Médias sociaux

  • FR
Open the menu

Yémen : 65 civils tués par des attaques aériennes à Taiz

Médecins Sans Frontières a publié aujourd’hui la déclaration suivante en réponse aux frappes aériennes de la coalition menée par l’Arabie Saoudite et des lourds combats dans la province yéménite de Taiz. 

L'hôpital de MSF à Aden au Yémen © Guillaume Binet
L'hôpital de MSF à Aden au Yémen © Guillaume Binet

La déclaration est attribuée à Salah Dongu’du, coordinateur du projet de MSF à Taiz, au sud-ouest du Yemen.

« Plus de 65 civils ont été tués par des attaques aériennes menées par l’Arabie Saoudite dans la province de Taiz au Yémen, y compris 17 membres d’une même famille. Les attaques ont touché des civils et des maisons de la zone. Ceux qui ont survécu aux bombardements tentent, à main nue, de chercher des survivants parmi les décombres, ainsi que les corps de personnes décédées. De nombreuses personnes auraient également été blessées ou tuées la semaine dernière lors d’attaques aériennes, de bombardements et de combats dans des zones densément peuplées.

Les patients et les membres du personnel de MSF ne peuvent atteindre les hôpitaux à cause des combats intenses et des attaques aériennes à Taiz. Sur les vingt hôpitaux de la ville, seulement sept sont encore fonctionnels et peuvent recevoir des blessés, pour une population de 600.000 personnes. Ces sept hôpitaux sont complètement submergés de blessés et sont à court de médicaments essentiels. En même temps, nous savons que beaucoup de personnes ne parviennent pas à se rendre à l’hôpital à cause des combats. Les équipes médicales éprouvent également des difficultés à atteindre les hôpitaux parce que les routes sont trop dangereuses étant donné l’intensité des combats.

Durant les plus récentes attaques, 17 maisons ont été touchées et plus de 65 personnes auraient perdu la vie, parmi lesquelles au moins 17 enfants et 20 femmes. 23 personnes ont été blessées et amenées vers l’un des hôpitaux soutenus par MSF qui fonctionnent encore partiellement.

Il est terriblement frustrant de savoir que des personnes sont en train de mourir dans les rues de Taiz et que nos équipes ne soient pas capables d’atteindre les blessés. MSF tente de fournir des kits de première urgence aux infirmiers et docteurs afin qu’ils puissent traiter les gens qui ne parviennent pas jusqu’aux hôpitaux, mais nous savons que ce n’est pas suffisant. L’équipe médicale à l’hôpital Al Rawdah fait ce qu’elle peut mais le nombre de patients ne cesse d’augmenter et les médicaments et matériels essentiels, tels que les anesthésiants et les perfusions ne sont plus disponibles.

Depuis mars, les hôpitaux soutenus par MSF à Taiz ont traité plus de 4.300 patients. Depuis le 18 août, 923 blessés sont parvenus jusqu’à l’hôpital. 133 d’entre eux sont malheureusement décédés de blessures sévères. Beaucoup d’autres victimes n’ont pas pu venir se faire soigner à l’hôpital à cause des snipers et des attaques aériennes. Ces deux dernières semaines, les combats se sont intensifiés et il est devenu extrêmement difficile d’acheminer du matériel médical pour renflouer les stocks des hôpitaux.

Des combats intenses et des attaques aériennes

Si les parties belligérantes continuent les bombardements et les attaques aériennes, d’autres personnes vont perdre la vie. Nous appelons toutes les parties au conflit à cesser les attaques contre les cibles civiles, principalement les hôpitaux, les ambulances et les zones densément peuplées et à laisser le personnel médical et les organisations médicales apporter leur assistance.