COVID-19: Mises à jour de nos interventions à travers le monde

La pandémie de coronavirus se propageant de plus en plus, nous étendons nos interventions et lançons de nouveaux projets. Voici une mise à jour de nos projets à travers le monde.

EUROPE

  • En Italie, nous soutenons trois hôpitaux dans le nord du pays : à Lodi, Codogno et Sant'Angelo. En dehors des hôpitaux, nous menons des activités de sensibilisation afin d'atteindre les personnes vulnérables, et nous soutenons un programme de télémédecine qui aide les personnes isolées à domicile. Dans la région de Marche, au centre de l'Italie, où le nombre de patients est en augmentation, nous soutenons un réseau de structures de soins dans différentes villes, afin d'éviter les contaminations dans des zones vulnérables où il n'y a pas de personnel médical spécialisé pour traiter les patients. Actuellement, une quarantaine de nos employés participent à cette réponse.
  • En Espagne: Au cours des 4 dernières semaines, les équipes MSF sont intervenues auprès d’une centaine de familles avec un large éventail d'activités, notamment des équipes de gestion de soutien et celles des autorités, la mise en œuvre de mesures d'urgence pour séparer les résidents positifs au COVID-19 ou symptomatiques du reste, un soutien dans les tâches de désinfection et la formation du personnel à la prévention et au contrôle des infections et à l'atténuation des risques. Un autre axe important de notre activité et de notre plaidoyer a été la promotion de soins palliatifs adéquats et humains pour les patients critiques qui ne peuvent pas survivre à la maladie. Les activités se concentrent sur Madrid et la Catalogne, mais des équipes sont actuellement actives dans plusieurs régions du nord et du sud de l'Espagne. En outre, un soutien est toujours apporté aux établissements de santé qui sont débordés dans différentes régions, bien que la situation critique de nombreux hôpitaux semble de plus en plus se maîtriser avec la lente diminution des chiffres d'infection. Des webinaires, du matériel de formation et des informations utiles pour le personnel et les responsables de la santé sont diffusés en espagnol (et bientôt en portugais).
  • Au Portugal : Nos équipes ont commencé à visiter les maisons de repos et à soutenir les autorités et les équipes de gestion, afin de former le personnel et de mettre en place les mesures de prévention et de contrôle des infections.
  • En France , sont en cours des projets pour les populations vulnérables, les personnes sans-abri et les migrants, à Paris et en région parisienne, avec des cliniques mobiles et une aide au dépistage. Les équipes MSF sont déployées dans certains des abris d'urgence mis en place pour accueillir les personnes vivant dans la rue pendant le confinement et dans divers autres lieux d'hébergement collectif afin d’y fournir un soutien médical, d'évaluer l'état de santé et d'identifier les cas potentiels de COVID-19. Une nouvelle ligne d'assistance téléphonique a été mise en place avec les infirmières MSF pour conseiller les responsables de ces structures et signaler les situations les plus préoccupantes aux équipes médicales mobiles. Nous offrons également des consultations générales à proximité des sites de distribution de nourriture cinq jours par semaine. La semaine dernière, nous avons commencé à fournir une assistance médicale dans un "centre Covid" mis en place pour isoler et accueillir les migrants et la population sans abri infectée par le Covid-19 au sud de Paris (Châtenay-Malabry).  L'intervention de MSF se développe également progressivement, notamment en soutien aux hôpitaux et aux centres de santé. Le 4 avril, nous avons installé des tentes gonflables à l'hôpital de Reims pour augmenter temporairement la capacité d'accueil des lits de soins intensifs. Le 8 avril, nouvelle intervention à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (au sud de Paris) pour augmenter les capacités de prise en charge des patients qui sont assez bien pour quitter les soins intensifs mais qui ont encore besoin d'être hospitalisés deux semaines ou plus après les premiers symptômes. MSF fournit un soutien organisationnel et technique ainsi que le personnel (5 infirmières, 2 médecins, 5 infirmières adjointes) chargé de gérer un nouveau service de soins de 10 lits. Des activités de dépistage, de conseil et de test en soutien aux centres de santé des quartiers défavorisés de Marseille (13e et 15e arrdt) ont commencé. Des équipes interviennent également dans des maisons de repos autour de Paris.
  • En Suisse, à Genève, nous fournissons une assistance sanitaire dans des lieux où vivent de nombreuses personnes vulnérables. Nous prodiguons cette aide à environ 1 300 familles. Des activités de soutien – prévention et contrôle des infections + promotion de la santé - ont également débuté à Lausanne.
  • En Grèce : MSF apporte son soutien aux demandeurs d'asile à Lesbos et à Samos. Nous effectuons également de l'information à la santé auprès des résidents des camps, et nous avons mis en place toutes les procédures nécessaires pour soutenir le transfert des patients présentant des symptômes de COVID-19. Nous augmentons également l’approvisionnement en eau et les services sanitaires dans les camps, et nous intensifions nos opérations avec le recrutement de personnels (médical, paramédical et autres) supplémentaires, ainsi que par l'acquisition des équipements nécessaires. Pour le moment, aucun cas n'a été confirmé à Samos et Lesbos.
  • En Ukraine : Nous exerçons des activités d'éducation à la santé, en fournissant des informations sur la manière de prévenir la transmission du virus, et nous renforçons les mesures de contrôle des infections au sein de nos projets. Le soutien psychologique aux patients est assuré par téléphone. Et nous avons lancé une ligne téléphonique de soutien psychologique dans l'est de l'Ukraine, couvrant les rayons Mariinka et Volnovakha, dans la région de Donetsk, pour aider la population vivant à proximité de la ligne de contact à faire face au stress supplémentaire de COVID-19.
  • En Belgique, l'intervention de MSF en réponse au Covid-19 comporte trois volets : 1) soutien et conseils techniques et stratégiques à plus de 10 hôpitaux (à Mons, Anvers, Charleroi et dans le Limbourg) pour augmenter leur capacité d'admission et former aux mesures de prévention et de contrôle des infections, 2) des équipes mobiles dans les maisons de repos (50 jusqu'à présent à Bruxelles, 7 en Flandre et 5 en Wallonie), y compris un soutien psychologique pour le personnel et une recherche active des cas pour isoler les résidents infectés, ainsi que des webinars pour le personnel des maisons de repos 3) le soutien aux groupes vulnérables tels que les sans-abri et les migrants sans papiers, avec d'une part une unité médicale d'isolement à Bruxelles pouvant atteindre jusqu'à 150 lits et d'autre part une assistance aux autres centres où les personnes vulnérables vivent collectivement. Il y a plus de 100 personnes travaillent à plein temps sur ces projets COVID-19 en Belgique.
  • En Allemagne : Une équipe de MSF soutient les autorités de l'État de Saxe-Anhalt dans un centre pour demandeurs d'asile de la ville de Halberstadt, où des centaines d'habitants sont en quarantaine et où certains habitants ont été précédemment infectés par le COVID-19. Nos équipes mènent des activités d'éducation à la santé, notamment en matière de prévention et de contrôle des infections, et apportent un soutien psychologique dans le centre. En outre, dans différentes régions d'Allemagne, MSF conseille les organisations, les groupes de bénévoles et les institutions publiques travaillant avec les sans-abri, les migrants et d'autres groupes vulnérables sur les mesures de prévention et de contrôle des infections, afin de leur permettre de poursuivre leurs services. Nous soutenons notamment un réseau d'organisations bénévoles qui distribuent de la nourriture aux sans-abri à Berlin, ainsi qu'une série de mesures de soutien social fournies par l'Église protestante d'Allemagne.

