Médias sociaux

  • FR
Open the menu

Afghanistan: MSF condamne la violente intrusion d’hommes armés dans son hôpital de Kunduz

Médecins Sans Frontières (MSF) condamne la violente intrusion, par des membres armés des forces spéciales afghanes, dans le centre de traumatologie de l'organisation à Kunduz, en Afghanistan. Cet incident constitue une violation inacceptable du droit international humanitaire qui protège les services médicaux de ce type d’attaques.

Centre de traumatologie de Kunduz © Mathilde Vu / MSF
Centre de traumatologie de Kunduz © Mathilde Vu / MSF

Le mercredi 1er juillet, à 14h07, des hommes lourdement armés appartenant aux forces spéciales afghanes ont pénétré dans l'enceinte de l'hôpital MSF, bouclé la structure et tiré en l'air. Les hommes ont agressé physiquement trois membres du personnel MSF et ont ensuite procédé à l'arrestation de trois patients. Alors que le personnel hospitalier essayait de continuer à assurer les soins médicaux à ces patients, un membre de notre personnel a été menacé avec une arme. Après environ une heure, les hommes ont libéré les trois patients et quitté l’enceinte de l'hôpital.

 « Nous sommes choqués par cet incident », commente le Dr Bart Janssens, directeur des opérations à MSF. « Depuis son ouverture en 2011, le centre de traumatologie de Kunduz est un endroit où tous les patients peuvent bénéficier de soins médicaux et chirurgicaux gratuitement et en toute sécurité. Ce grave événement met en danger la vie des milliers de personnes qui comptent sur notre centre de soins d'urgence ».

respect des structures de santé

 Dans tout le nord-est de l'Afghanistan, le centre MSF de Kunduz est la seule structure à fournir des soins vitaux et de traumatologie orthopédique de haut niveau. En 2014, plus de 22 000 patients y ont reçu des soins et plus de 5 900 interventions chirurgicales y ont été effectuées. Dans un contexte volatile, MSF a pu fournir ces soins en s’assurant que ses activités médicales soient reconnues et respectées par la communauté et toutes les parties au conflit.

 MSF interdit strictement l’introduction de toute arme au sein de ses structures. Les menaces qui pèsent sur le personnel et les patients de MSF et notre incapacité à fournir des soins médicaux dans un environnement sécurisé, nous obligent à suspendre temporairement nos activités au centre de traumatologie de Kunduz. Nous avons demandé, en urgence, à rencontrer les ministres de la Défense et de l'Intérieur afghans, afin de demander des garanties officielles de respect de notre travail médical et de s’assurer qu'un tel incident ne se reproduira pas.

 « Dans toutes les zones de conflit où MSF travaille, nous ne prenons jamais parti », explique le Dr Janssens. « Nos médecins soignent tous les patients en fonction de leurs besoins médicaux, sans distinction de race, d'origine ethnique, de croyance religieuse ou d'appartenance politique. Toute personne blessée ayant besoin de soins médicaux d'urgence en bénéficiera au centre de traumatologie MSF de Kunduz ».