Palestine

En Palestine, Médecins Sans Frontières (MSF) offre une assistance psychologique en Cisjordanie et une prise en charge médicale spécialisée des brûlures et traumatismes dans la Bande de Gaza.

Cisjordanie

MSF gère des programmes en santé mentale offrant un soutien confidentiel gratuit dans les gouvernorats de Naplouse, Qalqilya, Hébron, Bethléhem et Ramallah. L’occupation et les violences internes pèsent toujours gravement sur la santé physique et psychologique des habitants, qui sont exposés à des traumatismes directs et indirects, incluant les raids sur leurs maisons et l’arrestation de membres de leurs familles.

En novembre 2017, MSF a fermé ses interventions en santé mentale à Bethléhem et Ramallah, mais les a poursuivies dans les gouvernorats de Naplouse, Qalqilya et Hébron. Les équipes ont continué de sensibiliser les villages des gouvernorats de Naplouse et de Qalqilya à la santé mentale, et étendu cette activité à cinq des quartiers de Hébron les plus touchés. Des interventions en santé mentale de longue durée y sont organisées avec des groupes existants de la communauté.

Ces activités comprennent de la psychoéducation sur la gestion du stress, la stigmatisation de la santé mentale et la sensibilisation, et incluent des consultations individuelles à ceux qui en ont besoin.

"La situation dans laquelle vivent les enfants en Cisjordanie est si tendue qu'il est important de leur donner les outils pour en comprendre le sens. Le jeu peut leur donner les outils pour les aider à faire face à ce qui les entoure, par exemple à s’occuper d’eux, à se calmer et à exprimer leurs sentiments." Yettee Aiello, psychologue MSF. © Alva Simpson White/MSF, août 2018
"La situation dans laquelle vivent les enfants en Cisjordanie est si tendue qu'il est important de leur donner les outils pour en comprendre le sens. Le jeu peut leur donner les outils pour les aider à faire face à ce qui les entoure, par exemple à s’occuper d’eux, à se calmer et à exprimer leurs sentiments." Yettee Aiello, psychologue MSF. © Alva Simpson White/MSF, août 2018

En 2017, 644 patients ont bénéficié de sessions individuelles et de groupe en santé mentale. Plus de 44% d’entre eux avaient moins de 18 ans.

En 2017, MSF a renforcé son partenariat avec l’hôpital Rafidia de Naplouse, et fourni un soutien psychologique aux patients admis à l’unité des brûlés et en pédiatrie, ainsi qu’à leurs proches et au personnel médical assurant la supervision.

Bande de Gaza

Plusieurs facteurs ont contribué à détériorer la situation socioéconomique générale à Gaza, dont le blocus imposé par Israël depuis 10 ans et les heurts entre les diverses autorités palestiniennes. Plus de la moitié de la population est sans emploi, l’électricité est limitée à quelques heures par jour, l’eau potable manque et les mouvements de la population dans et hors de la Bande de Gaza sont strictement limités, ce qui entrave l’accès à des soins spécialisés.

MSF travaille dans trois cliniques de Gaza et offre des soins spécialisés pour les brûlures et les traumatismes, tels que pansements, physiothérapie et ergothérapie. En 2017, 4900 patients ont été traités, surtout pour des brûlures accidentelles ; 62% avaient moins de 15 ans.

L’accès limité aux analgésiques essentiels à Gaza complique le travail des infirmiers et physiothérapeutes de MSF pourtant expérimentés. Pour soulager la souffrance des brûlés pendant les procédures médicales les plus douloureuses, MSF a introduit la technique de sédation au mélange équimolaire oxygène-protoxyde d’azote (MEOPA).

MSF gère toujours ses programmes de chirurgie reconstructive en collaboration avec le ministère de la Santé pour les patients atteints de brûlures, de traumatismes ou de malformations congénitales. En 2017, 411 interventions ont été pratiquées sur 197 patients, dont 75% avaient moins de 18 ans.

Une équipe de MSF pratique une chirurgie reconstructive à l’hôpital Dar Al Salam de Gaza. © © Laurie Bonnaud, décembre 2017
Une équipe de MSF pratique une chirurgie reconstructive à l’hôpital Dar Al Salam de Gaza. © © Laurie Bonnaud, décembre 2017

Les cas les plus complexes qui ne peuvent pas être traités à Gaza sont référés à l’hôpital de chirurgie reconstructive de MSF en Jordanie. Toutefois, en 2017, seuls six patients sur 19 ont pu y être transférés en raison des entraves administratives.

En 2017, MSF a continué d’organiser des sessions de sensibilisation aux brûlures dans les écoles et les associations de femmes, incluant la prévention des accidents et les premiers secours.