MOYEN-ORIENT

  • En Palestine : Les équipes MSF suivent de près la propagation du COVID-19 et sont en contact avec le ministère de la Santé à Gaza et à Ramallah et avec l'Organisation Mondiale de la Santé pour suivre la situation. Notre principale préoccupation concerne la possibilité que le système de santé de Gaza soit complètement débordé, étant donné que même les systèmes de santé des pays les plus riches atteignent leurs limites et que celui de Gaza est, lui, sous blocus depuis 13 ans.
  • Au nord-ouest de la Syrie : dans certains des hôpitaux et centres de santé que nous soutenons, nous examinons les systèmes de triage et le flux des patients afin de garantir une détection rapide des cas potentiels de COVID-19 et leur isolement du reste des patients. Cette mesure est prise pour mettre les personnes symptomatiques sous observation jusqu'à l'arrivée d'une ambulance qui les emmènera dans une structure dédiée pour des tests et un suivi. Nous avons également mis en place des comités d'hygiène et les avons renforcés avec du personnel supplémentaire. Nous avons renforcé les mesures de prévention et de contrôle des infections dans nos établissements, équipé notre personnel en équipements de protection, fait don d'équipements de protection au personnel et, enfin, donné des fournitures supplémentaires pour ces établissements afin de faire face à un nombre accru de consultations. Dans certains des camps où nous intervenons, nous avons diffusé des messages de sensibilisation, adapté le système de triage de nos cliniques mobiles et avons mis en place des mesures de distanciation sociale et revu nos protocoles, afin de pouvoir également poursuivre les distributions de produits non alimentaires et de maintenir les services de santé, tout en diminuant le risque de contamination. Cependant, dans le camp de Der Hassan, nous avons dû suspendre nos cliniques mobiles en raison de la pénurie d'équipements de protection individuelle et de masques. Les activités d'intervention dans le camp ont commencé à Idlib avec la sensibilisation (mesures spécifiques au COVID-19) et la distribution de 2 500 kits d'hygiène dans deux camps de déplacés à Deir Hassan les 18 et 19 avril. Les activités ont repris pour les patients atteints de maladies non transmissibles dans le district d'Adana après qu'ils aient dû être réorganisés. Les activités se déroulent maintenant en dehors des centres de santé (Al Baraka PHC and Al-Karama PHC) pour permettre la distribution de médicaments aux patients souffrant de maladies chroniques. Dans la région d’Afrin, MSF soutient deux cliniques mobiles gérées par Al Ameen, une ONG locale, sur cinq sites dans la région de Bulbul et cinq autres sites dans la campagne d'Afrique de l'Ouest. MSF a aidé l'hôpital national d'Idlib à concevoir une unité d'isolement COVID-19, qui a reçu 33 patients suspectés d’avoir contracté le COVID. L'équipe de MSF a dispensé une formation au COVID-19 au personnel d'autres ONG et au personnel du ministère de la santé. À Azaz, MSF a installé une tente de triage COVID. Les patients atteints de maladies non transmissibles dans le cadre du projet ont reçu un traitement de deux mois pour réduire le risque de contagion.

  • Au nord-est de la Syrie : nous assurons des mesures de formation et de préparation à l'hôpital national de Hassekeh et au camp d'Al Hol. Ces mesures comprennent la surveillance, l'identification des cas, la formation sur le flux et le triage des patients, la formation en « prévention et contrôle des infections », la formation à la gestion des cas, des conseils sur l'utilisation des équipements de protection personnels (pour atténuer la surconsommation), le soutien logistique pour la préparation des installations d'accueil des patients. Nos activités régulières et notre soutien à l'hôpital national de Raqqa, à la clinique de soins ambulatoires de Raqqa et à la maternité de Kobane se poursuivent. Dans le camp d'Al Hol, nous continuons à gérer un centre de nutrition, un programme de soins aux blessés sous tente pour ceux qui n'ont pas pu se rendre aux cliniques pour y recevoir des soins, ainsi que la fourniture d'eau et de soutien sanitaire dans le camp. Nous avons également commencé à cartographier les personnes vulnérables qui sont plus susceptibles de développer des maladies graves à la suite du COVID-19. Nous diffusons des messages de sensibilisation à la santé et des kits d'hygiène. Nous nous préparons à utiliser le centre d'alimentation thérapeutique pour patients hospitalisés pour la gestion des cas - si nécessaire - dans le camp. À Al Hassakeh, MSF fournit des camions-citernes pour l'approvisionnement en eau des communautés les plus vulnérables.

