Notre intervention d'urgence en Ukraine et dans les pays voisins : où en sommes-nous le 21 avril ?

En Ukraine comme dans les pays limitrophes, les équipes MSF sont mobilisées pour soutenir les structures de santé en fournissant du matériel et en formant le personnel médical. Retrouvez dans cet article les dernières informations sur les interventions en cours au 21 avril.

msf ukraine train médicalisé
En coopération avec les chemins de fer ukrainiens et le ministère de la Santé, MSF a évacué plus de 270 patient.es en train médicalisé, provenant d'hôpitaux proches des lignes de front dans l'est du pays, touché par la guerre. © Maurizio Debanne - 10 avril 2022

MSF EN UKRAINE

  • Plus de 300 collaborateurs.rices MSF en Ukraine

En Ukraine, MSF travaille actuellement avec environ 120 employé.es internationaux et plus de 200 employé.es ukrainien.nes. D'autres rejoignent nos équipes chaque jour, en tant que personnel médical (chirurgien.nes, médecins, infirmier.es), psychologues, logisticien.nes et gestionnaires.

  • Plus de 225 tonnes de fournitures envoyées en Ukraine

Depuis le 24 février, MSF a envoyé plus de 225 tonnes de matériel médical et de premier secours en Ukraine. Une grande partie a déjà été envoyée aux hôpitaux et aux centres de santé, ou au ministère de la Santé pour être acheminée vers les endroits où les besoins sont les plus importants.

  • Plus de 270 patient.es évacué.es par train médicalisé

Le 1er avril, MSF a effectué son premier transfert en train médicalisé des hôpitaux de Zaporizhzhia vers ceux de Lviv, transportant neuf patient.es ayant été blessé.es à Marioupol ou dans ses environs. Nous les avons transportés à bord d'un train à deux wagons aménagé comme un service hospitalier de première nécessité, avec une équipe de neuf membres du personnel médical de MSF à bord.

ukraine train médicalisé orphelins lviv
Le 12 avril, notre train médicalisé transportait 11 patients blessés par traumatisme et 78 orphelin.es âgé.es de 2 mois à 3 ans, provenant d'un orphelinat de Zaporizhzhia.  © Avril Benoit - 12 avril 2022

Six autres transferts par ce train ont été effectués, la plupart des patient.es provenant d'hôpitaux proches des lignes de front dans les régions de Donetsk et Luhansk. Une évacuation de patient.es gravement blessés de Kharkiv ainsi qu'une évacuation de nourrissons et de jeunes enfants d'un orphelinat de Zaporizhzhia ont également été effectuées. Plus de 270 patients ont été évacués médicalement à ce jour, avec les membres de leur famille. D'autres transferts médicaux par train sont prévus car les demandes urgentes des hôpitaux de l'est continuent de croître, tandis qu'un train plus grand et plus médicalisé est prêt à être utilisé.

  • Kyiv (Ukraine centrale) 

À Kyiv, nous avons mis en place une ligne téléphonique pour les personnes atteintes de maladies non transmissibles, qui peut être utilisée par les personnes âgées et vulnérables pour se faire livrer leurs médicaments à domicile, et nous avons lancé des cliniques mobiles pour les maladies non transmissibles.

MSF a également lancé un nouveau projet visant à fournir des soins de santé primaires et des soins de santé mentale aux habitant.es de Hostomel, près de Bucha et de Kyiv, qui a été occupé par les forces russes pendant 35 jours.

Les équipes MSF gèrent aussi des cliniques mobiles offrant des consultations externes dans les environs de Kyiv (Ivanivka, Yahidne, Velyka Vis, Siberezh).

Au cours des premiers jours de la guerre, une équipe chirurgicale de MSF a organisé des formations sur les pertes massives et en chirurgie de guerre, notamment dans un hôpital pédiatrique. 

