Malnutrition

Selon les estimations, près de 195 millions d'enfants dans le monde souffent de malnutrition. 20 millions d'entre eux sont atteints de sous-alimentation aiguë et sévère, et donc en danger de mort.

Malnutrition et la faim dans le monde

La malnutrition n’est pas seulement le résultat de quantités insuffisantes d’aliments, elle est principalement causée par l'absence de nutriments essentiels. Les six premiers mois, le lait maternel est le seul aliment dont les bébés ont besoin. Ensuite, il n'est plus suffisant et les aliments intégrés au régime du nourrisson sont d'une importance capitale. Les régimes qui n'apportent pas le mélange voulu d'énergie (protéines de qualité, matières grasses essentielles, mais aussi glucides, vitamines et minéraux) sont susceptibles de nuire à la croissance, au développement et affaiblissent les défenses immunitaires de l’enfant.

Chaque année, la malnutrition est à l'origine d'au moins un tiers des décès des 8 millions d'enfants de moins de cinq ans. Les plus vulnérables sont les enfants de moins de deux ans, dont les besoins nutritionnels sont particulièrement élevés.

Il existe deux formes de malnutrition : une modérée et une sévère. Dans le premier cas, le traitement consiste à apporter un supplément de nourriture sous la forme de bouillies deux fois par jour. Ils s'adressent aux enfants malnutris dont le rapport poids/taille est inférieur à 80% de la normale, ainsi qu'aux personnes les plus vulnérables: les enfants ayant subi certaines infections, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes âgées et les orphelins isolés. Dans ces "centres de supplémentation", les équipes de MSF donnent quotidiennement les repas sur place ou distribuent des préparations déshydratées une fois par semaine, destinées à être préparées à la maison.

En cas de malnutrition sévère, les équipes mettent sur pied des centres de type hospitalier, appelés "centres nutritionnels thérapeutiques". Les enfants admis dans ce type de programme sont ceux ayant un rapport poids/taille inférieur à 70% de la normale, ou présentant des œdèmes nutritionnels (gonflements des chevilles, du visage...). Pendant près de 4 semaines, ils sont nourris huit fois par jour, d’abord au lait spécial, puis avec une alimentation spéciale, riche en énergie.

Un enfant souffrant de malnutrition sévère est pris en charge par Médecins Sans Frontières dans l'hôpital de Sadar à Bihar © Sami Siva. Inde, 2014.
Un enfant souffrant de malnutrition sévère est pris en charge par Médecins Sans Frontières dans l'hôpital de Sadar à Bihar © Sami Siva. Inde, 2014.  

SUIVI MÉDICAL DE LA MALNUTRITION

Comme les enfants malnutris sont plus sensibles aux infections, une surveillance médicale étroite est indispensable, afin de soigner les pathologies associées, comme les diarrhées et les infections. Les enfants sont également vaccinés contre la rougeole, maladie très dangereuse pour un enfant malnutri.

Un des traitements les plus efficaces est le produit thérapeutique prêt-à-consommer. Il existe sous la forme d’un biscuit (BP100) et d’une pâte de cacahuètes en sachet (Plumpy’nut®). Avec un qualité nutritive comparable à celle du lait thérapeutique, ils peuvent être emportés et mangés partout, sans nécessiter l’addition d’eau.

MSF ET LA LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION

MSF a démontré qu'en intervenant de façon préventive, il est possible de réduire la mortalité des enfants et éviter les formes les plus sévères de malnutrition. En effet, distribuer des aliments adaptés permet de réduire de 60% le nombre d'enfants atteints de malnutrition aiguë sévère.

En 2015, MSF a admis 181 500 enfants souffrant de malnutrition dans ces programmes nutritionnels.