Médias sociaux

  • FR
Open the menu

MSF augmente son niveau d'activité en Ukraine

Les besoins médicaux restent urgents des deux côtés de la ligne de front, pour les résidents et les personnes déplacées. Une grande partie du personnel de santé a quitté les zones contrôlées par les rebelles. De ce fait, des milliers de personnes se retrouvent sans accès à des soins de santé adéquats dans les villages éloignés. De nombreux centres médicaux ont été endommagés ou détruits et les médicaments de base et spécialisés manquent.

MSF continue à accroître ses activités médicales pour répondre aux besoins des personnes vivant dans les zones les plus touchées ainsi qu’aux personnes déplacées. Depuis le début du conflit, MSF a fourni des médicaments et du matériel médical à plus de 100 centres médicaux, hôpitaux, dispensaires et établissements de soins.

Un tank abandonné dans la région de Louhansk © MSF
Un tank abandonné dans la région de Louhansk © MSF

Consultations médicales

En janvier, MSF a organisé des dispensaires ambulatoires dans les régions de Donetsk et de Luhansk, des deux côtés de la ligne de front, pour dispenser des soins de santé de base aux habitants et aux personnes déplacées vivant dans des hébergements temporaires. MSF a maintenant mis en place des dispensaires dans plus de 30 sites, des deux côtés de la ligne de front, dans les villes de Donetsk, Luhansk, Debaltseve et Artemivsk, mais aussi dans des villages aux alentours pour atteindre les personnes vivant en zone rurale où les besoins sont très importants.

Les personnes vivant dans les villages proches de la ligne de front, des deux côtés, connaissent les plus grandes difficultés. Il y a beaucoup moins de personnel médical, et il n’y a pas de médicaments. La plupart des personnes qui sont restées dans les zones sous contrôle des rebelles sont âgées ou infirmes, ou alors elles n’avaient pas les moyens de partir. Les médecins MSF voient essentiellement des patients souffrant de maladies chroniques, et aussi d’infections respiratoires car dans beaucoup de maisons, il n’y a plus de fenêtres et les abris sont mal chauffés.

Programme de santé mentale

MSF développe aussi son programme de santé mentale pour en faire bénéficier plus de personnes touchées par le conflit, de patients d’établissements spécialisés, de personnes déplacées et de membres du personnel médical. Plus de 1100 consultations individuelles ont été données entre mai 2014 et février 2015. Beaucoup de patients sont traumatisés par ce qu’ils ont vécu et sont sujets à de l’insomnie ou de l’anxiété. Certains ont subi des bombardements et ont perdu des proches, d’autres ont été séparés de leur famille quand ils ont fui.

Prise en charge de la tuberculose multirésistante dans le système pénitentiaire

MSF traite la tuberculose multirésistante en Ukraine depuis 2011 et a actuellement 170 patients sous traitement dans cinq centres de détention provisoire et prisons à Mariupol, Artemovsk, Dnepropetrovsk, Djanivka et Donetsk. L’équipe fournit tous les médicaments nécessaires pour traiter la maladie et aider les patients à supporter les effets secondaires du traitement. Quand le conflit a débuté dans l’est de l’Ukraine, cela a été très difficile de poursuivre ce programme de prise en charge de la tuberculose et MSF a finalement dû arrêter de travailler dans les centres de détention car les équipes ne pouvaient plus s’y rendre en raison des bombardements. MSF est néanmoins parvenue à s’assurer que les traitements soient disponibles pendant toute la durée du conflit.

MSF a de nouveau une présence régulière dans ces établissements et apporte une aide pour pallier les manques de personnel de santé. De nombreux patients qui avaient arrêté leur traitement l’ont maintenant repris. MSF s’efforce par ailleurs de limiter la propagation de la maladie au sein du système pénitentiaire en fournissant un soutien pour les diagnostics précoces et en améliorant les mécanismes de contrôle de l’infection.