Open the menu

Médias sociaux

Les oubliés d’Ituri témoignent

Leur fuite et leurs conditions de vie alarmantes

 

Au début des années 2000, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), ont commencé des massacres entre les communautés Hema et Lendu. Après s’être poursuivis sporadiquement au fil des années, les massacres ont recommencé en décembre 2017. Ne pouvant être réduit à des tensions ethniques, les intérêts économiques ainsi que le contrôle des terres et des ressources sont à la base du conflit.

On estime à plus de 1 million le nombre de personnes qui ont dû se déplacer depuis les violences de 2017. Aujourd'hui, environ 200.000 personnes vivent dans des sites où aucun besoin essentiel - tel que l’accès à l’eau, à la nourriture et aux structures sanitaires – n’est respecté. Des centaines de milliers d'autres vivent dans des familles d'accueil.

En plus de la peur constante d’être attaquées, les personnes déplacées vivent dans la précarité alimentaire et l’insalubrité, qui développent des maladies telles que les diarrhées et la malnutrition. D’autres maladies découlent directement des conditions de vie dans les huttes, comme les infections respiratoires et le paludisme, qui affectent et tuent des milliers d'enfants.

camp personnes déplacées RDC Ituri
Les habitants du camp pour personnes déplacées de Tse Lowi font la queue pour recevoir, entre autres, des moustiquaires. © Solen Mourlon, janvier 2020.

Depuis décembre 2019, les activités de MSF ont été intensifiées pour répondre aux besoins des déplacés. Néanmoins, l’assistance déployée aujourd’hui reste insuffisante, les personnes vivent toujours dans une précarité des plus alarmantes et ceci depuis plus de deux ans. Au regard de l’ampleur et de l’urgence, l’ensemble de la communauté humanitaire présente en Ituri doit s’engager afin d’aider ces populations en situation critique.

MSF fournit des soins médicaux aux personnes déplacées, mène des activités d'approvisionnement en eau et assainissement, distribue des moustiquaires et des biens de première nécessité, dans 34 sites des zones de santé de Nizi, Drodro et Angumu.

Compte bancaire

  • IBAN: BE73 0000 0000 6060
  • BIC BPOTBEB1

Médias sociaux