COVID-19 : le Brésil va vers une catastrophe humanitaire

Actuellement, plus d'un quart des décès dus au COVID-19 dans le monde ont lieu au Brésil. Le pays se dirige  vers une catastrophe humanitaire. Les autorités brésiliennes doivent reconnaître de toute urgence la gravité de la crise.

Partagez la vidéo sur FacebookTweetez cette vidéo

La santé publique ne semble pas être une priorité

  • Des centaines de milliers de Brésiliens sont morts jusqu’à présent.
  • Il n'y a toujours pas de réponse efficace et coordonnée.
  • La volonté politique de réagir de manière appropriée fait cruellement défaut.
  • Le refus du gouvernement d'introduire des mesures de santé publique fondées sur des données scientifiques a causé des ravages au sein de la population.
  • Les mesures prises sont devenues un champ de bataille politique, la santé publique ne semble pas être une priorité.

Le système de santé au bord de l'effondrement

Les chiffres relatifs au COVID-19 au Brésil sont stupéfiants. La semaine dernière encore, 4 249 décès et 86 652 nouvelles infections ont été enregistrés en une seule journée. Les ravages observés en Amazonie se sont étendus à la majeure partie du pays. Le personnel médical des unités de soins intensifs est épuisé et doit improviser. Le prestigieux système de santé brésilien est au bord de l'effondrement.

Restez informé

MSF appelle à une révision de la réponse au COVID-19

Nous demandons au gouvernement brésilien de reconnaître de toute urgence la gravité de la situation. Une coordination et une réponse centralisées sont nécessaires dès maintenant pour éviter d'autres décès. Des directives de santé publique basées sur des données scientifiques doivent être mises en œuvre et respectées. Le COVID-19 doit être combattu au sein des communautés avant tout, et non dans les unités de soins intensifs.

Quels sont les changements à apporter ?

  • Tout d'abord, il doit y avoir des directives claires sur le port du masque, la distanciation physique et les déplacements non essentiels.
  • Il est également urgent de pouvoir utiliser de l'oxygène ou des équipements de protection individuelle au sein des stuctures de santé.
  • Les unités de soins intensifs sont pleines. Des personnes meurent à l'entrée des unités de soins intensifs parce qu'il n'y a plus de place pour les patients en état critique.
  • Il y a un manque criant de planification et de coordination entre les autorités sanitaires fédérales et les autorités locales.
  • Le personnel médical est épuisé. Au Brésil, l'emploi de personnel étranger est interdit. Même les Brésiliens ayant des diplômes étrangers ou une expérience professionnelle ne sont pas autorisés à y travailler.
  • Une énorme quantité de désinformation circule dans les communautés. Des mesures telles que le port du masque, la distanciation physique et les déplacements non essentiels sont évitées et politisées.
  • Des traitements ou des méthodes préventives erronés circulent. L'hydroxychloroquine (un médicament antipaludéen) ou l'ivermectine (un médicament antiparasitaire) sont présentés par les politiciens comme un remède contre le COVID-19 et prescrits par les médecins comme traitement.
  • Le déploiement des vaccins ne se passe pas bien non plus. Actuellement, seulement 11% de la population a été vaccinée avec une première dose. Des millions de personnes sont désormais menacées par plus de 90 variantes circulant dans le pays.

QUE FAIT MSF AU BRÉSIL ?

  • Depuis avril 2020, nos équipes ont soutenu plus de 50 établissements de santé, en donnant la priorité aux plus vulnérables.
  • Nous avons progressivement changé d'orientation pour soutenir les systèmes de santé locaux en situation critique.
  • Actuellement, nous portons assistance aux patients atteints du COVID-19 dans le nord du Brésil, dans les États de Rondônia, Roraima et Amazonas.
 

SUIVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ HUMANITAIRE, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MSF

MSF se soucie de la protection de vos données. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité