Médias sociaux

  • FR
Open the menu

Syrie: 11 civils décédés dans des attaques aériennes sur des hôpitaux de la province d’Idlib

MSF dénonce les attaques aériennes récentes sur et à proximité de neuf hôpitaux dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, y compris sur trois hôpitaux soutenus par  MSF. Ces attaques ont eu lieu dans un intervalle de quatre jours, entre le 7 et le 10 août, et indiquent une tendance croissante à cibler les structures de santé et les civils. 

Un hôpital détruit en Syrie au mois de juin © MSF
Un hôpital détruit en Syrie au mois de juin © MSF

Parmi les personnes tuées dans ces attaques figuraient trois membres du personnel des hôpitaux, un patient et sept civils. Sept membres du personnel ont également été blessés, ainsi que six patients et 18 civils. Un centre de dialyse offrant des traitements indispensables à une population cible de 30.000 personnes est désormais fermé à la suite de ces attaques et les patients doivent maintenant parcourir 70 km dans un environnement dangereux pour avoir accès à leur traitement. Les services d’autres hôpitaux ont également été affectés, y compris la chirurgie, l’orthopédie et la physiothérapie. Deux ambulances, un générateur et un laboratoire ont été détruits par des tirs de missiles, et trois ambulances ont été endommagées.

Le chef de mission de MSF pour la Syrie, Sylvain Groulx, a décrit ces attaques comme faisant partie d’une tendance continue et dévastatrice à cibler les services de santé dans le pays : « ces attaques récentes sont une claire violation du Droit International Humanitaire, qui interdit les attaques militaires sur les hôpitaux. Les attaques aériennes peuvent être dirigées vers des bâtiments  spécifiques et les localisations de ces hôpitaux sont connues. Ces derniers doivent être respectés comme des endroits neutres auxquels peuvent avoir accès les civils de manière sûre aux services de santé. Les civils continuent de souffrir au quotidien de cette guerre avec un nombre massif de blessés et de morts ».

Des attaques similaires sur des infrastructures civiles, y compris des structures de santé, ont eu lieu ces derniers mois dans plusieurs gouvernorats qui ne sont plus contrôlés par les forces gouvernementales.

MSF appelle toutes les parties au conflit à respecter les hôpitaux et à s’assurer que les civils soient protégés.

MSF travaille dans cinq structures médicales en Syrie et soutient plus de 100 hôpitaux et cliniques. L’organisation travaille également auprès des réfugiés syriens qui ont fui en Irak, en Jordanie et au Liban.