COVID-19: Nous lançons notre plus grande intervention jamais réalisée en Belgique

Avec un peu plus de 1000 décès dus au COVID-19 enregistrés pour une population de 11 millions d'habitants, la Belgique est l'un des pays les plus touchés par la pandémie, peu après l'Italie et l'Espagne. Malgré un système de santé belge très développé, nous avons lancé notre plus grande intervention jamais menée dans le pays, afin d’apporter notre soutien à des activités cruciales, notamment le contrôle des infections dans les hôpitaux, les soins aux personnes âgées et le soutien aux groupes vulnérables tels que les personnes sans-abri et les migrants sans papiers.

La Belgique - comme un certain nombre d'autres pays européens - est confrontée à une phase très intense de la pandémie de Covid-19. Chaque jour de la semaine dernière, près de 600 personnes ont été admises à l'hôpital, alors que plus de 1 000 patients sont actuellement en soins intensifs. Si la moitié seulement des lits d'hôpitaux dédiés au COVID-19 est occupée, il existe cependant des lacunes importantes au sein des services, ce qui nous a incité à lancer notre réponse.

MSF apporte aux hôpitaux son expertise en matière de réponse aux épidémies

On peut supposer qu'avec l'un des systèmes de santé les plus avancés au monde, la Belgique n'aurait pas besoin d'une organisation comme MSF pour l'aider à faire face à une crise sanitaire. Mais malgré son personnel médical abondant et ses nombreux hôpitaux offrant des soins de qualité, la Belgique n’a tout simplement pas l’habitude de faire face à des situations d'épidémie majeure.

« Les hôpitaux belges n'ont pas besoin de MSF pour prodiguer des soins de qualité », déclare Meinie Nicolai, directrice générale de MSF. « Mais ce que nous apportons, c'est notre expertise - développée en réponse au choléra, à l'Ebola et à la peste - sur la manière d'organiser un hôpital et d'organiser le flux de patients, afin de prévenir de nouvelles infections et pour que les gens puissent être soignés dans les meilleures conditions possibles ».

Comment intervenons-nous à mons ?

Les équipes de MSF ont déjà commencé à travailler dans les hôpitaux de deux des régions les plus touchées : Mons et Anvers. Au Centre Hospitalier Universitaire Ambroise Paré, à Mons, une équipe MSF composée de cinq médecins et de trois logisticiens fournit un soutien médical, ainsi qu’une formation à l'utilisation des équipements de protection individuelle (EPI) et aux mesures de contrôle des infections, y compris quant à la manière de travailler en toute sécurité lorsqu'il y a pénurie d'équipements de protection.

Onze teams in overleg met ziekenhuispersonel in Bergen. © Pablo Garrigos, Bergen 31 maart 2020.
Nos équipes en concertation avec le personnel de l'hôpital de Mons. © Pablo Garrigos, 31 mars 2020.

L'équipe MSF aide également l'hôpital à mieux isoler les patients atteints du Covid-19 des autres patients, et donne des conseils sur la manière dont la capacité et le fonctionnement de l'hôpital pourraient être adaptés en fonction de divers scénarios. L'équipe apportera également un soutien psychologique aux équipes médicales de l'hôpital, qui travaillent extrêmement dur et dans des circonstances très difficiles depuis plusieurs semaines.

« Lorsque nous sommes arrivés, il y avait un grand nombre de patients, et leur nombre augmente encore chaque jour », explique Stephan Goetghebuer, coordinateur MSF de la réponse au Covid-19 à Mons. « Notre collaboration avec l'hôpital a été très fructueuse, et nous apprenons ensemble comment s'adapter au mieux à la situation. Nous espérons que cette expérience de travail dans un hôpital fortement touché par l'épidémie, combinée à notre expérience de nombreuses autres épidémies, nous permettra d'apporter un soutien rapide aux autres hôpitaux des régions les plus touchées du pays ».

Comment intervenons-nous à anvers ?

À Anvers, au sein des hôpitaux de Stuyvenberg, de Middelheim et de Jan Palfijn, MSF a mis en place des « zones de lavage », où les tabliers de protection portés par le personnel de santé traitant les patients atteints de COVID-19, peuvent être correctement nettoyés et désinfectés. Dans ses trois hôpitaux, MSF fournit également un soutien et une formation aux mesures de contrôle des infections et aux protocoles relatifs aux équipements de protection individuels.

