Open the menu

Médias sociaux

Bangladesh : un an après les exactions

quel avenir pour les Rohingyas ?

 

Un an après le début des exactions de l’armée birmane qui ont poussé sur le chemin de l’exil plus de 700 000 personnes, les Rohingyas restent confinés dans des camps insalubres au Bangladesh, sans aucune perspective d'avenir et avec un soutien limité de la communauté internationale. Ces réfugiés ont rejoint les quelque 200 000 Rohingyas chassés par les précédentes vagues de violence ; au total ce sont près de 920 000 Rohingyas qui ont trouvé refuge dans le district de Cox’s Bazar, au Bangladesh. La situation sanitaire reste très dégradée, notamment dans le camp de Kutupalong-Balukhali, le plus grand camp de réfugiés au monde. Le refus de leur statut juridique, associé à des conditions de vie inacceptables dans des camps de fortune, continue à enfermer les réfugiés dans un cercle vicieux de souffrance et de problèmes de santé.

Déplacez la flèche pour découvrir le camp avant et après l'exode :

Santé des réfugiés
Au départ, plus de la moitié des patients de MSF étaient traités pour des blessures causées par des actes de violence mais d’autres problèmes de santé ont rapidement surgi, en lien avec la surpopulation et l’insalubrité des camps.
Il est inacceptable que la diarrhée aqueuse reste l’un des plus grands problèmes sanitaires que nous rencontrons dans les camps. L’infrastructure nécessaire pour répondre aux besoins les plus fondamentaux de la population n’est toujours pas en place, ce qui affecte sérieusement le bien-être des gens.
© Jeroen Oerlemans. Septembre 2016
Témoignage de

Pavlo Kolovos

Chef de mission pour MSF au Bangladesh


 

Au cours des 12 mois qui ont suivi, MSF a assuré plus de 

  • 656 200 consultations
  • au bénéfice de plus de 2/3 des réfugiés rohingyas
  • dans 19 établissements de soins ou cliniques mobiles
Conditions de vie
Les conditions de vie dans les camps de fortune sont bien en deçà des normes internationales généralement acceptées : les réfugiés vivent encore dans les abris temporaires faits de plastique et de bambou construits à leur arrivée.

Dans une région où cyclones et moussons sont monnaie courante, il n’existe quasiment aucune structure stable pour les réfugiés rohingyas, ce qui a une incidence concrète sur leur niveau de sécurité et de dignité.

Interpellé par MSF, un réfugié a décrit le degré de vulnérabilité ressenti par sa famille dans le camp : « Quand il pleut, nous nous rassemblons tous en famille en maintenant l’habitation pour que l’abri ne s’envole pas. La nuit, il fait très noir ici, nous n’avons pas de lampes. » 

© Antonio Faccilongo. Bangladesh, septembre 2017
Tombée de la nuit dans le camp d'Unchiparang. © Antonio Faccilongo. Bangladesh, septembre 2017

Étant donné le niveau de violence que les Rohingyas ont connu au Myanmar et le traumatisme qui en résulte, les services de traitement pour les troubles mentaux et pour les blessures liées aux violences sexuelles et à caractère sexiste restent inadaptés.

Flou juridique
Un an après, le sort des Rohingyas reste très incertain. Bien que le Bangladesh a fait preuve d’une extraordinaire générosité en ouvrant ses portes aux réfugiés, les États d’accueil de la région leur refusent tout statut juridique officiel, en dépit du fait qu’il s’agisse de réfugiés, rendus apatrides par le Myanmar.

Une autre difficulté est l’absence de statut juridique, qui entrave l’accès raisonnable à la justice et à l’État de droit. En outre, les Rohingyas restent confinés de force dans les camps, la plupart d’entre eux ayant un accès restreint à l’eau potable, aux latrines, à l’éducation, à des opportunités d’emploi et aux soins de santé.

Bon nombre des réfugiés interpellés par les équipes de MSF sont très inquiets pour l’avenir.

Il y a tout juste un an, Ismael, 14 ans, quittait son pays le Myanmar pour trouver refuge au Bangladesh. Un départ difficile sur lequel il revient...

En refusant de reconnaître les droits juridiques des Rohingyas en tant que réfugiés ou de leur accorder un autre statut juridique, les gouvernements et organisations intervenants les maintiennent dans une situation de grande vulnérabilité. En plus de limiter la qualité et l’ampleur de l’aide, ces restrictions soumettent les Rohingyas à une dépendance totale à l’aide humanitaire. Cette situation les prive de toute occasion de bâtir un avenir digne pour eux-mêmes et fait de chaque jour une lutte pour la survie qui n’a pas lieu d’être.

Il convient de trouver des solutions plus durables pour faire face à une période de déplacement susceptible de se prolonger. La réalité est que des centaines de milliers de Rohingyas sont déplacés depuis des décennies au Bangladesh et ailleurs, et qu’il peut encore s’écouler des décennies avant un retour sûr au Myanmar, si retour il y a. L’ampleur et l’étendue des souffrances endurées par les Rohingyas méritent une intervention nettement plus vigoureuse, à l’échelle locale, régionale et mondiale. Dans l’attente, il faut continuer à faire pression sur le gouvernement du Myanmar pour qu’il cesse sa campagne contre les Rohingyas. 

Compte bancaire

  • IBAN: BE73 0000 0000 6060
  • BIC BPOTBEB1

Médias sociaux