  • En Irak, MSF soutient l'hôpital Ibn El Khateeb, un hôpital du ministère de la Santé à Bagdad, identifié comme l'un des principaux hôpitaux traitant les patients COVID-19 dans la ville. Nous fournissons à l'établissement une formation technique sur le triage des patients et la protection et le contrôle des infections. À Mossoul, MSF a équipé un bâtiment de 50 chambres (géré par le ministère de la santé) dans le complexe hospitalier d'Al Salam, destiné à assurer l'isolement des patients. Un autre hôpital, appelé Al Shifaa, est situé dans ce même complexe. Le nouvel Al Shifaa a été construit par MSF en 2019 et est maintenant utilisé comme principal point de référence pour les patients suspectés d'être atteints de COVID-19 dans la province de Ninawa. MSF soutient Al Shifaa en mettant en place 40 chambres d'isolement et 30 lits pour les cas légers et graves dans son centre de soins post-opératoires. Dix chambres d'isolement sont déjà utilisées pour l'isolement des cas suspects. MSF travaillera conjointement avec les autorités sanitaires locales pour faciliter leur traitement. MSF a également aidé les structures sanitaires locales d'Erbil en leur fournissant un soutien technique, un appui logistique et une formation de leur personnel à la prévention et au contrôle des infections. Les projets MSF existants à Ninawa, Diyala, Kirkuk et Bagdad ont également renforcé leur capacité relative au triage, leur soutien au contrôle des infections et à la prévention, et le transfert des cas vers les hôpitaux du ministère de la santé ; selon le protocole établi par les autorités sanitaires.
  • En Iran, nous attendons l'autorisation des autorités pour déployer notre aide.
  • Au Liban : A Zahle, où MSF gère un service pédiatrique dans l'hôpital gouvernemental Elias Hraoui (maintenant identifié comme un hôpital de référence COVID-19), nos équipes soutiennent le personnel de l'hôpital en gérant une zone de triage pour les enfants, sous des tentes installées à l'extérieur des locaux. Aussi : Gestion des cas suspects dans le service « hospital inpatient care » et l'unité de soins intensifs pédiatriques. Aussi : Soutien à l'hôpital gouvernemental Elias Hraoui par la mise en place d'une salle d'urgence COVID-19 en dehors des locaux pour le triage et le dépistage des patients adultes. À Bar Elias, l'hôpital de chirurgie élective de MSF, qui s'occupe habituellement des opérations électives et des soins aux blessés, sera également prêt à accueillir des patients infectés par le COVID-19 24 heures sur 24. Afin de mieux se préparer à un éventuel afflux de patients infectés, MSF a dû suspendre temporairement les chirurgies électives, mais les activités de soins aux blessés sont toujours en cours. En plus d'adapter les activités des hôpitaux et des services hospitaliers que nous gérons, nous avons été en contact avec plusieurs hôpitaux gouvernementaux (à Hermel, Saïda et Tripoli) pour les soutenir avec différents services logistiques et fournitures médicales, et pour augmenter leurs capacités médicales par la formation du personnel. MSF a également déployé une équipe médicale au centre de formation de l'UNRWA à Siblin (près de Saïda), qui sera transformé en site d'isolement. Notre équipe a formé le personnel de ce centre à la prévention des infections et à la biosécurité. Les activités ciblent les patients ainsi que les communautés vulnérables vivant aux quatre coins du Liban. À Dora, dans la banlieue nord de Beyrouth, MSF a créé une ligne d'assistance médicale en partenariat avec une organisation locale appelée Mouvement antiraciste, afin de fournir un soutien et une assistance médicale aux communautés de migrants et en particulier aux femmes employées de maison pendant le confinement. Des campagnes de sensibilisation ont été menées par les équipes de MSF du Akkar à Tripoli, dans le sud de Beyrouth, dans la Bekaa. Nous nous engageons avec les chefs de communautés et les ONG partenaires pour faire connaître les mesures de protection générales, en particulier dans les camps de réfugiés surpeuplés et les campements informels.
  • En Jordanie : Nous assurons la continuité des soins dans nos programmes existants tout en donnant la possibilité d'aider les autorités jordaniennes dans leur réponse au virus. À Amman, nous avons réorganisé l'hôpital pour lui permettre de prendre en charge les patients atteints de COVID-19 si les autorités nous demandent d'intervenir. Nous avons fourni des formations et d'autres formes de soutien à l'Association Médicale Jordanienne, un syndicat de médecins, pour les aider à faire face à la pandémie, et nous envisageons de collaborer davantage avec eux et le ministère de la santé. Nous avons également procédé à une évaluation des besoins dans le camp de réfugiés syriens de Zaatari et sommes prêts à intervenir si les autorités ont besoin de plus de soutien. Notre réponse à la crise en Jordanie s'inscrit dans une approche globale pour MSF : aider les autorités nationales à combattre le virus tout en assurant le maintien de la plupart des services de santé que nous fournissons aux communautés vulnérables. Pour y parvenir, le déplacement du personnel médical et de soutien ainsi que des fournitures est de la plus haute importance.
  • Au Yémen : Soutien au ministère de la santé à Aden pour la mise en place d'un centre d'isolement. Dans le gouvernorat de Hajjah, des mesures préventives ont été mises en place à l'hôpital Abs et à l'hôpital Al Jambouri, notamment la mise en place de points de dépistage pour les patients entrant dans nos installations, la création d'une unité d'isolement à l'hôpital Abs d'une capacité de 16 lits, l'amélioration des mesures de contrôle et de prévention des infections (CPI) (points de lavage des mains, renforcement des protocoles de gestion des déchets) ainsi que la formation du personnel de MSF et du ministère de la santé sur les symptômes et la définition des cas, la gestion des cas et le CPI. Six patients suspectés d’avoir contracté le covid-19 ont été admis dans l'unité d'isolement de l'hôpital d'Abs, et jusqu'à présent, tous ont obtenu un résultat négatif. MSF a soutenu la préparation au COVID-19 en fournissant une formation et en mettant en place l'unité d'isolement qui sera la structure de référence pour le COVID-19 dans le gouvernorat de Hajjah. Des services essentiels et vitaux sont également maintenus et soutenus par MSF en collaboration avec le ministère de la santé, à l'hôpital d'Al Jambouri, tels que les urgences, les soins intensifs, les interventions chirurgicales vitales, les services de santé mentale et l'orientation vers Sana'a.  MSF a aidé à la mise en place de centres de traitement du COVID-19 à Aden et Sanaa. Nous avons également mis en place des mesures pour assurer la sécurité du personnel et des patients dans le cadre de nos projets existants dans 13 gouvernorats du Yémen et nous veillons à la poursuite des activités vitales dans les hôpitaux. Nous préparons les hôpitaux où nous travaillons à recevoir des cas de COVID en plus des activités régulières.

