Conflit au Tigré : notre assistance aux personnes déplacées dans la région

Des centaines de milliers de personnes ont été contraintes de fuir la région du Tigré, dans le nord de l'Éthiopie, après que des combats y aient éclaté dès novembre 2020. Quelque 50 000 personnes ont traversé la frontière du Soudan voisin en tant que réfugiées, mais la majorité de ceux qui ont fui les violences est restée au Tigré. Depuis début novembre, des équipes de MSF sont présentes au Soudan pour porter assistance aux réfugiés éthiopiens, notamment dans la zone de transit de Hamdayet et dans le camp de réfugiés de Um Rakuba. Depuis la mi-décembre, les équipes dispensent également des soins médicaux à des personnes déplacées dans la région du Tigré.

um rakuba
Une file d'attente pour la distribution de nourriture dans le camp d'Um Rakuba. © Thomas Dworzak, MAGNUM. Décembre 2020.

Dans certains endroits du Tigré auxquels nos équipes ont accès, des dizaines de milliers de personnes déplacées vivent dans des bâtiments abandonnés, notamment au nord-ouest, autour de Shire, Dansha et Humera. D'autres ont trouvé refuge dans des communautés d'accueil à l'est et au sud de la région. Ces personnes ont un accès très limité à la nourriture, à l'eau potable, aux abris et aux soins de santé. Selon nos équipes sur place, de nombreuses personnes se cacheraient encore dans les montagnes et les zones rurales de la région.

À certains endroits, les lignes électriques ont été coupées, l'approvisionnement en eau ne fonctionne pas, les réseaux de télécommunication sont en panne, et les banques fermées. En raison de l'insécurité persistante, de nombreuses personnes ont peur de retourner chez elles. Elles n'ont souvent aucun moyen de contacter leurs proches ou d'acheter des aliments essentiels. Certaines familles ont également accueilli chez elles des personnes fuyant les violences, ce qui leur impose une charge supplémentaire. Les combats ont éclaté pendant la saison des récoltes dans une région où les cultures sont déjà gravement endommagées par les criquets, ce qui entraîne une pénurie de nourriture. Même avant le début des combats, près d'un million de personnes dépendaient de l'aide humanitaire. Bien que les organisations d’aide et les autorités locales distribuent de la nourriture dans certaines régions, de très nombreuses personnes n’y ont pas accès et ont donc toujours besoin d’aide.

NOS ACTIVITÉS AU TIGRÉ

Dans le sud du Tigré, nos équipes gèrent des cliniques mobiles et ont relancé certaines activités dans les centres de santé des villes de Hiwane et Adi Keyih, en collaboration avec le personnel du ministère de la santé. Entre le 18 décembre et le 3 janvier, les équipes de Hiwane et d'Adi Keyih ont assuré 1498 consultations médicales.

Dans l'est du Tigré, MSF soutient l'hôpital d'Adigrat, la deuxième plus grande ville de la région. Lorsqu'une équipe est arrivée dans la ville le 19 décembre, elle a découvert que l'hôpital, qui dessert une population de plus d'un million de personnes, avait partiellement cessé de fonctionner. Vu l'urgence de la situation, nous avons envoyé des bouteilles d'oxygène et de la nourriture pour les patients et leurs soignants depuis Mekele, 120 kilomètres plus au sud, et a orienté les patients vers l'hôpital Avder, dans la capitale de la région. Depuis le 23 décembre, nos équipes gèrent le service des urgences de l'hôpital, ainsi que ses services médicaux, chirurgicaux, pédiatriques et de maternité. Elles dispenssent également des soins ambulatoires pour les enfants de moins de cinq ans. Du 24 décembre au 10 janvier, MSF a reçu un total de 760 patients au service des urgences de l'hôpital Adigrat.

Deze truck vol levensmiddelen vertrekt vanuit Mekele naar andere gebieden in Tigray
Ces camions remplis d'équipements et de denrées alimentaires essentiels quitteront Mekele pour d'autres régions du Tigré. © MSF, janvier 2021

Dans le centre du Tigré, et plus au nord, dans les villes d'Adwa, Axum et Shire, les équipes de MSF fournissent des soins de santé de base et des installations sanitaires à certaines des personnes déplacées qui manquent de biens essentiels telles que des médicaments, de l'oxygène et de la nourriture. Les équipes estiment qu'entre trois et quatre millions de personnes dans le centre du Tigré n'ont pas accès aux soins de santé de base.

Dans les villes de Mai Kadra et Humera, au nord-ouest du pays, MSF a soutenu certains centres de santé et a aidé jusqu'à 2 000 personnes déplacées en leur fournissant des services médicaux, de l'eau, et des produits d'assainissement et d'hygiène, et en installant des latrines d'urgence. La plupart des personnes déplacées ont depuis quitté la région.

Avant le conflit, la population du Tigré était d'environ 5,5 millions d'habitants, dont plus de 100 000 personnes déplacées et 96 000 réfugiés qui dépendaient déjà de l'aide alimentaire, selon les Nations unies.

Depuis novembre, en plus de leurs activités au Tigré, nos équipes fournissent des soins à des milliers de personnes déplacées à la frontière de la région d'Amhara. Elles ont soutenu plusieurs établissements de santé en leur apportant des fournitures médicales et en formant le personnel du ministère de la santé.