  • Fastiv (Ukraine centrale) 

Une attention particulière a été accordée aux personnes âgées ainsi qu'aux personnes déplacées à l'intérieur du pays qui souffrent de maladies chroniques. Le soutien psychosocial et médical a commencé le 5 avril et environ 60 consultations médicales ont été dispensées aux personnes âgées dans les environs de Makariv. Il est prévu de continuer à évaluer la situation de ces personnes vivant à la campagne et privées de soins de santé pendant tout le mois.  Des formations et des dons ont également été faits aux établissements de santé. La semaine dernière, l'équipe de Fastiv a commencé des consultations à Borodianka, une autre zone nouvellement accessible qui a été occupée par les troupes russes.

  • Kropyvnytskyi (Ukraine centrale) 

Une équipe MSF basée sur place évalue les structures de santé de la ville et des zones périphériques et a commencé à former des para-médicaux et des secouristes.

  • Mykolaiv et Odessa (sud de l’Ukraine) 

Pour aider les structures de santé ukrainiennes à faire face à un afflux potentiel de blessé.es, les équipes MSF ont formé des centaines de médecins et d'infirmier.es à classer les patients en fonction de la gravité de leurs blessures. Cette étape est essentielle pour garantir que les patient.es soient traités de manière appropriée dans une situation d'urgence.

À Odessa, un anesthésiste-réanimateur MSF a formé des médecins généralistes et des infirmier.es qui pourraient être appelés à prendre en charge immédiatement les habitant.es de l'oblast.

A Odessa et à Mykolaiv, nous avons pu faire don de matériel médical aux hôpitaux qui se préparent à accueillir des blessé.es. Des consultations pour les patient.es hospitalisé.es et les personnes vulnérables seront bientôt assurées. 

  • Chernihiv (nord de l’Ukraine)

À Chernihiv, nous avons fait un don important de fournitures médicales à l'un des hôpitaux de la ville. Nous avons également mis en place des cliniques mobiles dans les villages voisins et dans la ville afin de répondre aux besoins sanitaires et nous assurons des consultations externes pour les maladies non transmissibles ainsi qu'un soutien en matière de santé mentale.

  • Kharkiv (nord-est de l’Ukraine)

À Kharkiv, nous organisons des cliniques mobiles pour des milliers de personnes réfugiées dans les stations de métro (plus de la moitié des stations de la ville), dont beaucoup souffrent de stress et de traumatismes psychologiques dus à la guerre. Plus de 500 consultations ont été effectuées.

ukraine kharkiv msf métro
Dans le métro de Kharkiv, les équipes MSF fournissent des soins de santé dans des cliniques mobiles. ©  Adrienne Surprenant - 11 avril 2022
  • Zhytomyr (nord-ouest de l’Ukraine) 

À Zhytomyr et dans ses environs, nous avons fait don de fournitures liées aux traumatismes et mené des formations sur les pertes massives dans neuf hôpitaux pendant la période où les lignes de front des combats étaient proches. L'accent est progressivement mis sur la reprise de nos anciennes activités de soutien au traitement de la tuberculose résistante aux médicaments.

  • Dnipro et est de l’Ukraine  

MSF étend ses activités dans l'est de l'Ukraine pour répondre aux besoins humanitaires croissants dans les zones proches de la ligne de front et dans les lieux accueillant des personnes ayant fui leur domicile.

Dans et autour de Dnipro, nous apportons notre soutien aux personnes qui ont réussi à fuir certaines parties des oblasts de Donetsk et de Luhansk où le conflit s'est intensifié et qui séjournent désormais temporairement ou à plus long terme dans des dizaines d'abris et de logements. Notre soutien est désormais étendu à la fourniture d'articles de secours essentiels, à la poursuite des soins pour les personnes souffrant de maladies chroniques, à l'administration de premiers secours psychologiques et à la mise en relation des personnes avec les services sanitaires et sociaux essentiels.

À Zaporizhzhia, MSF fournit des soins psychologiques de premier secours aux personnes de Marioupol et des environs, récemment arrivées dans les centres d'accueil et les abris. Nous avons également fait don de matériel médical et mené une formation sur les pertes massives pour le personnel du principal hôpital de référence de Zaporizhzhia.