ASIE CENTRALE ET ORIENTALE

  • En Ouzbékistan, au Karakalpakstan, nous avons lancé une campagne de promotion de la santé destinée aux patients tuberculeux, plus vulnérables au virus.
  • Au Kirghizistan, nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère de la santé et nous offrons notre soutien pour la planification de la préparation au COVID-19. Nous lui avons également fourni des équipements de protection individuelle.
  • En Afghanistan : La première phase de l'intervention de MSF dans l'hôpital afghan-japonais s'est terminée la semaine dernière, et la deuxième phase est actuellement en cours de discussion. Dans le centre de traitement dédié au COVID-19 à Herat, MSF soutient la réponse du ministère de la santé publique par des mesures de prévention et de contrôle des infections et étudie les moyens de soutenir éventuellement la gestion des cas. Au niveau des projets que nous menons sur place, MSF a mis en place toutes les mesures préventives nécessaires pour réduire le risque que nos installations fassent partie de la chaîne de transmission. À Kunduz, les activités de la clinique de traitement des plaies ont été temporairement suspendues, tout comme les activités de MSF dans la petite clinique de stabilisation du district de Chardara, à l'ouest de la ville. Certaines activités de construction dans nos différents projets ont également été mises en suspens.
  • Au Pakistan, à Timergara, l'équipe examine chaque jour plus de 1 000 personnes pour détecter les symptômes de COVID-19 et fait des consultations pour les cas suspects. Nous gérons un service d'isolement de 15 lits pour les cas légers et modérés et nous orientons les patients graves vers les structures tertiaires. MSF collecte également les patients COVID positifs dans le district de Lower Dir pour les amener en ambulance au service d'isolement, mais seulement dans des conditions spécifiques. Au Baloutchistan et au Khyber Pakhtunkhwa, nous avons suspendu les consultations pour la leishmaniose cutanée ainsi que réduit ou suspendu les activités dans certains projets, comme mesure temporaire de protection contre l'exposition au COVID-19. Nous continuons à voir des patients atteints d'hépatite C à Karachi deux fois par semaine, mais nous avons fourni à la plupart d'entre eux un traitement suffisant pour couvrir plusieurs mois afin d'éviter des visites fréquentes à la clinique. MSF mène également de vastes activités de sensibilisation sur les moyens de se protéger et de prévenir la propagation du virus. Nous avons ajouté des mesures de protection contre le COVID-19 et des zones d'isolement dans la plupart de nos installations que nous soutenons à travers le Pakistan.
  • Au Bangladesh: Des activités régulières sont en cours dans le camp de réfugiés Rohingya à Cox's Bazaar. Dans les OPD, nous avons mis en place une zone d'attente spécifique pour les patients qui présentent des symptômes de COVID-19. Dans les hôpitaux MSF, nous avons construit des salles dédiées au COVID-19 et des chambres d'isolement dans nos hôpitaux sur le terrain, à différents endroits. Les travaux en cours permettront d'atteindre une capacité de 300 lits. Nos équipes mènent également des activités de promotion de la santé dans les camps.
  • À Hong Kong, MSF a organisé plus de 20 sessions de promotion de la santé en face à face avec des groupes vulnérables. Nous avons également fait de la promotion de la santé par le biais de plateformes en ligne. En outre, l'équipe a organisé 4 ateliers sur la gestion du stress et de l'anxiété, à l'intention des mêmes groupes cibles. Cependant, avec les nouvelles mesures restrictives sur les rassemblements publics imposées par le gouvernement, l'équipe a déplacé ses activités d’engagements communautaires en face à face vers des sessions en ligne. Comme l'épidémie dure depuis des mois maintenant, nous mettons davantage l'accent sur la santé mentale pour faire face au stress causé par une exposition prolongée à l'incertitude.
  • En Malaisie, nous sommes prêts à accroître notre soutien au ministère national de la santé et aux autorités de district pour la recherche et le dépistage des patients. À Penang, nous assurons l'éducation sanitaire au COVID-19. Nous avons aussi fait don de nourriture à 100 familles vulnérables.
  • En Indonésie : En raison du COVID-19, nos partenaires du gouvernement local ont suspendu la plupart des activités liées à la santé des adolescents à Banten. Cette situation est préoccupante car elle laisse les femmes enceintes et les nouvelles mères avec des nourrissons extrêmement vulnérables à des problèmes de santé et des maladies qui auraient pu être évités autrement. Nous essayons de trouver des moyens de poursuivre nos activités sanitaires régulières dans la région malgré le COVID-19. Nous continuons à mener des activités d'éducation à la santé pour les gouvernements locaux et les communautés des sous-districts de Labuan et Carita de la province de Banten, Java Ouest (notamment en mettant en place des points de lavage des mains), ainsi qu'avec des étudiants à Jakarta. Elle renforce également la capacité à répondre au COVID-19 dans les centres de santé de Labuan et Carita, notamment en améliorant le flux des patients.
  • Au Cambodge, nous contribuons à l'élaboration de directives nationales relatives à la prévention des infections et aux soins cliniques pour les patients atteints de COVID-19. Une fois validées, nous déploierons des formations dans huit hôpitaux du pays.
  • Aux Philippines, à Manille, nous soutenons notre organisation partenaire Likhaan dans ses activités de promotion de la santé. À Marawi, une « campagne d'information mobile » visant à transmettre des messages de promotion de la santé aux populations vulnérables a été lancée.

OCÉANIE

  • En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les activités régulières de lutte contre la tuberculose sont en suspens. Des équipes ont commencé à dispenser des formations sur le contrôle et la prévention des infections, le dépistage et les mesures de triage dans 22 provinces du pays.

AFRIQUE

  • Au Soudan: Les équipes MSF à travers le Soudan organisent des sessions de promotion et de sensibilisation à la santé avec les patients et la communauté locale, ou dans des centres de soins de santé primaires non MSF. MSF offre des formations quotidiennes aux travailleurs de la santé, y compris des formations au chevet des patients et du mentorat, dans les centres de santé qu'elle soutient. MSF gère également une unité mobile dédiée au COVID-19 qui soutient d'autres structures et travaille à la détection précoce et à la prévention de la propagation de la maladie.

