Open the menu

Médias sociaux

Le Hub humanitaire de Bruxelles accueille environ 200 personnes par jour

Ouvert en septembre dernier, le Hub humanitaire a déménagé à la Gare du Nord le 8 janvier 2018. Depuis, ce sont environ 200 migrant·e·s qui y sont reçu·e·s chaque jour. Au sein du Hub, les organisations proposent un ensemble de services répondant aux besoins d’une population de réfugié·e·s et de migrant·e·s en transit. MSF y prodigue des consultations en santé mentale. 

Le Hub humanitaire est une réponse humaine à la politique actuelle de dissuasion et répression. Il veille à ce que les personnes qui vivent dans une situation incertaine en Belgique et à Bruxelles, soient entendues et reçoivent une réponse adéquate à leurs besoins extrêmes. Le Hub offre un ensemble de services, des soins médicaux à la santé mentale mais aussi des conseils juridiques, de l’aide sociale, du traçage familial, de la distribution de vêtements et de l’orientation vers l’hébergement. Il cherche ainsi à répondre aux besoins non couverts. « Ce sont là des besoins humains les plus élémentaires, comme pour toute personne dans le monde d’ailleurs, nous pensons que les migrant·e·s y ont droit et nous voulons les traiter avec humanité », déclarent les organisations.

Xavier, psychologue MSF, en discussion avec un migrant à l'ancien HUB avant son déménagement à la gare du nord © Bruno de Cock / MSF
Xavier, psychologue MSF, en discussion avec un migrant à l'ancien HUB avant son déménagement à la gare du nord © Bruno de Cock / MSF 

Face à la nécessité d’investir un espace plus grand et plus central pour offrir leurs services de jour, les acteurs ont déménagé le 8 janvier 2018 à la Gare du Nord. Un espace de 800 mètres carrés est prêté gratuitement par AXA jusque fin septembre 2018.  « Le fait de rassembler nos différents services dans un seul endroit signifie pour les migrant·e·s moins d’aller-retour et plus de sérénité » expliquent les organisations. « Il s’agit de services intégrés et articulés les uns avec les autres. Nous sommes convaincus qu’un système de référencement interne entre les services répond au mieux aux besoins de la population ciblée.» 

Une réponse des citoyens et des associations

Depuis l’emménagement à la Gare du Nord le 8 janvier, les acteurs rencontrent environ 200 migrant·e·s en transit par jour. « Ce sont des personnes très fragiles. Elles sont profondément abîmées et désorientées. Le Hub est pour elles un espace où elles trouvent une réponse adaptée à leurs besoins auprès des services offerts. » 

En continuant leurs actions dans ce Hub, les organisations savent qu’elles n’apportent qu’une réponse partielle et temporaire aux migrant·e·s et à leurs besoins. Elles appellent donc à la mise en place d’un centre d’accueil et d’orientation à Bruxelles. Pour les acteurs du Hub, traiter décemment et humainement une communauté de 400-500 personnes à l’échelle d’un pays comme la Belgique n’est un problème que pour ceux qui ne veulent pas y répondre. « La société civile demande depuis des mois que soit créé un centre d’accueil et d’orientation, en vain » rappellent les organisations.

« Entretemps, ce sont les associations et les citoyens qui se mobilisent pour répondre aux besoins de base des migrant·e·s présent·e·s à Bruxelles. Depuis septembre, nous intensifions déjà notre action. Aujourd’hui nous passons à nouveau à un niveau supérieur. Et nous nous sentons aujourd’hui renforcés dans notre action par l’élan grandissant chaque jour de solidarité concrète vers les réfugiés, qui ont tout laissé derrière eux pour trouver un meilleur avenir pour eux et leurs familles ». Tant qu’il n’y aura pas de réponse institutionnelle, le Hub humanitaire associatif et citoyen sera obligé de poursuivre son action !

Le hub au complet

Depuis le 29 septembre 2017 le Hub humanitaire rassemblait rue Frontispice un ensemble d’acteurs et de services à destination des de réfugié·e·s et de migrant·e·s en transit. Médecins du Monde Médecins Sans Frontières, le CIRÉ, Vluchteling Werk Vlaanderen, Oxfam Solidarité et la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés avaient décidé d’unir leurs forces pour offrir dans un espace sécurisé et sanctuarisé aux femmes, hommes et enfants en transit à Bruxelles un ensemble de services.