Epidémie de Choléra au Mozambique

Fin janvier, une inondation touchait tout le bassin versant de la rivière Shy sur la frontière entre le Mozambique et le Malawi. Aujourd’hui, une épidémie de choléra, consécutive de l’absence d’eau salubre a éclaté au Mozambique. 5000 personnes ont été touchées par la malade jusqu’ici.

©luca sola
©luca sola

Les inondations qui ont touché toute la région frontalière entre le Malawi et la Mozambique nous ont forcé à mettre sur pieds une mission d’urgence au Malawi début février. Parallèlement nous avons ouvert au Mozamique à Tété, au cœur de la zone la plus touchée par l’épidémie, un centre de traitement du Choléra (CTC). Notre CTC de Tété a reçu et traité 2.578 patients depuis son installation en janvier.

Les patients traités par le choléra sont prioritairement réhydratés. Le choléra provoque de graves diarrhées et vomissements, entraînant une rapide déshydratation des patients. Sans traitement, la moitié des personnes contaminées en meurent.

Le traitement du choléra est simple et efficace : il faut réhydrater le patient afin de remplacer l’eau et les électrolytes comme le sodium et le potassium qui ont été perdus. En cas de déshydratation modérée, on utilise des sels de réhydratation que l'on administre au malade par voie orale. En cas de déshydratation majeure, il est parfois nécessaire de perfuser 8 à 12 litres de solutés par personne et par jour

Une équipe de conseillés fait également le tour des villages de la région  pour informer la population des procédures à respecter pour éviter la propagation du Choléra. Enfin, MSF a mis sur pied une mission Watsan visant à assurer un  approvisionnement en eau de la population pour empêcher la propagation de la maladie.