Grèce

Migrants et réfugiés restent au coeur de l’action de Médecins Sans Frontières (MSF) en Grèce continentale et sur les îles de Lesbos, Samos et Chios.

En Grèce, MSF fournit une aide médicale et humanitaire aux migrants et réfugiés depuis 1996. Face à l’afflux de personnes arrivant sur les côtes grecques depuis la Turquie, ces activités ont été étendues en 2014. Depuis l’accord passé entre l’UE et la Turquie en mars 2016, beaucoup de migrants et réfugiés ont été empêchés de quitter les îles grecques en attendant une décision sur leur demande d’asile. Leur séjour est long, avec un accès limité aux soins et la crainte d’être renvoyés en Turquie. Ceux qui atteignent la Grèce continentale vivent souvent dans des conditions inadéquates dans l’attente du statut de réfugié ou d’un transfert dans un camp ou un appartement. MSF fournit toujours des services médicaux à Athènes et dans d’autres régions de la Grèce continentale ainsi que sur les îles de Lesbos, Samos et Chios. De janvier à décembre 2017, les équipes de MSF ont mené près de 19 600 consultations.

Îles grecques

Camp de Kara Tepe Camp à Lesbos. © MSF, mars 2017
Camp de Kara Tepe Camp à Lesbos. © MSF, mars 2017

À Lesbos, MSF gère depuis octobre 2016 une clinique offrant soins primaires, traitements des maladies chroniques, soins de santé génésique et soutien en santé mentale. Depuis août 2017, l’équipe se concentre sur les besoins des survivants de torture et de violence sexuelle et les troubles mentaux graves. En novembre, MSF a ouvert une nouvelle clinique devant le camp de Moria pour améliorer l’accès aux soins des moins de 16 ans et des femmes enceintes qui y vivent dans des conditions terribles.

À Samos, MSF gère un abri temporaire de 80 places qui accueille des familles de femmes enceintes, de nouveau-nés ou monoparentales. L’équipe offre un soutien en santé mentale aux patients et propose une aide juridique individuelle en partenariat avec le Conseil grec pour les réfugiés. MSF a mené une campagne de vaccination pour les enfants hébergés dans les abris et aidé les autorités nationales à effectuer des vaccinations dans cette zone d’urgence migratoire. L’équipe est aussi intervenue au poste de police de Vathy, pour améliorer les conditions de vie des détenus et l’accès à des soins médicaux et psychologiques.

Depuis décembre, MSF offre des services de médiation culturelle à l’hôpital de l’île de Chios.

Athènes

À Athènes, MSF gère trois cliniques pour répondre aux besoins spécifiques des migrants et des réfugiés. Au centre de jour, les équipes dispensent des soins en santé sexuelle et génésique, un soutien en santé mentale et la prise en charge des maladies chroniques. En septembre, elles ont ouvert une clinique mobile pour porter secours à ceux qui quittent Athènes pour poursuivre leur périple.

Dans un deuxième centre, MSF offre des soins intégrés aux survivants de torture et autres formes de violence. Cette clinique, gérée en collaboration avec le Centre de jour Babel et le Conseil grec pour les réfugiés, applique une approche multidisciplinaire comprenant soins médicaux et psychologiques, physiothérapie, assistance sociale et juridique. Dans un troisième centre, près de Victoria Square, MSF a fourni des soins primaires et un soutien en santé mentale jusqu’en décembre et assure des services de médiation culturelle à l’hôpital municipal.

Séance de thérapie de groupe artistique dans le centre MSF pour les survivants de torture à Athènes, en Grèce. "Le groupe a été créé pour certaines femmes, en particulier des pays africains, qui ont été victimes de torture et de violence. C’est très difficile pour elles d’exprimer le traumatisme qu’elles ont vécu. Leur estime de soi est vraiment affectée. L'un des objectifs du projet est de donner aux patients un moyen indirect de s'exprimer, en créant quelque chose à travers l'art" Ekaterini Karasavva, psychologue MSF. © Albert Masias, juin 2018
Séance de thérapie de groupe artistique dans le centre MSF pour les survivants de torture à Athènes, en Grèce. "Le groupe a été créé pour certaines femmes, en particulier des pays africains, qui ont été victimes de torture et de violence. C’est très difficile pour elles d’exprimer le traumatisme qu’elles ont vécu. Leur estime de soi est vraiment affectée. L'un des objectifs du projet est de donner aux patients un moyen indirect de s'exprimer, en créant quelque chose à travers l'art" Ekaterini Karasavva, psychologue MSF. © Albert Masias, juin 2018

Grèce continentale

En Épire, MSF a dispensé des soins psychologiques et psychiatriques aux populations de et autour d’Ioannina jusqu’en décembre. Différentes équipes mobiles ont été actives toute l’année dans toute l’Attique autour d’Athènes, ainsi qu’au centre de la Grèce.

Autour de Théssalonique, MSF a fourni des soins psychologiques et psychiatriques ainsi que des actions de promotion de la santé dans plusieurs camps et un soutien aux hôpitaux locaux, jusqu’en juillet.