Médias sociaux

Open the menu

Choléra en Haïti : Médecins Sans Frontières appelle les autres organisations à mettre en place des dispositifs d'aide urgente

Je fais un don

Depuis plusieurs semaines, Haïti est frappé par une épidémie de choléra.
Dans la capitale Port-au-Prince et dans plusieurs autres régions du pays, le nombre de malades du choléra augmente significativement. D'autres organisations doivent se joindre d'urgence à la lutte contre le choléra.

 

Verpleegster overlegt met de moeder van een kind dat aan cholera lijdt in het cholerabehandelcentrum
Une infirmière consulte la mère d'un enfant atteint du choléra dans un centre de traitement dédié au choléra, ©Alexandre Michel , octobre 2022

MSF EST PRATIQUEMENT L'UNIQUE FOURNISSEUR D'AIDE INTERNATIONALE EN HAÏTI : D'AUTRES ORGANISATIONS DOIVENT L'AIDER

Médecins Sans Frontières est actuellement l'un des rares fournisseurs d'aide humanitaire internationale opérant dans le pays. Nos équipes travaillent 24/7 pour prendre en charge le plus grand nombre de patients possible qui sont atteints du choléra, mais une aide beaucoup plus importante est nécessaire. Il faut mobiliser davantage d'organisations et de bailleurs de fonds, mais aussi mettre les ressources essentielles - telles que la vaccination - à la disposition des équipes médicales et de la population en Haïti. 
 

LES CENTRES ANTI-CHOLÉRA DE MÉDECINS SANS FRONTIÈRES ONT PRESQUE ATTEINT LEUR CAPACITÉ MAXIMALE : "L'ÉVOLUTION EST TRÈS INQUIÉTANTE".

Au total, nous avons mis en place 6 unités de traitement du choléra qui, ensemble, peuvent admettre et traiter 389 patients. "Les unités de traitement du choléra que nous avons mises en place en Haïti seront bientôt au maximum de leur capacité", explique Mumuza Muhindo, coordinatrice nationale de MSF en Haïti. "Depuis la fin du mois d'octobre, nous traitons en moyenne 270 patients par jour dans nos centres. Au total, nous avons admis plus de 8 500 patients et enregistré 97 décès depuis le début de l'épidémie ; l'évolution est très inquiétante." 

Haïti totalement paralysé : situation sanitaire catastrophique, insécurité et pénurie de carburant

Cette épidémie de choléra est symptomatique de la situation humanitaire et sanitaire catastrophique d'Haïti. Le pays traverse depuis des années une crise politique, économique et sécuritaire sans précédent. Port-au-Prince est contrôlé par des gangs violents, les principales routes de liaison avec le reste du pays sont contrôlées par des groupes armés. 

Le carburant reste trop cher pour une grande partie de la population. Cette pénurie de carburant affecte non seulement la population malade, mais aussi le fonctionnement des établissements de santé : les services d'ambulance fonctionnent moins bien, de nombreux hôpitaux qui fonctionnent avec des générateurs doivent fermer leurs portes ou réduire fortement leurs services. 

De l'eau potable et sûre : essentielle dans la lutte contre le choléra, mais les camions-citernes ne roulent pas.

L'accès à l'eau potable - un élément crucial dans la lutte contre le choléra - dépend principalement de la circulation des camions-citernes. Mais même ces camions-citernes circulent moins, en raison de la pénurie de carburant et de l'énorme insécurité sur les routes.

Un quartier de Brooklyn complètement coupé du monde : les égouts débordent, les camions-citernes ne peuvent pas passer

"Port-au-Prince est pleine de déchets qui n'ont pas été ramassés depuis des mois", déclare Muhindo.
"Des quartiers comme Brooklyn, à Cité Soleil, sont complètement coupés par les ordures. Les canaux et les égouts contaminés débordent, provoquant des inondations massives, qui empêchent également les camions-citernes d'atteindre le quartier." 

La réponse de Médecins Sans Frontières au choléra

  • Nos centres de lutte contre le choléra représentent 60 % de la capacité totale de Port-au-Prince à recevoir et à traiter les patients atteints de cette maladie ;
  • Des équipes mobiles de spécialistes de l'eau et de l'assainissement ont chloré une centaine de points d'eau et installé huit points de réhydratation orale ;
  • Des promoteurs de santé travaillent avec les districts touchés pour éduquer la population sur la manière de prévenir l'infection.

Les vaccins sont essentiels : nos équipes se tiennent prêtes à lancer une campagne de vaccination

Outre le traitement des patients et l'accès à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates, la vaccination est également extrêmement importante pour lutter contre le choléra. Plusieurs centaines de milliers de doses de vaccin ont été allouées à Haïti par l'ICG, mécanisme international de coordination de la réponse vaccinale. Nos équipes sont prêtes à lancer une campagne de vaccination en soutien aux autorités sanitaires.

Notre seule réponse au choléra n'est pas suffisante : d'autres acteurs doivent de toute urgence intensifier leur réponse d'urgence

Nos équipes en Haïti travaillent 24/7 pour répondre à cette épidémie de choléra. Cependant, nous ne pouvons pas lutter seul contre cette épidémie. D'autres acteurs humanitaires et donateurs doivent se joindre à notre intervention, et ce, soit en mettant en place des centres de traitement, soit en renforçant d'urgence l'accès à l'eau potable et à l'assainissement.