    En préparation : Dans les projets de MSF au Soudan, nous avons mis en place des mesures de sécurité et d'hygiène pour éviter l'apparition de cas parmi notre personnel. Nous avons également mis au point des procédures de quarantaine pour ceux qui développent des symptômes, afin de garantir que notre personnel puisse continuer à traiter les patients en toute sécurité. En collaboration avec l'OMS et les autorités sanitaires soudanaises, MSF a dispensé des formations aux formateurs (FaF) au personnel médical clé de 90 grands hôpitaux (publics et privés) de Khartoum, y compris les deux centres d'isolement dédiés au COVID-19 identifiés par le gouvernement. Par la suite, l'OMS et le ministère de la santé ont déployé des FaF dans neuf États.  Les objectifs de ces formations étaient d'augmenter la capacité des établissements de santé à être prêts à répondre aux patients, suspectés ou confirmés d'être atteints de COVID-19, de renforcer les connaissances et les normes en matière de PCI et de rationaliser le circuit des établissements de santé en fonction du niveau d'exposition. Les équipes de MSF sont en contact avec le ministère fédéral de la santé et soutiennent la préparation d'une réponse comprenant des mesures de contrôle de la prévention des infections, la mise en place d'un centre de traitement, des formations pour le personnel de MSF et du ministère de la santé, la promotion de la santé et la logistique de base.  À l'hôpital universitaire d'Omdurman, le plus grand hôpital du Soudan, où MSF dispose d'une équipe de plus de 60 personnes, nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère de la santé dans le service des urgences et la préparation pour faire face au COVID-19.  Nous aidons également le ministère de la santé à mettre en place et à gérer des centres d'isolement dans deux villes des États du Darfour oriental et du Kordofan méridional (Ed Daein et Dilling). Nos équipes travaillent sur la préparation au COVID-19 et sur les mesures préventives dans tous nos projets, afin d'isoler et de traiter en toute sécurité les patients suspectés d’avoir contracté le COVID-19 qui pourraient chercher à se faire soigner dans nos établissements de santé.

