Médias sociaux

  • FR
Open the menu

Un essai clinique portant sur un traitement potentiel d’Ebola débute dans une clinique de MSF en Guinée

Un essai clinique portant sur un traitement potentiel d’Ebola a débuté le 17 décembre en Guinée. L’essai est dirigé par l’institut français de recherche médicale INSERM et se déroule au centre de traitement d’Ebola à Guéckédou, à l’est du pays. Bien que tout traitement expérimental soit une source d’espoir pour les patients, la prudence reste est. Nous n’avons aucune garantie que ce médicament soit efficace et sans danger. Et même s’il l’est, cela ne signifie pas pour autant la fin de l’épidémie qui continue de se propager dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest les plus durement frappés par ce fléau.

© Julien Rey/MSF
© Julien Rey/MSF

L’étude ne comprendra aucun groupe de contrôle

L’objectif est d’inclure le plus grand nombre possible de patients Ebola se présentant au centre de traitement de MSF à Guéckédou. L’étude ne comprendra aucun groupe de contrôle (patients qui ne reçoivent pas le traitement) dans le cas qui nous occupe. En effet, il ne serait pas éthique de priver un groupe de patients des meilleures chances de survie que pourrait représenter le nouveau traitement étant donné la mortalité élevée du virus Ebola. À la place, les résultats des patients recevant le nouveau traitement seront comparés à ceux des patients que MSF a admis plus tôt dans l’année, avant que l’essai ne démarre. Les premiers résultats concluants ne sont pas attendus avant le premier trimestre de 2015.

Tous les nouveaux patients arrivant au centre de traitement d’Ebola de MSF à Guéckédou sont informés de la possibilité de recevoir le traitement expérimental et peuvent choisir de participer ou non à l’étude. Ceux qui ne souhaitent pas suivre le nouveau traitement recevront les mêmes soins de soutien que les autres, mais le médicament à l’essai ne leur sera pas administré.

Le médicament testé à Guéckédou est le Favipiravir

Le Favipiravir, est un médicament antiviral fabriqué par l’entreprise japonaise Toyama/FujiFilm. La molécule a été testée sur des animaux atteints d’Ebola et a obtenu de bons résultats et elle s’est révélée suffisamment sûre après utilisation sur des humains pour le traitement d’une autre infection virale. Mais comme le médicament n’a encore jamais été testé sur des patients Ebola, il est important d’attendre les résultats de l’essai avant de déclarer que le Favipiravir peut guérir Ebola.

Si le Favipiravir se révèle sûr et efficace, il sera administré aux patients Ebola d’autres centres de traitement en passant à l’étape suivante de l’essai. Cela signifie qu’après l’approbation des autorités nationales et des comités d’éthique indépendants, davantage de patients Ebola seront mis sous traitement en Afrique de l’Ouest.

Un traitement sûr et efficace d’Ebola devrait permettre d’éviter de nombreux décès, mais pas d’inverser la tendance de l'épidémie.

Les interventions, comme l’admission précoce des patients dans des centres spécialisés, la recherche approfondie et précise des personnes ayant été en contact avec des malades, une promotion de la santé adaptée ainsi que des mesures d’hygiène et d’assainissement, resteront essentielles pour mettre un terme à l’épidémie. Il est aussi capital de poursuivre la recherche d’autres traitements, y compris de vaccins et de nouveaux diagnostics.