Depuis février 2022, nous avons fait don de matériel médical et dispensé des formations aux urgences, en personne ou à distance, au personnel médical ukrainien travaillant dans de nombreux hôpitaux de l'est de l'Ukraine. Cela inclut les hôpitaux de Bakhmut, Dnipro, Kramatorsk, Mariupol, Myrnohrad, Orikhiv, Pokrovsk et Zaporizhzhia.

Dnipro reste une plaque tournante importante pour l'organisation des évacuations par train médical depuis les hôpitaux situés plus à l'est et plus près des lignes de front actives du conflit. La plupart des patient.es sont envoyés à Lviv, à l'extrême ouest de l'Ukraine.

  • Vinnytsia (centre-ouest de l’Ukraine) 

À Vinnytsia, nous travaillons avec les hôpitaux locaux pour les aider à se préparer à des événements impliquant un grand nombre de victimes et nous étudions comment nous pouvons fournir une aide en matière d'eau et d'assainissement. Nos équipes ont également fait des dons aux établissements de santé de l'Oblast.  Dans le district de Nemyriv, une approche psychologique et de déstigmatisation des soins de santé mentale a été mise en place dans un contexte où l'approche institutionnelle et pharmacologique (biomédicale) de la santé mentale prévalait auparavant.

  • Lviv (ouest de l’Ukraine)  

À Lviv, nos équipes ont dispensé une formation aux urgences et aidé les hôpitaux à se préparer à l'afflux massif de blessé.es. Les personnes déplacées se réfugient actuellement à Lviv et dans d'autres villes de l'ouest de l'Ukraine. Souvent, elles ont quitté leur maison avec seulement ce qu'elles pouvaient porter. Les volontaires locaux et les organisations de la société civile travaillent dur pour les aider, mais les conditions sont difficiles, les logements disponibles étant déjà pleins à craquer.

MSF a fait don d'une grande quantité d'articles pour lutter contre le froid (sacs de couchage, couvertures thermiques, vêtements chauds, tentes) aux organisations de la société civile qui soutiennent les personnes déplacées et les réfugiés. Un nouveau projet a été lancé pour aider l'un des plus grands hôpitaux de Lviv à gérer son unité de traitement des brûlures. 

  • Mukachevo et Berehove (sud-ouest de l’Ukraine) 

Nous avons aidé les principaux hôpitaux de référence de Berehove et de Mukachevo, dans le sud-ouest, près de la frontière hongroise, en leur dispensant des formations sur les pertes massives, au cas où ils recevraient un afflux important de patient.es blessé.es.

Une équipe a mis en place des cliniques mobiles le long de la frontière hongroise, là où se trouve un nombre important de personnes rassemblées, centrées pour l'instant sur Berehove. L'équipe constate des premiers signes indiquant que le soutien en matière de santé mentale sera une grande priorité, et le travail se concentrera davantage dans cette direction, ainsi que sur la continuité des soins pour les patients qui suivaient auparavant un traitement médical qui risque d'être interrompu par leur départ rapide vers un lieu sûr.

  • Uzhhorod et Ivano-Frankivsk (sud-ouest de l’Ukraine)

Nous avons établi des bases dans ces endroits, où nous avons évalué les installations sanitaires et établi un réseau de soutien en termes de dons médicaux aux hôpitaux ici et dans les zones de première ligne.

Nous avons organisé des formations avec les professionnel.les de santé locaux, notamment sur la santé mentale pour les psychologues et les premiers intervenants, et dans le cas d'Ivano-Frankivsk, nos équipes ont commencé des séances de thérapie de groupe avec les personnes déplacées. Nous avons également distribué environ 1 000 kits de produits non alimentaires pour les personnes déplacées dans ces endroits et dans les zones rurales voisines.

DANS LES PAYS LIMITROPES

Au 19 avril 2022, plus de 5 millions de réfugié.es ont fui l’Ukraine. Face à cet afflux massif, MSF apporte son soutien aux personnes déplacées et aux structures médicales des pays limitrophes.

  • Pologne  

Selon le HCR, plus de 2,8 millions de personnes ont fui l'Ukraine vers la Pologne. Jusqu'à présent, la Pologne a été la principale voie d'acheminement du matériel et du personnel en Ukraine, et MSF dispose d'équipes chargées de faciliter ces mouvements. Dans les premiers jours de la réponse, MSF a fait don de quelques articles de secours essentiels à la Croix-Rouge de Lublin et à un point d'accueil à Horodlo, près du poste frontière de Zosin. 