  • En Libye, nous avons dispensé des formations sur le contrôle des infections et sur les soins à apporter aux patients, auprès des infirmières et médecins des hôpitaux de Tripoli.
  • Au Mali, MSF soutient la gestion d'une unité dédiée au Covid-19 à Bamako, dans l'enceinte de l'hôpital où elle mène son programme d'oncologie (hôpital du Point G). L'unité est mise en place et gérée par le ministère de la santé, est soutenue par 20 agents MSF, et se compose d'une zone de triage et d'isolation/observation et d'un service qui accueille actuellement 8 lits. MSF apporte un soutien afin que la capacité soit de 100 lits. MSF a également aidé à réhabiliter l'approvisionnement en oxygène. MSF fournit du personnel médical, infirmier et de contrôle de l'hygiène, ainsi qu'un soutien logistique et technique. 20 patients ont jusqu'à présent été admis dans l'unité. MSF aide également à la prévention des infections, à la formation du personnel et à la révision des transferts des patients dans deux autres hôpitaux de Bamako. Nous renforçons également les activités de sensibilisation et de recherche de contacts auprès des personnes du ministère de la santé à Bamako, et fournissons des stations de lavage des mains dans les endroits stratégiques/les plus à risque (plus de 30 ont été installées jusqu'à présent). Des masques en tissu sont également produits et distribués à des contacts de la communauté.  L'hôpital du Point G, à Bamako, dispose d'une unité de production d'oxygène : nous travaillons avec la direction de l'hôpital pour améliorer le flux d'oxygène de l'unité de production, et pour installer un système d'approvisionnement mural afin que, dans le nouveau bâtiment, l'oxygène puisse être fourni directement au lit du patient. Dans le centre et le nord du pays, nous avons commencé de la communication et de la sensibilisation - promotion de la santé, dans les structures de santé soutenues ainsi que le renforcement des mesures de CPI, la formation du personnel. Des mesures préventives ont également été déployées et ciblent de nombreux acteurs locaux différents (associations, leaders communautaires...). Dans et autour de Niono, MSF a initié des activités de sensibilisation et a installé des points d'eau pour le lavage des mains à l'hôpital de référence et dans les centres de santé périphériques où nous avons des activités. Dans la région de Tominian, à la frontière avec le Burkina Faso, nous avons installé une tente pour l'isolement des cas suspects et un point de lavage des mains. Et à Bamako, nous effectuons des travaux concernant l’eau et son assainissement dans la zone de triage et d'isolement de l'hôpital du Mali et nous avons mis en place des mesures supplémentaires de contrôle des infections. À Mopti, MSF a mis en place un circuit de patients et a assuré la formation du personnel. Un cas y a été confirmé. Une formation a également été dispensée à 45 membres du personnel médical de la région de Gao (médecins, infirmières et assistants de laboratoire). Un cas suspect de COVID-19 a été admis et isolé à Ansango, ce qui porte à 3 le nombre de cas suspects isolés, dont 2 se sont révélés négatifs. Le développement du site d'isolement et la gestion des cas COVID-19 sont en cours.
  • Au Sénégal, à Dakar, nous soutenons les autorités sanitaires de l'hôpital Dalal Jamm, où nous donnons des formations ainsi qu'un soutien aux activités de promotion de la santé.
  • Au Burkina Faso : à Ouagadougou, l'équipe MSF évalue la capacité de traitement des patients, et les discussions avec les autorités sanitaires pour soutenir la réponse sont en cours.  MSF a commencé ses activités à Bobo-Dioulasso, dans l'ouest du Burkina Faso, où se trouve le deuxième épicentre le plus grave de l'épidémie. Nous fournissons des soins aux patients atteints de COVID-19 dans un établissement spécialisé, en collaboration avec les autorités sanitaires nationales, notamment en installant une unité de production d'oxygène, qui peut fournir de l'oxygène à plusieurs personnes à la fois. L'équipe a commencé les activités « WASH » et l'organisation d'un circuit sécurisé pour les patients au centre de santé régional de Fada. Une stratégie de santé mentale a été finalisée. Cette semaine, nous prévoyons de finaliser le site d'isolement au centre de santé régional de Fada et d'évaluer les besoins en équipements de protection individuelle, et le circuit au centre médical de Gayeri. Nous adaptons les mesures de triage et de prévention et de contrôle des infections dans nos projets à Djibo, Kaya et Barsalogho (qui ne sont pas encore touchés par le COVID), et nous formons le personnel, car le nombre de personnes déplacées dans les régions du nord, du centre et de l'est du pays est très préoccupant.
  • En Côte d'Ivoire : À Abidjan, MSF a soutenu le ministère de la santé dans un centre de transit, dans le dépistage et le transfert des personnes présentant des symptômes de coronavirus vers le centre de soins. À Bouaké, des formations pour les agents de santé et des activités de dépistage aux différents points d'entrée de la ville sont déjà en cours. Des activités relatives à l'eau et à son assainissement sont également mises en œuvre.
  • Au Niger : Nous adaptons les mesures de triage et de contrôle et de prévention des infections, au sein de nos activités à Magaria. Des mesures d'isolement sont également développées. Nous prévoyons également de former les agents de santé à la préparation au COVID-19, et nous avons commencé des activités de promotion de la santé à Niamey et à Magaria.
  • Au Nigeria : Dans les sept États où MSF travaille au Nigéria, nous apportons un soutien technique au ministère de la Santé et au Centre de contrôle des maladies, pour la mise en place de centres d'isolement pour les patients présentant des symptômes de COVID-19, ainsi que pour la réalisation d'activités de promotion de la santé au niveau communautaire, et l'installation de points de lavage des mains et de zones d'isolement dans les communautés locales et les camps de personnes déplacées. Dans l'État d'Ebonyi, MSF soutient le ministère de la Santé et le Centre de contrôle des maladies du Nigeria dans la mise en place du premier centre de dépistage de COVID-19 de l'État. À Sokoto, nous dispensons des formations en « prévention et contrôle des infections » au ministère de la santé, et soutenons la mise en place d'une unité d'isolement et de traitement de 20 lits. Enfin : activités en cours d'installation de points d'eau pour les personnes déplacées. MSF soutient le ministère de la santé dans le contact tracing. Tous les éléments de la réponse au COVID de l'Eprep sont en place et mis en œuvre en coordination avec le ministère de la santé et la communauté.
  • Au Cameroun : Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, MSF soutient les hôpitaux régionaux de Bamenda et Buea dans la gestion des patients. Nous avons installé des points de présélection à l'entrée de ces établissements, soutenu la mise en place de salles d'isolement et de traitement spécifiques au COVID-19 (d'une capacité de 16 et 20 lits, respectivement) pour les patients suspects et confirmés, et nous avons formé le personnel médical et non médical qui gérera ces unités.  MSF a également renforcé les mesures visant à prévenir la propagation du nouveau coronavirus dans les structures de santé que nous soutenons à Bamenda, Kumba, Muyuka, Mamfe et Widikum. Nous apportons également un soutien logistique et en formations à l'hôpital du district de Tiko. Les procédures de notre service d'ambulance ont été adaptées. Les opérateurs des centres d'appel ont été formés pour reconnaître les cas suspects, assurer la liaison avec les autorités et agir en conséquence. Les infirmières et les chauffeurs d'ambulances ont reçu une formation et des équipements spéciaux, et des véhicules spécialisés ont été sélectionnés pour le transport des cas suspects. Afin d'améliorer la prévention, en particulier parmi les personnes touchées et déplacées par la violence, les agents de santé communautaires et les infirmières ont été formés pour délivrer des messages spécifiques liés au COVID-19, et pour identifier les personnes suspectées d'être malades du COVID-19 qui peuvent être orientées. Des spots radio ont été produits pour soutenir les efforts de prévention des infections au niveau communautaire. Dans le Grand Nord : le flux de patients et les mesures de prévention et de contrôle des infections ont été adaptés à l'hôpital régional de Maroua et à l'hôpital de Mora, où nous sommes présents depuis 2015. En plus de toutes ces activités, un soutien technique potentiel est également en cours d'évaluation pour les hôpitaux de Douala, le centre commercial du Cameroun et la deuxième ville la plus touchée.
  • En République démocratique du Congo : à l'hôpital général de référence de Masisi (Nord Kivu), une salle d'isolement de 20 lits a été mise en place. À Kinshasa, un soutien a commencé à être apporté à l'hôpital St Joseph, l'un des six hôpitaux identifiés par le ministère de la santé pour la gestion des cas de COVID-19. La formation du personnel médical à la détection et à la prévention des cas de COVID-19 a commencé, et l'équipe travaille à l'installation d'une salle d'isolement de 40 lits (sous tente).
  • En Tanzanie : MSF a construit quatre zones de triage/isolement dans chacune de ses cliniques au camp de réfugiés de Nduta et construit un centre d'isolement principal à l'hôpital MSF, où les cas suspects de COVID-19 seront référés. Nous disposons actuellement de 10 lits et nous sommes en train de construire 50 lits supplémentaires, avec la possibilité d'en augmenter le nombre jusqu'à 100 si nécessaire. 95 membres du personnel de MSF ont jusqu'à présent été formés à l'intervention dédiée au COVID-19, en mettant l'accent sur la définition des cas, le triage, le dépistage, la prévention et le contrôle des infections ainsi que la gestion des cas. La formation est en cours dans notre hôpital du camp de réfugiés de Nduta. Pendant ce temps, notre équipe de promotion de la santé dans le camp de Nduta travaille à sensibiliser et à éduquer la communauté sur l'hygiène et les meilleures pratiques sanitaires, afin d'améliorer la préparation au COVID-19 au sein du camp. MSF est le principal prestataire de soins de santé du camp de réfugiés de Nduta, qui accueille plus de 73 000 réfugiés burundais.
  • Au Zimbabwe : Nous soutenons la gestion des cas de COVID-19 qui sont isolés à Harare et nous augmentons la capacité des installations à 164 lits, tandis que l'équipe WASH apporte un soutien supplémentaire aux communautés. MSF a formé plus de 415 professionnels de santé à la gestion des cas de COVID-19, à la surveillance en laboratoire, à la CIP, au WASH dans les établissements, à la surveillance des épidémies, à la recherche des contacts, à la gestion des données, ainsi qu'au transport en toute sécurité des personnes dont le test de dépistage de COVID-19 est positif.
  • Au Kenya, MSF soutient plusieurs structures de santé à Nairobi, Kiambu, Dadaab et Mombasa Counties pour la sensibilisation aux questions de santé, la formation du personnel à la gestion des cas, le soutien logistique, le renforcement de la prévention et du contrôle des infections et le triage. À Kibera, le plus grand campement informel du Kenya à Nairobi, une équipe est chargée d'examiner et de gérer l'orientation des cas suspects vers un hôpital de Mbagathi. Dans un autre campement informel, Mathare, des équipes offrent des consultations de santé mentale par téléphone aux survivants de violences sexuelles et sexistes afin de continuer à fournir des soins adéquats tout au long de la pandémie. Afin de limiter la propagation du COVID-19, les patients atteints de maladies non transmissibles ont reçu des médicaments pendant trois mois dans le comté d'Embu, où MSF soutient l'hôpital de niveau 5 du comté en assurant le triage et le dépistage des patients et en renforçant la prévention des infections dans 11 centres de santé. Pour assurer la continuité des soins aux personnes qui consomment des drogues, MSF a mis en place un système de triage et une chambre d'isolement à l'hôpital de Karuri dans le comté de Kiambu. Dans le comté de Homa Bay, MSF a fourni trois mois de traitements « ARV » aux patients pour éviter leur exposition à l'hôpital. MSF a aidé le ministère de la santé à concevoir une installation pour la gestion des cas confirmés de COVID-19 à Malela. Dans le camp de Dagahaley, à Dadaab, le plus grand camp de réfugiés du Kenya, MSF a mis en place une unité d'isolement de 10 lits pour les patients positifs au COVID-19. L'unité a une capacité d'extension de 40 lits.  MSF a mis en place des chambres d'isolement, au centre de santé Mrima, dans le sous-comté de Likoni, à Mombasa, qui permettront aux femmes atteintes de COVID-19 d'accoucher en toute sécurité.
  • Au Libéria, nos équipes travaillent à soutenir les efforts du ministère de la Santé pour prévenir et traiter le COVID-19. MSF a apporté son soutien au centre de traitement dédié au COVID-19 du ministère de la santé, par exemple pour améliorer le flux de patients et la qualité des soins aux patients. MSF comble les lacunes en termes de sensibilisation de la communauté et de prévention de l'infection, et prévoit d'autres activités pour aider à prévenir la transmission parmi les populations les plus vulnérables de Monrovia.
  • En Guinée : A Kouroussa, un service d'isolement de 8 lits est mis en place à l'Hôpital Préfectoral de Kouroussa.
  • En Sierra Leone

