Sierra Leone

En Sierra Leone, Médecins Sans Frontières (MSF) s’emploie à relancer le système de santé après l’épidémie d’Ebola et à réduire les taux de mortalité maternelle et infantile.

Les équipes de MSF dispensent des soins médicaux et des formations au personnel, et fournissent du matériel dans plusieurs districts du pays.

overstromingen in freetown
Les équipes MSF essaient d’atteindre les communautés isolées de Jah Kingdom après les inondations et les glissements de terrain à Freetown. © Cathy Janssens, août 2017

District de Tonkolili

À Tonkolili, MSF travaille à la pédiatrie, la maternité et l’unité de néonatalogie ainsi qu’au laboratoire de transfusion sanguine de l’hôpital de district de Magburaka et apporte un soutien en personnel et en matériel au poste de santé maternelle et infantile de Magburaka.

MSF prête main-forte au personnel du ministère de la Santé qui offre des soins pédiatriques et obstétricaux d’urgence de base au centre de santé communautaire de la chefferie Yoni. Fin 2016, une étude menée par MSF révélait en effet que le taux de mortalité parmi les moins de cinq ans (1,55 décès/10 000 personnes/ jour) était proche du seuil d’urgence dans cette chefferie rurale.

En 2017, pendant la saison des pluies, MSF a formé et déployé des soignants communautaires pour assurer le dépistage, la prise en charge et le tiage des cas de paludisme des villages de 10 localités. Au total, parmi les 13 792 enfants dépistés, 77% étaient positifs.

MSF a également donné du matériel médical et assuré formations, mentorat et supervision du personnel du ministère de la Santé dans quatre autres centres de soins du district.

District de Koinadugu

À Koinadugu, l’équipe de MSF travaille en pédiatrie, à la maternité et aux urgences de l’hôpital de district de Kabala. En fin d’année, elle avait assisté 1324 naissances et soigné 618 femmes enceintes présentant des complications – un pas important dans la lutte contre la mortalité maternelle dans ce district. Depuis 2017, MSF offre des soins primaires dans quatre centres de santé de la chefferie Mongo et a ouvert une banque du sang dans l’un d’eux. Une équipe soutient le centre de santé et les soignants communautaires, les accoucheuses traditionnelles et le dispensaire en développant les capacités, fournissant des médicaments essentiels et des soins maternels et infantiles, et menant des actions de promotion de la santé, et de prévention et lutte contre les infections. MSF renforce aussi l’ensemble du système de référence des patients dans le district.

District de Kenema

À Kenema, MSF aide 10 dispensaires des chefferies Gorama Mendé et Wandor. L’équipe soutient le système de référence des patients et rétablit l’approvisionnement en eau et en énergie de toutes les structures. Ce district a été l’un des plus touchés par l’épidémie d’Ebola : plus de 200 soignants ont succombé à la maladie. Un nouvel hôpital universitaire ouvrira en octobre 2018. Il s’attachera à réduire la mortalité maternelle et infantile, tout en formant de nouveaux soignants.

Interventions d’urgence

À Tonkolili, Koinadugu, Kenema et Freetown, la capitale, les équipes de MSF surveillent la situation nutritionnelle et répondent aux urgences. En août 2017, MSF a participé aux opérations de secours suite aux inondations et au glissement de terrain à Freetown, en fournissant de l’eau potable à plus de 3000 personnes en trois points de la ville. L’équipe a aussi assuré la supervision du personnel du ministère de la Santé, mené des actions de promotion de la santé et apporté un soutien logistique lors d’une campagne de vaccination contre le choléra qui a atteint environ 120 000 personnes dans les zones à haut risque de la capitale.