  • Hongrie

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a signalé que plus de 470 000 personnes ont traversé le pays en tant que réfugié.es vers la Hongrie.

Alors que les premières évaluations indiquaient qu'un grand nombre des besoins immédiats des réfugiés étaient correctement satisfaits, nous avons commencé à travailler en partenariat avec des organisations locales et avec le soutien de médecins hongrois pour pouvoir fournir des soins de santé primaires et une première aide psychologique. Nous devons évaluer l'évolution de la situation et déterminer si des individus ou des groupes vulnérables sont privés de services et de soutien de première nécessité.

  • Moldavie

Au 19 avril, près de 426 000 personnes ont traversé la Moldavie depuis l'Ukraine, dont beaucoup en transit. 

MSF a envoyé des équipes aux points frontaliers du nord (Otaci) et du sud-est (Palanca). Le 12 mars, à Palanca, MSF a commencé à dispenser des consultations de soins de santé primaires et des séances de premiers soins psychologiques aux réfugié.es, ainsi qu'un soutien aux besoins de base des familles fuyant la région de Mikolayiv et d'Odessa - cette activité est désormais terminée et a été confiée à d'autres acteurs humanitaires. Des activités similaires ont débuté à Otaci, où MSF a ouvert un point médical. Nous avons déjà commencé à former les volontaires locaux aux premiers secours psychologiques.   

L'équipe de santé mentale de MSF a également fourni des premiers soins psychologiques aux personnes dans les structures d'accueil de la capitale, Chișinău. Des évaluations dans différents hôpitaux de la ville sont également en cours pour évaluer comment améliorer l'accès aux soins de santé pour les réfugié.es. 

  • Slovaquie 

Selon le HCR, plus de 346 000 personnes ont traversé vers la Slovaquie depuis l'Ukraine, en date du 19 avril.

Nous avons signé un protocole d'accord avec le ministère de la Santé pour pouvoir importer des fournitures médicales et nous définissons actuellement le champ de notre collaboration avec les autorités, qui se concentrera probablement sur les domaines de la santé mentale, de la violence sexuelle et sexiste et de la tuberculose pour les réfugié.es. Pour l'instant, les besoins humanitaires et médicaux critiques sont couverts par les autorités locales et la société civile.

  • Russie

MSF travaille avec les autorités sanitaires des régions d'Arkhangelsk et de Vladimir pour réduire le fardeau de la tuberculose résistante aux médicaments et améliorer le traitement de la maladie.  

Selon le HCR, près de 550 000 personnes ont traversé vers la Russie depuis l'Ukraine en date du 19 avril. MSF étudie actuellement si de nouveaux besoins humanitaires médicaux sont apparus dans les régions de Russie limitrophes de l'Ukraine. L'équipe s'est rendue à Rostov, Voronezh et Belgorod.

A Rostov, nous avons fait quelques dons tels que de la nourriture, des kits d'hygiène, des articles de secours essentiels et des médicaments à distribuer aux personnes déplacées.  Dans le cadre de notre projet à Moscou et à Saint-Pétersbourg, où nous travaillons en partenariat avec des ONG locales pour soutenir les groupes vulnérables, nous avons constaté une augmentation du nombre de personnes demandant des soins pour le VIH et l'hépatite C, notamment des ukrainien.nes bloqué.es en Russie et qui ne peuvent pas obtenir de renouvellement de leur traitement antirétroviral. 

  • Biélorussie

En Biélorussie, MSF poursuit ses programmes réguliers. Nous soutenons le programme national de lutte contre la tuberculose et le traitement de l'hépatite C dans les prisons. Depuis 2021, nous avons également aidé les personnes en déplacement bloquées entre la Biélorussie et les pays de l'UE.

MSF a effectué une première évaluation de la situation à la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine et reste prête à aider les besoins médicaux et humanitaires émergents. Plus de 23 000 personnes ont traversé la frontière biélorusse depuis l'Ukraine.