Médias sociaux

  • FR
Open the menu

MSF intervient dans les zones isolées touchées par les inondations

Le 26 juin, le Pakistan a été touché de plein fouet par de fortes pluies, des vents violents et des inondations causés par le passage du cyclone Yemyin. MSF a alors visité plusieurs zones pour y apporter son aide. Des cliniques mobiles parcourent le territoire et des distributions de produits de première nécessité (tentes, couvertures, kits d'hygiène, et produits alimentaires de base) sont organisées.

 

A l'annonce des inondations dans la province du Balouchistan, MSF a immédiatement contacté le gouvernement pakistanais. Ce dernier n'a cependant accordé à MSF l'autorisation d'accéder aux zones affectées que le 5 juillet. MSF-Belgique intervient depuis au Balouchistan et plus particulièrement dans les districts de Kech et de Gawadar. Dans le district de Kech, les besoins sont énormes. Une population estimée à 250.000 personnes a été affectée par les inondations. Dans la région, les dommages causés à l'agriculture et aux infrastructures sont considérables. Les équipements de distribution d'eau ont été lourdement touchés et l'électricité est coupée. Il est difficile de savoir le nombre exact de personnes affectées par ces inondations dans la mesure où nous n'avons pas encore accédé aux territoires les plus isolés. Mais, il est très probable que ce chiffre soit important compte tenu de la proximité avec les rivières en crue et au vu du nombre impressionnant de maisons détruites et déplacées. Dans certaines zones, majoritairement à l'ouest de la ville de Turbat, des milliers de maisons ont été détruites. Les familles ont trouvé refuge autour de quelques points d'eau restants (qui ont également subi des dommages, la plupart étant envahis par la boue), où plusieurs camps provisoires ont été mis en place. L'armée et les ONG présentes ont fourni des abris aux sinistrés, surtout des tentes, mais avec une température pouvant atteindre les 50 degrés, très peu d'eau à disposition et sans équipements sanitaires, la situation court à la catastrophe. Des poches isolées de communautés ayant grand besoin d'assistance sont toujours très difficiles d'accès. Plus de la majorité des personnes du district a été affectée à des degrés différents: certaines habitations ont subi des dommages partiels, d'autres sont totalement détruites et on déplore des destructions à grandes échelles pour l'agricultur

Risques d'épidémies

Les villes de Ormara, comptant une population de 25.000 habitants et Pasni (50.000 habitants), ont toutes deux vu leurs équipements de distribution d'eau coupés et les gens doivent maintenant se résoudre à boire de l'eau trouble. Des épidémies sont ainsi fortement à craindre. A Ormara, une unité de traitement des eaux est en train de se mettre en place. Elle devrait fournir 50 mètres cube d'eau potable par jour. A Pasni, l'équipe doit mettre en place une unité de chloration de l'eau. L'objectif est de traiter toute l'eau qui est apportée dans la ville en camion. L'équipe travaille en collaboration avec les ingénieurs de santé publique du district, responsables du traitement de l'eau dans les villes. A Turbat, MSF travaille à la mise en place d'un centre de traitement de la dysenterie, dont on recense déjà 400 cas aiguës depuis le début des inondations. La majorité de ces cas présente également les symptômes du choléra. La situation est assez alarmante, l'eau et les installations sanitaires étant dans un état extrêmement déplorable dans beaucoup de zones. Nous prévoyons d'envoyer plus de responsables en "eau et sanitation" sur place afin de cibler au plus vite les points d'eau d'où proviennent les cas suspects de choléra qui seront traités à la source mais également afin de traiter les patients. Le principal hôpital est débordé à cause du nombre de cas. Nous prévoyons également de mettre deux ambulances supplémentaires à disposition qui permettraient de référer les malades de la périphérie vers le centre. Pour l'instant, il n'y a qu'une seule ambulance pour tout le district. MSF fournit également des médicaments et du matériel médical supplémentaires pour compléter les efforts du Ministère de la Santé et pour renforcer les structures de santé existantes dans le district de Turbat. Nous avons également lancé des cliniques mobiles dans une zone isolée appelée Jan Muhammad Bazaar, près de la frontière iranienne, où 600 familles ont vu leurs maisons détruites à 80%. En outre, MSF fournit des kits d'hygiène et des kits pour les familles aux populations les plus affectées et vulnérables. Nous avons procédé à un premier envoi de 500 kits d'hygiène et 500 kits pour les familles (comprenant des tablettes pour purifier l'eau, des bâches en plastique, du matériel de cuisine, des moustiquaires, etc.) et un second envoi de la même quantité de matériel est déjà prévu. MSF se coordonne sur le terrain avec les départements concernés et le Ministère de la Santé de Turbot et utilise ses fonds propres pour cette intervention. Par ailleurs, MSF a eu beaucoup de problèmes à obtenir des visas pour que son personnel international puisse se rendre au Pakistan. Des visas ont été délivrés au début mais MSF a aujourd'hui tout le mal du monde à en obtenir de nouveaux.