    MSF est partenaire des réunions sur la préparation aux situations d'urgence à l’EOC (Centre d'opérations d'urgence), fournissant des conseils pour les piliers de la gestion des cas et de la surveillance. En date du 20 avril, il y a 43 cas confirmés en Sierra Leone, la plupart dans la région de la capitale ou en quarantaine aux points d'origine. Le premier cas confirmé était à Tonkolili et MSF soutient le ministère de la santé et de l'assainissement, pour le contact tracing et assurer la préparation à l'isolement et au renvoi de cas supplémentaires.

    À Freetown, un épidémiologiste de MSF participe aux activités de surveillance telles que le contact tracing, la formation et le conseil sur les stratégies de collecte de données. Les projets de MSF à Kenema et Gorama Mende et Wandor consistent à faire régulièrement des dons de fournitures pour la prévention et le contrôle des infections aux centres de santé dans le cadre de leurs opérations habituelles dans une zone d'endémie de la fièvre de Lassa. Les activités de promotion de la santé se poursuivent, conformément à la distanciation physique, en mettant l'accent sur le COVID-19. Des messages ont également été envoyés par les journaux et les stations de radio, qui diffusent également une chanson de promotion de la santé enregistrée par un responsable de la santé clinique de MSF.

    En préparation : Depuis deux mois, MSF soutient le ministère de la santé et de l'assainissement du district de Tonkolili dans son plan de préparation et d'intervention pour le COVID-19, qui comprend des unités d'isolement dans les hôpitaux et les centres de santé, des formations sur la prévention des infections et la gestion des cas, ainsi que la recherche et la surveillance des contacts. À Makeni, dans le district de Bombali, nous avons aidé le ministère de la santé à mettre en place un service d'isolement fonctionnel et avons eu au moins 4 patients dans le service d'isolement en attendant les résultats, jusqu'à présent, ils sont tous revenus négatifs. MSF a fait don d'équipements médicaux, de médicaments et de matériel de nettoyage, y compris du savon pour le lavage des mains, aux établissements de santé. De plus, comme le principal hôpital désigné pour la gestion des cas de COVID-19 à Freetown est actuellement complet, les équipes de MSF fournissent des conseils techniques au ministère de la santé et au conseil municipal de Freetown sur la manière de mettre en place des lieux alternatifs pour les cas asymptomatiques ou légers.

  • Au Soudan du Sud : MSF aide le ministère de la Santé à former le personnel soignant aux mesures de prévention et de contrôle des infections et au triage des symptômes conformément à la norme-COVID-19. En même temps, MSF travaille sur la préparation à la maladie dans tous les sites du projet à travers le pays, ainsi que sur les mesures préventives, afin de pouvoir isoler et traiter les cas suspects de COVID-19 qui pourraient éventuellement s'approcher de nos centres de santé. Ces mesures comprennent la mise en place de points de lavage supplémentaires équipés d'eau chlorée ou de savon et le renforcement de ceux qui existent déjà, la formation du personnel au triage et à la prévention et au contrôle des infections (y compris l'utilisation d'équipement de protection individuelle), l'identification et la mise en place de zones d'isolement pour les cas suspects de COVID-19 et la conduite de séances de promotion et de sensibilisation à la santé avec les patients et la communauté locale.

  • En Afrique du Sud : MSF a réaffecté le personnel de nos 4 projets aux interventions dédiées au COVID-19 dans les provinces de Gauteng, KwaZulu-Natal et Western Cape. Le personnel de MSF aide à limiter la propagation de l'infection par : le contact tracing (physiques et téléphoniques) ; le développement et la diffusion de matériel de promotion de la santé ; la décantation des installations de soins de santé par des points de dépistage/triage à l'extérieur des installations et en veillant à ce que les patients atteints du VIH/Tuberculorse reçoivent des médicaments à domicile. Des interventions en faveur des demandeurs d'asile vulnérables et des sans-abri sont actives à Tshwane pour atténuer l'impact d’un lockdown national prolongé - des besoins en matière de santé mentale ont été constatés. À Johannesburg, une équipe mobile effectue des consultations de soins de santé primaires et des dépistages dans trois refuges pour sans-abri, ainsi que des liens avec une équipe de dépistage et de recherche de MSF. À Eshowe et Rustenburg, des tentes de triage ont été installées dans des structures d'accueil, des points de lavage des mains sont prévus tandis que la promotion de la santé se poursuit.