À Anvers et Brasschaat, les équipes MSF soutiennent les autorités locales dans la mise en place d'unités de santé dédiées aux patients atteints de Covid-19, notamment par un soutien technique aux mesures de protection et à la gestion de santé.

À Lier et Saint-Trond, les équipes MSF apportent leur soutien à deux unités de santé, l'une de 20 lits et l'autre de 40 lits, où les patients en convalescence suite au Covid-19 et n’ayant plus besoin de soins intensifs, sont pris en charge par le personnel médical avant de rentrer chez eux.

MSF prévoit de documenter son approche de travail relative aux hôpitaux et aux unités de santé, afin qu'elle puisse être reproduite ailleurs, sans avoir besoin du soutien direct des équipes MSF.

des soins pour les personnes âgées à bruxelles

Ons mobiele team geeft een briefing aan personeel van Residentie Chistalain in Jette © Olivier Papegnies, Brussel 31 maart 2020.
Notre équipe mobile donne un briefing au personnel de la Résidence Christalain à Jette. © Olivier Papegnies, 31 mars 2020.

Comme dans le reste du monde, le nouveau coronavirus tue de manière disproportionnée parmi les aînés de nos communautés. En Belgique, on compte plus de 93% des décès liés au Covid-19 chez les plus de 65 ans. Pour les personnes âgées, c’est une double peine car de nombreux membres du personnel médical sont tellement surchargés de travail qu'ils ne peuvent pas faire face à la demande de visites dans les maisons de repos. En réponse à cette lacune, MSF envoie des équipes mobiles d'infirmiers et de professionnels de la promotion de la santé dans plus de 150 maisons de repos à Bruxelles. Ces équipes soutiennent et forment le personnel des maisons de repos sur la meilleure manière de dispenser les soins en se protégeant et en protégeant les résidents. Elles les conseillent sur la manière de désinfecter les zones potentiellement contaminées et sur la façon d'utiliser le plus efficacement les équipements de protection comme les masques et tabliers, dont elles disposent parfois en quantité très limitée.

Les équipes mobiles soutiennent et forment également le personnel des maisons de repos sur la manière de désinfecter les zones potentiellement contaminées et sur la façon d'utiliser le plus efficacement les équipements de protection en cas de pénurie.

Soutenir les communautés les plus vulnérables

Malheureusement, de nombreuses personnes en Belgique vivent dans la rue - une situation aggravée par la fermeture, en raison de Covid-19, d'un certain nombre de centres pour sans-abri et sans-papiers. Habituellement, il est recommandé aux personnes présentant des symptômes de s'isoler elles-mêmes à la maison, ce qui est évidemment impossible pour les personnes qui n'ont pas de domicile. Pour répondre à cela, MSF a ouvert un centre où les personnes sans domicile qui ont été testées positives au Covid-19 peuvent rester et recevoir des soins médicaux, et d'où elles peuvent être hospitalisées si leurs symptômes s'aggravent. Le centre de 50 lits peut être étendu à 150 lits si nécessaire.

Une équipe MSF continue de procéder au triage et aux références Covid-19 au Hub humanitaire de Bruxelles, un endroit où MSF et six autres organisations prodiguent des soins aux migrants et aux demandeurs d'asile tout au long de l'année.

© Pablo Garrigos, Brussel 31 maart 2020.
© Pablo Garrigos, 31 mars 2020.

De nombreux défis à venir

Avec plus de 80 personnes déployées au total, la réponse de MSF dans ces domaines clés en Belgique devrait aider, mais ne remplacera évidemment pas l'énorme travail accompli par tout le personnel médical depuis le début de la pandémie. Les agents de santé à travers le pays sont confrontés à divers défis, notamment à des pénuries d'équipements de protection tels que des tabliers et des masques, tandis que de nombreux autres défis nous attendent.

« Le personnel médical et tous les travailleurs de première ligne en Belgique devraient être testés de manière plus systématique afin que les hôpitaux et les centres de santé ne deviennent pas eux-mêmes des zones sensibles de nouvelles infections », explique Meinie Nicolai. « Les groupes vulnérables - comme les personnes âgées, les personnes sans-abri et sans-papiers - devraient également être testés de manière plus systématique afin que nous puissions briser les chaînes de transmission qui sont moins visibles et qu'ils puissent recevoir des soins appropriés. »