Insécurité croissante en République centrafricaine : nos équipes ont secouru 12 blessés après une attaque à Bangassou

La République centrafricaine a connu ces dernières semaines des pics de violence suite aux élections présidentielles. Le dimanche 3 janvier, une coalition de groupes armés non étatiques a attaqué Bangassou, une ville du sud-est du pays, à la frontière avec la République démocratique du Congo. L'attaque - au cours de laquelle la coalition a pris le contrôle de certaines parties de la ville de Bangassou - a fait plusieurs blessés. 

Nos équipes à Bangassou ont transféré et soigné en urgence 12 blessés à l'hôpital régional universitaire, que nous soutenons depuis 2014.

La veille de l'attaque, des milliers d'habitants avaient fui la ville et traversé la rivière Mbomou pour se réfugier à Ndu, en République démocratique du Congo, où nous soutenons également le centre de santé local. Nous élargissons notre soutien au centre de santé en y ajoutant du personnel, des médicaments et des vaccins, et nous étudions actuellement comment renforcer encore notre soutien médical aux populations déplacées à Ndu.

Le 27 décembre, des élections présidentielles ont eu lieu dans le pays, qui ont été marquées par de nombreux incidents armés. Le 28 décembre, plusieurs personnes ont été tuées, dont un membre de MSF, lors d'une attaque contre un camion de transport public près de Bambari.

Nos équipes restent mobilisées pour apporter une aide humanitaire et médicale à la population. Bien que certaines activités puissent devoir être temporairement réduites ou suspendues pour la sécurité de nos patients et de notre personnel, la plupart des services que nous fournissons dans le pays continuent de fonctionner.

Depuis le 21 décembre, nos équipes à Bossangoa, Bangui, Bangassou, Bambari et Batangafo ont pris en charge plus de 110 blessés.

MSF appelle tous les acteurs armés à permettre aux travailleurs de la santé de dispenser leurs soins médicaux, de remplir leurs obligations de protection des civils et des travailleurs humanitaires, de respecter les stuctures sanitaires, les ambulances, le personnel médical, ainsi que les patients et leurs soignants.