  • En Eswatini : Nous apportons un soutien au ministère de la santé en aidant à la lutte contre les infections et au triage dans les établissements de santé. Nous faisons également partie de groupes consultatifs techniques auprès du ministère de la santé et mettons en œuvre des modèles de soins adaptés pour les patients vivant avec le VIH, la tuberculose et les maladies non transmissibles afin de réduire leur risque d'infection. Des équipes font quotidiennement de l'éducation à la santé dans les communautés.

  • En Guinée-Bissau : Une formation à la gestion clinique et à la prévention et au contrôle des infections, a été dispensée au personnel local de MSF, au personnel du ministère de la santé au sein du HNMS ainsi qu'aux volontaires de la Croix-Rouge, à la protection civile et à la police. Formation de 20 promoteurs de la santé et de deux superviseurs de promotion de la santé, cette semaine. Soutien du centre d'appel national 24h/24 et 7j/7 nécessitant l'activation des ERR des régions sanitaires, principalement dans le SAB (Secteur Autonome de Bissau), Biombo, Cacheu, Gabu, Bafata.

  • Au Mozambique : Les équipes du projet sur place s'efforcent d'intégrer la surveillance active du COVID-19 dans toutes les activités du projet en mettant l'accent sur les populations à haut risque (VIH avancé, personnes qui consomment des drogues, DRTB, NCD). MSF a fait don de 4 tentes à l'hôpital central de Maputo. Nous avons également adapté nos modèles de soins afin de réduire la fréquentation des établissements de santé, ce qui permet à nos patients et à notre personnel de respecter les mesures d'éloignement physique. Nos équipes travaillent également avec les autorités sanitaires locales pour améliorer les flux de patients en fournissant un soutien logistique et technique à deux hôpitaux de référence à Maputo.

AMÉRIQUES

  • Au Brésil, des activités à São Paulo ont commencé la semaine dernière avec le dépistage des personnes sans-abri et d'autres groupes vulnérables pour gérer les cas suspects de COVID-19 ; avec également de la promotion de la santé, principalement dans les zones de la région centrale de la ville où ils reçoivent des repas. Les taux d'infection semblent très élevés. Les équipes ont également visité des refuges et dispensé aux professionnels de la santé une formation de base en matière de santé et de contrôle et prévention des infections. À Boa Vista, dans l'État de Roraima, l'équipe a visité des abris informels où se sont rassemblés des migrants et des réfugiés du Venezuela, en fournissant des conseils d'hygiène et d'éloignement physique aux résidents. L'équipe a également contribué à élargir l'accès à l'eau dans les abris formels et informels ; elle a distribué des kits d'hygiène.
  • Au El Salvador : adaptation de notre projet actuel à la réponse au COVID-19, en pleine coordination avec le ministère de la santé ; augmentation de la capacité des services d'ambulance afin de traiter les patients non infectés ; adaptation des services de cliniques mobiles dans les quartiers et passage éventuel à des services de soins à domicile. L'évaluation d’état de santé des personnes expulsées des États-Unis et du Mexique, se poursuit également afin d'identifier les besoins en matière de prévention et de contrôle des infections, d'isolement, de diagnostic, et de traitement.
  • Au Mexique, nous prodiguons des soins de santé physique et mentale, et exerçons des activités de promotion de la santé dans un environnement précaire. Un patient positif au COVID-19 s'est présenté au refuge pour migrants de Nuevo Laredo. Cela illustre le danger de maintenir les gens dans des abris surpeuplés.
  • Aux Etats-Unis d’Amérique : En réponse à l'épidémie de COVID-19 aux États-Unis, nous travaillons avec les autorités locales dans des endroits clés du pays et avec des organisations partenaires qui desservent les populations vulnérables qui sont normalement exclues des soins de santé, comme les migrants et les sans-abri, et les communautés qui sont particulièrement susceptibles d'être laissées derrière elles en cas d'urgence sanitaire.

    À New York, l'épicentre actuel de la pandémie mondiale, MSF contribue à réduire la propagation de COVID-19 en s'associant avec des organisations locales pour améliorer les mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI) pour les populations vulnérables. MSF a fait don de plus de 40 stations de lavage des mains à des endroits clés, notamment des soupes populaires et des logements supervisés. Nos équipes distribuent également 1000 téléphones portables aux New-Yorkais vulnérables qui ne disposent pas de la technologie essentielle pour contacter les services d'urgence et de soutien, y compris les fournisseurs de télémédecine. MSF soutient également le département des services aux sans-abri de New York dans le développement d'un webinaire de formation sur les pratiques relatives au COVID-19 et à PCI.

    Les équipes de MSF sont également sur le terrain pour évaluer les besoins locaux et notre capacité à offrir un soutien aux organisations et aux prestataires de soins de santé qui desservent les communautés vulnérables de Porto Rico, notamment les personnes touchées par les récents tremblements de terre dans le sud-ouest de l'île, et les populations amérindiennes du sud-ouest américain. Nous fournissons également un soutien à distance - comme des conseils sur la prévention et le contrôle des infections et le triage hospitalier mis en place et la fourniture de matériel d'information sur les meilleures pratiques relatives au COVID-19 - aux organisations qui aident les populations vulnérables dans diverses autres zones géographiques des États-Unis.

  • En Haïti : MSF a réorganisé le centre d'urgence du quartier de Martissant à Port-au-Prince afin d'isoler et de transférer les cas suspects de COVID-19. Un flux séparé de patients/personnel est en place, en plus du triage et de cinq lits d'isolement. Dans le sud d'Haïti, MSF a soutenu deux structures de santé publique (à Port-à-Piment et à Port Salut) pour la mise en place de systèmes de triage, de lits d'isolement, de systèmes de transfert et de formation du personnel médical. À Artibonite et à Port-au-Prince, MSF mène également des activités de promotion de la santé, de sensibilisation des communautés et de prévention.