières a continué de fournir une aide psychologique et médicale aux migrants et réfugiés en Italie, dont des soins spécialisés aux victimes de tortures.

M. est originaire du Soudan. Il a demandé une demande de protection en Italie. Son état de santé mentale est très fragile en raison du stress profond qu'il a connu au cours des derniers mois, depuis qu'il a quitté son pays
M. est originaire du Soudan. Il a demandé une demande de protection en Italie. Son état de santé mentale est très fragile en raison du stress profond qu'il a connu au cours des derniers mois, depuis qu'il a quitté son pays © Giuseppe La Rosa/MSF

En Sicile, nos équipes ont offert les premiers secours psychologiques aux personnes débarquant dans les ports du sud et géré une clinique à Catane pour les patients nécessitant des soins à leur sortie de l’hôpital. Cette clinique a fermé ses portes en fin d'année, à la suite de la baisse du nombre d’arrivants. Les psychologues de MSF qui soutenaient les demandeurs d'asile dans les centres d'accueil de la province de Trapani, ont transféré leurs activités fin 2018, comme prévu. 

Rome et autres régions

Des équipes mobiles sont intervenues dans les camps informels autour de Rome, où des migrants végètent souvent dans des conditions de vie déplorables. En 2018, avec un réseau d'organisations et de bénévoles de la société civile, elles ont assuré quelque 1500 consultations médicales et interventions psychologiques, tout en offrant un soutien psychosocial aux mineurs non accompagnés dans les centres d'accueil de Rome. 

Terhas, médiatrice culturelle, discute avec des femmes érythréennes pendant qu'elles attendent leur consultation médicale à la clinique MSF de Vintimille. © Giuseppe La Rosa, novembre 2016
Terhas, médiatrice culturelle, discute avec des femmes érythréennes pendant qu'elles attendent leur consultation médicale à la clinique MSF de Vintimille. © Giuseppe La Rosa, novembre 2016

Pour la troisième année consécutive, nous avons géré à Rome, en collaboration avec des partenaires locaux Medici Contro la Tortura et ASGI, un centre de réadaptation pour les victimes de tortures, d’abus et autres formes de traitements dégradants. Ces victimes peuvent recevoir d’une aide psychologique, médicale, juridique et sociale. 

À Turin et Palerme, nous avons aidé et orienté plus de 800 personnes pour qu’elles bénéficient des services de santé nationaux. Nous avons aussi distribué des secours, tels que des couvertures et des tentes, aux migrants et réfugiés dans des camps de fortune, en particulier à Rome et le long des frontières nord de l'Italie.