Médias sociaux

  • FR
Open the menu

Quatre hôpitaux MSF en Syrie

Le conflit en Syrie est extrêmement intense : les lignes de front se déplacent constamment, de nombreuses personnes sont coupées de tout secours, quelque 6,8 millions de personnes ont un urgent besoin d'assistance humanitaire et le système de santé s'est effondré.

Ricardo Fernandez Sanchez/MSF. Syrie, 2013.
Ricardo Fernandez Sanchez/MSF. Syrie, 2013.

Malgré les difficultés que rencontre Médecins Sans Frontières (MSF) pour travailler dans ce pays, l'organisation y dirige maintenant quatre hôpitaux, un nombre croissant de cliniques mobiles à la périphérie de ces hôpitaux, et mène une stratégie de recherche active afin d'ouvrir de nouveaux projets dans des endroits sûrs. Par ailleurs, afin d'être totalement indépendante de tout positionnement politique à l'égard de la crise qui sévit dans ce pays, MSF utilise uniquement des dons privés pour mener ses activités en Syrie.

Environ 1,4 million de Syriens ont fui vers les pays voisins qui sont actuellement submergés et où les organisations humanitaires ont jusqu'ici été incapables de répondre à leurs besoins. MSF offre des consultations médicales et des biens de première nécessité aux réfugiés installés en Irak, en Jordanie, au Liban et en Turquie.

En Syrie, les activités de MSF se développent aussi rapidement que possible en fonction des conditions de sécurité, mais sont toujours limitées à quatre régions où MSF est en mesure d'avoir des équipes sur place pour offrir des services médicaux de haute qualité. Bien que MSF continue de négocier son accès auprès de Damas, pour l'instant l’organisation ne peut travailler que dans les zones contrôlées par l'opposition.

Dans son hôpital près d'Alep, MSF effectue plus de 1 500 consultations et environ 70 opérations chirurgicales par mois. Une autre équipe de MSF a mis en place une banque de sang (maintenant sous la responsabilité de médecins syriens) afin d'approvisionner les hôpitaux de la région d'Alep. En outre, la guerre ayant interrompu les activités normales de vaccination, MSF a commencé à vacciner des enfants.

Par ailleurs, MSF opère deux hôpitaux dans le gouvernorat d’Idlib. « Nous sommes en état d'alerte permanent au cas où nous devrions recevoir un volume important de blessés, mais ceci ne constitue pas nos activités principales au quotidien », explique Alex Buchmann, nouveau chef de projet de l'un des hôpitaux. Toutes les structures médicales qui sont encore plus ou moins fonctionnelles dans la région se consacrent aux blessés de guerre. Par conséquent, les personnes ayant des grossesses difficiles, des maladies chroniques, de la fièvre ou des maladies communes n'ont d'autre choix que de se rendre à notre hôpital ou nos cliniques mobiles. Nous recevons parfois des blessés, mais le plus souvent ce sont des personnes malades nécessitant des soins. »

Le deuxième hôpital de MSF dans cette région possède un service de traumatologie et de chirurgie hautement spécialisé, où jusqu'à présent, plus de 1 160 interventions chirurgicales ont été réalisées principalement pour des blessures liées à la violence. En outre, plus de 2 800 patients y ont reçu des soins d'urgence, dont de nombreux patients souffrant de brûlures graves subies lors d'accidents causés par des appareils de chauffage ou par l'utilisation d'appareils artisanaux pour raffiner le pétrole brut. Après une intervention chirurgicale, à l'hôpital ou dans une unité postopératoire, les patients reçoivent aussi des soins de physiothérapie.

Afin d’améliorer l'accès à l'eau et les installations sanitaires dans un camp pour personnes déplacées, MSF a construit 50 latrines et 50 douches. Une campagne de vaccination a été organisée pour les enfants de moins de cinq ans : 3 300 enfants ont été vaccinés contre la poliomyélite, et 2 000 contre la rougeole.

Dans le gouvernorat d'Al-Raqqah, les combats et les bombardements dans la ville d'Al-Raqqah et ses alentours ont forcé des dizaines de milliers de personnes à fuir les villages déjà en difficulté dans la région. MSF a déjà pu constater quelque 300 cas de rougeole (un signe évident de l'effondrement du système de santé). L'équipe de MSF a entrepris de fournir des consultations en ambulatoire dans un centre de santé et offrira bientôt un service de maternité et des traitements pour des maladies chroniques. De plus, l'organisation ouvrira prochainement une salle d'urgence et un service d'hospitalisation.

La plupart des équipes de MSF mènent également des cliniques mobiles, et certains des projets présentent un volet de santé mentale, absolument essentiel après deux ans de conflit intense. MSF s'occupe également d'approvisionner en matériel médical et en fournitures d'urgence des hôpitaux et des cliniques de part et d'autre du conflit en Syrie, y compris à Al-Raqqah, Damas, Deir Ezzor, Deraa, Hama, Homs et dans d'autres régions.