Médias sociaux

  • FR
Open the menu

Témoignages de personnel MSF à Aden.

Country
Yémen

Anees Dayan, infirmier MSF au sein de l’unité chirurgicale d’urgence d’Aden. Témoignage recueilli le 5 avril 2015.

Dans un hôpital d’Aden début avril © MSF
Dans un hôpital d’ Aden début avril © MSF

Nous sommes une unité chirurgicale d’urgence donc il faut que nous soyons prêts en cas d’afflux massif de blessés. Depuis que ce programme a ouvert en 2012, nous avons fait face à beaucoup d’afflux de blessés, mais jamais la situation n’avait été aussi grave. En l’espace de deux semaines, nous avons eu sept afflux de blessés, soit plus de 600 blessés. C’est un choc pour nous, mais nous sommes en mesure d’y faire face, d’agir la tête froide et de garder le contrôle de la situation. J’étais vraiment triste de voir arriver des personnes du voisinage de l’hôpital ou de mon propre quartier, y compris des gens que je connais personnellement. On recevait tous ces blessés et en même temps, on pensait à nos familles. Les choses ont changé si brutalement, c’est très dur. J’habite assez près de l’hôpital donc je viens à pied. Je suis originaire d’Abyan, et ma famille n’a personne d’autre que moi pour s’occuper d’elle. La plupart de mes proches à Abyan m’appellent et me reprochent de laisser ma famille seule pour aller travailler. Mais je ne peux pas quitter l’hôpital. Je suis infirmier et c’est mon devoir. Bien sûr c’est dur de laisser ma famille douze heures d’affilée, mais ce serait aussi très dur pour moi de ne pas faire mon travail d’infirmier dans de telles circonstances.