Médias sociaux

Open the menu

Lyman, Ukraine : notre première intervention d’urgence après 4 mois de conflit armé

arrivé des équipes MSF à Lyman
Arrivée d'une équipe MSF dans la ville de Lyman, dans la région de l’oblast de Donetsk, à l'est de l'Ukraine, ©Hussein Amri, octobre 2022

À l’est de l’Ukraine, dans la région de l’oblast de Donetsk, la ville de Lyman a été sous le contrôle de l’armée Russe durant quatre mois.
À sa reprise par les forces ukrainiennes, au début du mois d’octobre, celles-ci ont découvert une ville dévastée. Autrefois, la ville dénombrait 27 000 habitants. Alors que la majorité a fui, il reste une fraction de la population qui y vit dans des conditions précaires : sans électricité, et sans accès l’eau potable ni aux soins de santé.

Notre réponse à l’urgence médicale

Une semaine après la reconquête de Lyman, Médecins Sans Frontières s'est rendu pour la première fois dans la ville. Une équipe d'urgence, dont deux médecins, a fourni des soins médicaux de base et des médicaments gratuits aux habitants dans le bâtiment utilisé par la branche locale du service d'urgence de l'État ukrainien.

alla qui tient sa fille dans ses bras
 Alla qui tient sa fille dans ses bras après l'avoir amenée à la clinique mobile MSF,
©Hussein Amri, octobre 2022

 

Déplacés et isolés

Alla*, l'une des femmes qui est venue consulter les médecins MSF peu de temps après la reprise de Lyman, témoigne :

"Pendant les combats, toute la famille a dû s'abriter dans un sous-sol froid et humide et cela a eu des conséquences sur la santé de ma fille. La plupart des habitants ont quitté Lyman après de lourds bombardements. Nous sommes restés dans de nombreux endroits : près de Dnipro, Novomoskovsk, Kharkiv et Zaporizhzhia.
Nous avons quatre enfants et deux parents âgés de 70 ans. Personne ne voulait nous prendre tous les huit.
On m'a proposé un lit dans l'un des centres de déplacement sans mes parents et mon mari, mais je leur ai dit que je ne laisserai pas ma famille."

*Le nom a été changé pour protéger l'identité de la personne

Avant la reprise de la ville, les hôpitaux et les pharmacies ne fonctionnaient plus depuis des mois. Aujourd'hui encore, seul un poste de santé a rouvert.
Les deux hôpitaux de Lyman ont été gravement endommagés et ne peuvent fournir aucun soin médical spécialisé. Qui plus est, peu d'autres organisations internationales travaillent dans la ville. C’est pourquoi, il était essentiel pour MSF de se rendre sur place.

Aujourd'hui, en collaboration avec les autorités locales, nous avons transformé un centre de loisirs de la ville en une clinique de soins de santé de base.
Chaque jour, nos médecins et infirmiers locaux assurent des consultations et distribuent des médicaments de base aux habitants. Avec le chef de la commune de hromada, municipalité de Lyman, nous fournissons également des services de santé dans les villages voisins de Novoselivka, Rubtsi, Yatskivka et Yarova, où nos équipes ont vu environ 400 patients.

PathologieS et traumatismes

"La plupart des personnes qui viennent nous voir sont des patients atteints de maladies chroniques qui n'avaient pas eu accès aux soins médicaux", explique le Dr Valeria Leonova, médecin MSF. "Presque tous présentent des signes de stress : agitation, insomnie, irritabilité et peur".

Un mois après la reprise de Lyman, nous constatons toujours le manque de services et l'absence d'autres organisations internationales dans la région. Or, il est crucial que nous apportions notre soutien aux citoyens victimes de la guerre dont l'état de santé se détériore par manque d'accès aux soins de santé.