Cameroun

En 2019, MSF a continué d’apporter une assistance aux groupes de la population camerounaise vulnérables, ainsi qu’aux déplacés et réfugiés, dans les zones du pays affectées par le conflit et la violence. Les combats entre forces gouvernementales et groupes séparatistes se sont intensifiés dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, alors qu'une flambée de violences et d'attaques de groupes armés dans le nord-est du Nigéria voisin a poussé des milliers d'habitants à traverser la frontière pour se réfugier dans la région de l'Extrême Nord.

Des civils piégés par la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest

 Ali Mala, 17 ans, est soigné à l'hôpital régional de Maroua après avoir été blessé dans un attentat-suicide le 31 décembre 2017 à Mbia. Il a été gravement blessé par un éclat d'obus et a été transféré à l'hôpital de Maroua en raison de la gravité de ses blessures. © Sylvain Cherkaoui/COSMOS, janvier 2018
Ali Mala, 17 ans, est soigné à l'hôpital régional de Maroua après avoir été blessé dans un attentat-suicide le 31 décembre 2017 à Mbia. Il a été gravement blessé par un éclat d'obus et a été transféré à l'hôpital de Maroua en raison de la gravité de ses blessures. © Sylvain Cherkaoui/COSMOS, janvier 2018

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun a provoqué le déplacement de plus de 700 000 personnes, ce qui a durement pesé sur les services de santé de ces régions. Pour améliorer l'accès aux soins et répondre aux besoins croissants, nos équipes ont épaulé environ 30 hôpitaux et centres de santé à Bamenda, Widikum, Kumba et Mamfe, et géré un service d'ambulance fonctionnant 24h/24 qui a réalisé plus de 9000 transferts durant l'année. Nos activités ciblent les soins d'urgence, en particulier aux victimes de violences armées et sexuelles, aux enfants et aux femmes enceintes. Nous avons aussi formé des soignants communautaires à la conduite d’actions de promotion de la santé et au traitement de cas simples des maladies les plus courantes, comme le paludisme et les diarrhées. Leur rôle est crucial car beaucoup de déplacés ont fui dans la brousse, où ils n'ont accès à aucun soin ni services de base. Pendant l'année 2019, nous avons assuré près de 150 000 consultations via nos soignants communautaires, le plus souvent pour des cas de paludisme.

Réfugiés et déplacés dans la région de l'Extrême Nord

Les populations de l'Extrême Nord du Cameroun sont confrontées au quotidien aux violences liées au conflit, auxquelles s’ajoutent une extrême pauvreté et un climat imprévisible. Dans les hôpitaux de Mora et Maroua, nos équipes apportent une aide médicale, comprenant des soins nutritionnels et en santé mentale, des actions de promotion de la santé et de la chirurgie d'urgence en cas d'afflux massif de blessés.

Plus près de la frontière nigériane, nos équipes aident les centres de santé à assurer les soins de base et les transferts vers les hôpitaux. En 2019, à Kolofata et Limani, nous avons formé plus de 40 soignants communautaires au diagnostic et au traitement des cas simples de la plupart des maladies infantiles courantes, et à l'identification des cas compliqués à référer vers les centres de santé ou les hôpitaux. En début d'année, nous avons fourni à Goura une aide d'urgence à quelque 35 000 réfugiés nigérians ayant fui Rann après une attaque violente du groupe d'opposition armé.

Pendant l'année, nos équipes dans l'Extrême Nord ont assuré quelque 75 000 consultations, 5000 consultations en santé mentale et 5700 consultations en santé génésique. En outre, nous avons soigné plus de 23 000 enfants souffrant de paludisme, diarrhée ou malnutrition (dans nos structures et au sein des communautés) et avons réalisé 4000 interventions chirurgicales.

Lutte contre des épidémies

Nous avons poursuivi la lutte contre une épidémie de choléra dans les régions du Nord et de l'Extrême Nord, et avons lancé des activités pour en contrôler une autre dans la péninsule de Bakassi, dans la région du Sud-Ouest. Nos équipes ont soigné 260 cas et vacciné plus de 35 500 personnes contre la maladie. Nous avons aussi assuré un suivi épidémiologique et des actions de promotion de la santé. De plus, nous avons contribué à répondre à une épidémie de rougeole à Maroua, où nous avons soigné plus de 1300 patients en ambulatoire et près de 400 cas sévères en hospitalisation au centre de Dougoi.

SUIVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ HUMANITAIRE, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MSF

MSF se soucie de la protection de vos données. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité