Bangladesh

MSF continue de répondre aux besoins médicaux et humanitaires des réfugiés rohingyas et des communautés bangladaises vulnérables, et de combler les lacunes des soins de santé dans le district de Kamrangirchar à Dhaka.

Une salle de l’hôpital MSF Goyalmara Mère et Enfant à Cox’s Bazar, au sud-est du Bangladesh
Une salle de l’hôpital MSF Goyalmara Mère et Enfant à Cox’s Bazar, au sud-est du Bangladesh © Hasnat Sohan/MSF

Fin 2019, MSF était encore l’un des principaux fournisseurs d'aide médicale et humanitaire aux Rohingyas apatrides, dont environ un million vit à Cox’s Bazar, le plus grand camp de réfugiés au monde. Plus de deux ans après l'urgence initiale, les personnes vivent dans des conditions surpeuplées dans les mêmes abris de bambou, en étant totalement tributaires de l'aide humanitaire et vivant sans guère d'espoir en l'avenir. Des épidémies de maladies d'origine hydrique pour lesquelles il existe pourtant des vaccins, comme la rougeole, les diarrhées aqueuses aiguës et la diphtérie, font peser une menace permanente.

Toute l’année, les équipes de MSF se sont employées à améliorer la qualité et la couverture des soins, en étroite collaboration avec la communauté de réfugiés pour mieux comprendre leurs besoins et gagner leur confiance. Ce travail a généré une nette hausse du nombre de consultations, surtout chez les femmes maintenant plus nombreuses à accoucher dans nos maternités. Nous avons enregistré 2670 naissances dans l'ensemble de nos structures à Cox’s Bazar.

Nous avons commencé à adapter nos activités pour en garantir la pérennité à long terme et avons transféré à des organisations locales plusieurs structures, dont un vaste réseau d'utilisation de l'énergie solaire pour assurer l'alimentation en eau potable. Fin 2019, nous gérions trois hôpitaux, trois centres de soins généraux, un dispensaire, deux cliniques spécialisées et quatre structures de lutte contre les épidémies. Toutes ces entités offrent une vaste palette de services en hospitalisation et ambulatoire, tels que les urgences et soins intensifs, pédiatrie, obstétrique, santé sexuelle et génésique, et prise en charge des victimes de violence sexuelle et des maladies non transmissibles comme le diabète et l'hypertension. Nos équipes ont célébré le 10e anniversaire de l'hôpital de campagne de Kutupalong qui dessert les réfugiés rohingyas et la communauté bangladaise locale depuis son ouverture en 2009. 

Les réfugiés rohingyas sont confrontés au chômage, à d'effroyables conditions de vie et à un sentiment de désespoir qui s'ajoute à des souvenirs douloureux. Dans nos structures, nous avons reçu un nombre croissant de patients présentant des troubles de santé mentale. En réponse, nous avons donc renforcé nos services en santé mentale et le nombre de consultations individuelles et de groupe a augmenté. À Cox’s Bazar, MSF reste le plus grand fournisseur de soins psychiatriques spécialisés aux réfugiés rohingyas et aux Bangladais souffrant de troubles tels que la psychose, l'anxiété et l'épilepsie.

Kamrangirchar

Nos équipes à Dhaka continuent de gérer un programme de santé au travail unique en son genre à Kamrangirchar, un quartier proche de centaines de petites usines. Nous dispensons des soins médicaux adaptés aux besoins des ouvriers qui y travaillent dans des conditions souvent très dangereuses.

En 2019, nous avons mené 10 500 consultations en santé au travail et avons ouvert une nouvelle clinique mobile pour les ouvriers des tanneries. Dans nos services en santé sexuelle et génésique pour les filles et les femmes, nous avons mené près de 11 500 consultations prénatales et assisté 700 naissances durant l'année. Nous avons aussi offert une prise en charge intégrée aux victimes de violence sexuelle et conjugale, comprenant un soutien en santé mentale. 

SUIVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ HUMANITAIRE, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MSF

MSF se soucie de la protection de vos données. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité